Archives par mot-clé : temps modernes

La définition de l’identité par l’État, un moyen d’assimilation et de dissolution d’une minorité dans la masse : le cas de la Loi sur les Indiens de 1876 au Canada

Billet écrit par Marion Van Boeckel sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

Dès les premiers instants de l’entreprise coloniale au Canada et aux États-Unis, la gestion des populations autochtones vivant sur les territoires nouvellement acquis et la définition de leur identité ont constitué un défi majeur pour les puissances colonisatrices. Au Canada, pendant des décennies, chacune des populations autochtones avait été soumise à des traités individuels et des législations locales différentes qui avaient montrés des résultats variés. En 1876, le gouvernement canadien décida d’imposer une loi forte et s’appliquant uniformément à chaque individu autochtone, sans d’ailleurs tenir compte de ce que les lois précédentes pouvaient avoir montré en terme d’expérience de cohabitation harmonieuse, ou pas. Les buts affirmés de la Loi sur les Indiens étaient de centraliser et rationnaliser le traitement des autochtones, de leur fournir un minimum d’aide sociale, mais surtout d’assimiler ces derniers au sein de la culture dominante européenne, entrainant injustices et discriminations à leur encontre. Via la loi et le pouvoir qu’elle attribuait aux agents du Département des Affaires indiennes, l’administration canadienne s’arrogeait un contrôle total sur les terres attribuées aux autochtones dans les réserves et sur leur fonctionnement politique. Elle supplantait au passage violemment les modes traditionnels de gouvernance et d’échanges en place parmi ces nations   depuis des siècles.

Continuer la lecture de La définition de l’identité par l’État, un moyen d’assimilation et de dissolution d’une minorité dans la masse : le cas de la Loi sur les Indiens de 1876 au Canada

Les déserteurs étrangers et la législation dans les Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle

Billet écrit par Maud Robert sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

Les Pays-Bas autrichiens représentent le fleuron des possessions des Habsbourg d’Autriche. Unifié mais pas unitaire, le pays et ses différentes principautés possèdent sous l’égide viennoise une certaine autonomie, devant certes se conformer à une multitude d’arrêts et d’ordonnances, mais possédant également leur propre appareil législatif ; à eux de faire appliquer les dites ordonnances sur leurs terres. Au XVIIIe siècle en Europe, les différentes autorités se rapprochent de plus en plus du concept d’État, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, avec les débuts d’une administration nationale forte. Ainsi pour créer et diffuser les ordonnances susdites, les Pays-Bas autrichiens pouvaient compter sur une administration efficace, placée à Bruxelles par Vienne et représentée grosso modo par les trois grands conseils collatéraux (Conseil Privé, Conseil d’État, Conseil des Finances), complétés bien entendu par d’autres instances. L’objectif de ce billet sera d’aborder la législation mise en place par les gouvernements (car nous évoquerons aussi nos voisins français) au XVIIIe siècle afin de lutter contre la désertion et le vagabondage.

Continuer la lecture de Les déserteurs étrangers et la législation dans les Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle

(S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) – Retour de workshop

Plus d’un mois sans billet sur ParenThèses, mais que se passe-t-il nous direz-vous ?! Vous avez bien raison, mais c’est qu’on était un peu occupé (on l’est toujours et on le sera encore pour un temps…). Pas de billet perso cette semaine, mais bien le compte-rendu d’un workshop qu’on a accueilli, à l’Université Saint-Louis – Bruxelles, dans le cadre d’un projet où nous sommes tous les deux actifs…

