Archives par mot-clé : Thèse

Les revues de jeunes chercheurs à l’heure du Publish or Perish

Deuxième billet du diptyque proposant une réflexion sur les contextes de production des publications scientifiques en SHS. Si vous avez manqué le premier (sur les blogs), filez donc le lire de ce pas, malandrins !

La notion de peer review est très ancienne. On la fait remonter au haut Moyen-Âge, même si l’on ne trouve pas de preuve formelle de son existence avant le XIVème siècle. Avant l’avènement des Capétiens, le roi était élu parmi les pairs de France, il devenait à ce titre primus inter pares, c’est à dire le premier d’entre les égaux. Le roi et ses pairs avaient coutume de s’épauler les uns les autres en soumettant les grands pans de leur politique respective à une critique mutuelle. La réunification du royaume de France par les successeurs d’Hugues Capet a rapidement fait tomber cette notion en désuétude, même s’ils ont continué à se prodiguer aide et conseil jusqu’aux débuts de l’absolutisme. L’expression peer review est elle-même apparue en 1325, lorsque Philippe Le Bel convoqua son gendre Edouard II, roi d’Angleterre et duc de Normandie (et donc, à ce titre, paire de Couilly) pour lui dire tout le mal qu’il pensait de lui. En sortant de cette entrevue, Edouard II aurait dit à son favori Hugues le Despenser dans un anglais en formation encore mâtiné de français: Oh my gode (le roi affectionnait particulièrement la quenouille), c’est la pire review qu’on m’ait jamais faite !

Comment la peer review a changé ma manière de travailler (et donné le poil plus brillant).

Pour se faire une idée des petites absurdités du monde de la recherche, il me semble exister trois sites incontournables des internets mondiaux. Le premier, PhD Comics, met en scène les heurs et malheurs d’une série de personnages (doctorants et postdocs) au travers de strips hilarants.

Source : http://bit.ly/1Kk8jkQ
Source : http://phdcomics.com/comics/archive.php?comicid=1835.

Le second, Ciel mon doctorat, est une anthologie de GIF (images animées de quelques secondes) illustrant des phrases proposées par les internautes telles que « Quand ma soeur m’a dit qu’elle aussi, elle voulait faire une thèse », « Quand j’arrive un peu à l’arrache à l’AG du centre de recherche », ou encore « Quand je suis reviewer sur le papier de quelqu’un que je déteste ». Hé bien parlons-en, justement, des reviewers, car il fait l’objet du dernier site, nettement moins connu que ses prédécesseurs mais qui contient pourtant de véritables perles : Shit My Reviewers Say. Celui-ci compile des extraits des pires évaluations reçues par des auteurs ayant soumis leur article à une revue scientifique ; des phrases pas piquées des hannetons comme « This left me somewhere between scratching my head and pulling my hair out », « The writing and data presentation are so bad that I had to leave work and go home early and then spend time to wonder what life is about » ou, mon petit préféré : « I think this article is carefully argued, but at no moment is it stated that Heidegger was a Nazi ».

Continuer la lecture de Les revues de jeunes chercheurs à l’heure du Publish or Perish

In Blogs We Trust !

Cette semaine, on entame une série de deux billets proposant une réflexion sur les contextes de productions des publications scientifiques en SHS. Ces réflexions ne tombent pas du ciel mais s’expliquent par une série d’événements, débats, etc. ayant surgi ces dernières semaines…

« Dans le carnet de recherche, il y a une forme de liberté que nous n’avons pas dans les livres et dans les articles qui contribuent à l’avancement de la carrière universitaire » – Marin Dacos

Je m’étais promis de ne plus publier de billets qui n’étaient pas liés de près ou de loin à mon sujet de thèse pour la simple raison qu’étant occupé à la rédiger, je ne voulais pas voir mon esprit vagabonder au-delà de la période 1580-1610. J’avais prévu un billet aux petits oignons – bonne orthographe? – sur l’application de la législation au 16e siècle, le tout agrémenté d’illustrations tirées d’House of Cards. Bon. On repassera. Quoique. Frank Underwood peut être utile en toute circonstance… Certains événements et nouvelles récents m’ont presque logiquement conduit à réfléchir sur cette pratique enclenchée avec Quentin depuis un peu moins de deux années : le blogging scientifique. Nous avons toujours essayé de penser ParenThèses comme un moyen d’exprimer nos réflexions relatives à nos sujets de recherche et nos intérêts communs ou personnels. Comme le rappelait encore récemment Caroline Muller, via un blog « la communauté historienne, mais aussi un public bien plus large, peut ainsi suivre le développement de recherches de longue haleine et intégrer les questions posées à leurs propres travaux ». S’il est évident que le blogging scientifique est à la mode – Hypothèses a franchi le cap des 1500 carnets inscrit au catalogue Open Edition -, ce n’est pas pour autant qu’il faut multiplier les plaidoiries pro domo et aveugles à son sujet. Continuer la lecture de In Blogs We Trust !