Le vendredi 22 avril a donc eu lieu un workshop organisé dans le cadre du projet « (S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) » rassemblant plusieurs partenaires académiques (UCL, ULB, KULeuven et USL-B). Ce projet entend aborder le rapport au « fait militaire » – entendu dans un sens large – à travers l’étude de documents naviguant entre l’écriture de soi et l’écriture de l’histoire. En effet, la période envisagée (15e-17e s.) autorise l’historien à s’interroger sur la guerre comme élément du quotidien, comme réalité à laquelle l’individu – peu importe sa position au niveau social – est confronté. Les anciens Pays-Bas burgondo-habsbourgeois sont, par exemple, un laboratoire fertile compte tenu des nombreux conflits qui s’y sont déroulés, des migrations que ceux-ci ont engendrées, des séparations qu’ils ont provoquées. Loin de se limiter à un spectre local, la guerre et le rapport que l’Homme entretient avec elle, doivent aussi pour l’époque retenue s’envisager dans une optique transnationale. Continuer la lecture de (S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) – Retour de workshop

Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

Lecture de l’ouvrage : FEDERINOV Bertrand, DOCQUIER Gilles et CAUCHIES Jean-Marie (dir.), A l’aune de Nos Gloires. Édifier, narrer et embellir par l’image. Actes du colloque tenu au Musée royal de Mariemont les 9 et 10 novembre 2012, Morlanwelz-Bruxelles, Musée royal de Mariemont-Presses de l’Université Saint-Louis – Bruxelles, 2015 (Monographies du Musée royal de Mariemont 20 ; Cahiers du CRHiDI hors-série).

Couverture "A l'aune de Nos Gloires"
Couverture « A l’aune de Nos Gloires »

Apprendre l’histoire après avoir fait ses courses

Qui n’a jamais rêvé de maîtriser l’histoire de son pays sur le bout des doigts ? Qui n’a jamais aspiré, en Belgique, à s’imaginer en Godefroid de Bouillon, en Philippe le Bon ou en Charles Quint ? Il est des icônes historiques dont l’existence a tellement été magnifiée voire même mythifiée, que l’imaginaire collectif en est pétri jusqu’à plus soif. Nos Gloires font ainsi partie de ces publications qui ont contribué au façonnement d’une vision historique singulière du roman national belge. Publiés entre 1949 et 1960, les volumes Nos Gloires ne sont pas une entreprise éditoriale comme les autres. Constituées de six volumes totalisant plus de 500 images, Nos Gloires étaient prioritairement orientées vers un public jeune et adolescent qui devait collectionner les points sur les paquets de produits de consommation afin de les échanger contre des images. Ces images numérotées devaient ensuite être placées dans les albums ad hoc. Chaque image disposait de sa notice explicative permettant de comprendre brièvement l’événement ou le personnage historique représentés. Nos Gloires représentent une aventure éditoriale particulière, et à ce titre il semblait pertinent de s’attarder quelques instants sur la vision historique distillée à la jeunesse belge durant l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale. Ce billet s’imposait d’ailleurs presque de lui-même dans la mesure où les actes d’un colloque co-organisé par l’Université Saint-Louis – Bruxelles et le Musée Royal de Mariemont en 2012 sont parus il y a à peine quelques mois. Si tout historien doit être quelque peu enclin à analyser le contexte de production dans lequel il évolue, il est également bon qu’il se tourne vers ceux qui l’ont précédé et qui peuvent (éventuellement) influencer sa pratique. Ce billet n’a donc d’autre prétention que de rendre compte des résultats issus du colloque organisé à Mariemont il y a maintenant trois ans tout en se focalisant sur les périodes médiévale et moderne. On ne va tout de même pas tourner casaque pour l’histoire antique ou contemporaine… Continuer la lecture de Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

Le sommeil de la Raison engendre des monstres

03_le_sommeil_de_la_raisonCette semaine sur ParenThèses, le billet n’a pas un titre tiré de derrière les fagots ne faisant pas sens immédiatement. Cette semaine le billet traitera des Lumières, de la raison critique et pour ce faire la référence à un tableau de Goya paraissait s’imposer. Le sommeil de la Raison engendre des monstres prend place dans la série peinte par Goya entre 1797 et 1798 sur les Caprices. Comme on le sait, Goya peindra quelques années plus tard son plus fameux tableau, Tres de Mayo (1814), critiquant l’invasion française qui avait eu lieu en Espagne quelques années auparavant. Proposer un article sur les Lumières n’est a priori pas ce que l’on attend retrouver sur ParenThèses, mais le climat parfois tendu depuis quelques mois autour de leur héritage ou de leur pertinence (retrouver l’esprit des Lumières ?!) m’a poussé à rédiger ce billet. Il s’agit avant tout du compte-rendu d’une conférence prononcée par Hervé Hasquin, historien spécialiste du 18e siècle et Secrétaire Perpétuel de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, qui s’intitulait « Pourquoi tant d’acharnement contre les Lumières ? ». Nous étions le 3 décembre 2014. Continuer la lecture de Le sommeil de la Raison engendre des monstres