La grâce au cœur des conflits de normativités

Mata, que el rey perdona.

Tue, que le roi pardonne.

Proverbe castillan cité par Rudy Chaullet, Crimes, rixes et bruits d’épées. Homicides pardonnés en Castille au Siècle d’or, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2008, p. 34.

Ce billet est la suite d’un texte précédent dans lequel je présentais sur ce carnet les grandes lignes de l’évolution historique du droit de pardonner au Moyen Âge, thématique fort joyeuse que j’étudie dans le cadre de ma thèse de doctorat.

L’affaire a été largement médiatisée. Le 31 janvier 2016, François Hollande accordait la grâce présidentielle à Jacqueline Sauvage, condamnée en appel le 3 décembre 2015 à dix ans de prison pour avoir tué son mari de trois coups de fusil dans le dos. Sauf que depuis des années, la victime frappait sa femme et abusait d’elle, raison pour laquelle la décision de la justice a fait l’objet de très vives critiques. Le 29 janvier dernier, le président de la République recevait les filles et les avocates de Jacqueline Sauvage pour entendre leur demande de grâce. Quelques jours plus tard, il accordait la grâce à la condamnée, lui permettant d’échapper à sa peine.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer dans mon mon billet précédent sur le sujet, le mécanisme par lequel le chef de l’État peut accorder une remise de peine (voire un pardon complet) à un justiciable ne date pas d’hier. À la fin du Moyen Âge, les souverains français, anglais ou castillans accordaient des « lettres de rémission » ou des « lettres de pardon » à la suite d’une supplique introduite par l’infracteur auprès de leur conseil royal. Certains princes particulièrement puissants, tel le duc de Bourgogne, faisaient de même dans leurs principautés. La lettre permettait au bénéficiaire d’ainsi échapper à la justice (contrairement à aujourd’hui, une grâce pouvait être accordée antérieurement à une condamnation, voire même en l’absence de poursuites judiciaires). Les raisons qui justifiaient qu’un monarque médiéval accorde sa grâce étaient multiples : démonstration de pouvoir, arrangement politique, mais aussi volonté de faire du pardon royal/princier un « correctif » de la justice.

Continuer la lecture de La grâce au cœur des conflits de normativités

Anatomie des remerciements de thèse

– Pfiouuu… En tous cas celle-là elle sait dire merci !

J.-C., homme moderne et Dikkenek.

Rédiger une thèse, ça n’est pas toujours simple et funky. Il faut pouvoir se plier à l’exercice de l’écriture scientifique, qui nécessite un langage et un vocabulaire particulier, parfois renforcé par un apparat critique solide (des notes en bas de page). Le texte d’une thèse, c’est un peu comme un film d’Olivier Marchal : c’est rugueux et ça ne laisse souvent pas beaucoup de place à la fantaisie et l’humour.

Continuer la lecture de Anatomie des remerciements de thèse

Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

L’été, dans le monde académique, c’est un peu l’équivalent d’un poulpe échoué sur une plage : avec un peu de chance, en s’approchant suffisamment près, on verra peut-être le truc frémir un peu, mais il ne faut pas trop compter là-dessus. Pour les doctorants libérés, délivrés (#reinedesneiges) – provisoirement – de toute charge d’encadrement d’étudiants, c’est généralement le moment privilégié pour partir en vacances, et parfois aussi donner un petit coup de boost à leurs recherches et finir de rédiger les articles (qu’ils rendront bien entendu en retard). ParenThèses était peut-être en vacances (enfin, pas tout à fait), mais on n’a pourtant pas échappé à la micro-polémique qui a agité, le temps d’écrire une note de bas de page d’un chapitre, le petit monde virtuel des chercheurs. Le poulpe du doctorat a donc tressailli…1. Comme on est sympa, on s’est dit que cette affaire ferait un bon sujet de rentrée sur le carnet. C’est glamour, il y a un peu de controverse et il y est après tout question de doctorant et d’histoire. Bref, les ingrédients d’une rentrée réussie… Continuer la lecture de Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