La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

Nul n’y a échappé le week-end dernier, l’opération « Royal Baby vol. 2 » a parfaitement fonctionné : badauds, journalistes, chaînes d’info en continu, sites internet de quotidiens, twittosphère, etc. étaient en ébullition. À moins d’avoir vécu en ermite durant les dernières 72 heures, vous n’avez pas pu passer à côté de la naissance du second enfant du duc et de la duchesse de Cambridge. Outre le côté kitchissime et typiquement anglais de certaines manifestations, la naissance de la sœur du prince George aura en tout cas permis de parler des modalités de succession au trône en Grande-Bretagne. En clair, la monarchie britannique a modifié son système de succession en le dépoussiérant de plus de trois siècles de tradition. Le nouvel enfant du coupe princier1 sera considéré dans l’ordre de succession au trône à la suite de son grand-père (prince Charles), de son père (prince William) et de son frère (prince George). Pour faire simple, c’est le principe de primogéniture avec privilège de masculinité qui vole en partie en éclat avec la naissance de la nouvelle princesse et à la suite des modifications votées par le Parlement de Londres en 2011. Les médias anglais s’interrogent déjà sur la relation qu’auront George et sa sœur, respectivement troisième et quatrième dans l’ordre de succession au trône. La BBC, avec un humour so british, a d’ailleurs titré the heir and the spare… A bowling for my Kingdom ? Continuer la lecture de La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

  1. A l’heure d’écrire ces lignes, le nom de la nouvelle princesse n’a pas encore été communiqué officiellement. []

Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

On n’épuise pas un texte en l’analysant une fois. Il faut le prendre et reprendre. À chaque lecture, on y découvre du neuf. Pour la simple raison qu’il contient toujours des données de tout genre. Quand on l’aborde une première fois, on est préoccupé par tel problème et on y trouve ce qui répond à celui-ci. Lorsqu’on y revient, on a en tête d’autres points de son questionnaire et on y voit d’autres éléments. À ce stade comme à toutes les étapes du travail, la patience est cardinale.

Génicot L., Simples observations sur la façon d’écrire l’histoire, Louvain-la-Neuve, 1980, p. 58.

Des réflexions de mauvais aloi

Le problème quand on est en thèse, c’est que vous avez l’impression que c’est votre sujet de recherche qui vous poursuit plutôt que l’inverse. Ainsi, même en lisant votre gazette en étant installé confortablement au coin du feu avec vos charentaises aux pieds, la réalité pourra toujours vous rattraper. Il y a une semaine j’ai vécu pareille situation –les charentaises en moins– quand je suis tombé sur un article publié par Le Vif/L’Express. L’article, rédigé par un Juge de paix honoraire, relatait le pari osé d’un avocat français ayant fait valoir l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) dans une affaire d’excès de vitesse. Les plus intéressés d’entre vous pourront lire l’article si ça les amuse. Ce qui a retenu mon attention et -osons le dire- a gâché la lecture du restant de l’article est cette incise située dans le premier paragraphe : à l’époque, c’était vraiment le roi qui décidait, et pas l’un ou l’autre ministre. Autant dire qu’on a affaire à une « alerte au cliché » de niveau DEFCON 1 ! Je peux toutefois comprendre cette logique sous-jacente qui a tellement bien été résumée dans un épisode d’How I Met Your Mother (S01E04, The Return of the Shirt) : A cliché is a cliché for a reason. It’s comforting. Continuer la lecture de Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…