  1. On se réfère évidemment au court article paru en 1903 et rédigé par le philosophe William James intitulé The Ph.D. Octopus paru dans Harvard Monthly, t. 36, n°1, p. 1-9. Si les critiques ne sont peut-être pas tout à fait identiques à celles que nous posons dans ce billet de rentrée, elles donnent à voir qu’en plus d’un siècle les interrogations relatives à la condition du doctorant, au prestige accordé au doctorat ou les problèmes qu’il soulève au sein des mondes académique et économique sont structurels. Le texte a récemment été traduit et été inséré dans Stengers Isabelle, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, La Découverte, 2013, p. 199-211. []

Les fondements historiques du pardon judiciaire

— Yves ? C’est moi, George. T’inquiète pas, je ne te ferai rien. Je suis venu pour faire la paix, pas dans un esprit de vengeance. Je sais que c’est toi qui as essayé de m’assassiner. Je sais aussi que tu t’es jamais remis de l’histoire de Christelle. Mais c’est du passé. Tournons-nous plutôt vers l’avenir. Ce que je veux c’est que tu t’excuses gentiment.

— Ouais, je m’excuse.

— Excuse-toi mieux que ça.

— Ben, euh, pardon, euh, je te prie de m’excuser…

— « Pardon mon doux seigneur ».

— … pardon mon doux seigneur.

George Abitbol et Yves, La classe américaine

En droit, la grâce désigne l’action de « soustraire en tout ou en partie un condamné à l’exécution de sa peine »1. Elle peut adopter des formes extrêmement variées, allant de la remise de peine (la réduction de la peine encourue d’un condamné sous un certain nombre de conditions) jusqu’à l’amnistie (l’effacement pur et simple du crime). Dans des pays comme la Belgique ou la France, c’est le chef de l’État (le roi ou le président) qui dispose en premier du droit de grâce, là où en Suisse par exemple, il s’agit d’une compétence du Parlement.

Continuer la lecture de Les fondements historiques du pardon judiciaire

  1. Jean-Christophe le Coustumer, La grâce, dans La clémence saisie par le droit, Paris, Société de Législation comparée, 2007, p. 244 []

Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

On n’épuise pas un texte en l’analysant une fois. Il faut le prendre et reprendre. À chaque lecture, on y découvre du neuf. Pour la simple raison qu’il contient toujours des données de tout genre. Quand on l’aborde une première fois, on est préoccupé par tel problème et on y trouve ce qui répond à celui-ci. Lorsqu’on y revient, on a en tête d’autres points de son questionnaire et on y voit d’autres éléments. À ce stade comme à toutes les étapes du travail, la patience est cardinale.

Génicot L., Simples observations sur la façon d’écrire l’histoire, Louvain-la-Neuve, 1980, p. 58.

Des réflexions de mauvais aloi

Le problème quand on est en thèse, c’est que vous avez l’impression que c’est votre sujet de recherche qui vous poursuit plutôt que l’inverse. Ainsi, même en lisant votre gazette en étant installé confortablement au coin du feu avec vos charentaises aux pieds, la réalité pourra toujours vous rattraper. Il y a une semaine j’ai vécu pareille situation –les charentaises en moins– quand je suis tombé sur un article publié par Le Vif/L’Express. L’article, rédigé par un Juge de paix honoraire, relatait le pari osé d’un avocat français ayant fait valoir l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) dans une affaire d’excès de vitesse. Les plus intéressés d’entre vous pourront lire l’article si ça les amuse. Ce qui a retenu mon attention et -osons le dire- a gâché la lecture du restant de l’article est cette incise située dans le premier paragraphe : à l’époque, c’était vraiment le roi qui décidait, et pas l’un ou l’autre ministre. Autant dire qu’on a affaire à une « alerte au cliché » de niveau DEFCON 1 ! Je peux toutefois comprendre cette logique sous-jacente qui a tellement bien été résumée dans un épisode d’How I Met Your Mother (S01E04, The Return of the Shirt) : A cliché is a cliché for a reason. It’s comforting. Continuer la lecture de Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

Historien du droit et des institutions, c’est une bonne ou une mauvaise situation ?

« Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui, avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des professeurs qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul, pendant les études. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent un curriculum… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la recherche bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face… je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… je ne suis qu’amour (sauf envers les étudiants de première année) ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité (numérique) ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une thèse de doctorat, mais demain qui sait ? Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don… le don de soi… »

Georgedubis, avé thésard.

Depuis le temps (six mois, déjà !) que l’on parle d’Histoire du droit et des institutions (HDI pour faire court) sur ce blog… pardon, sur ce carnet de recherches… il nous semblait nécessaire de mener une petite réflexion sur les réalités de notre discipline en Belgique ainsi que sur le parcours de thésard en HDI. Hasard heureux, nous avons récemment participé au colloque « Être jeune chercheur ou chercheure aujourd’hui : quelles réalités ? », organisé à l’EHESS, où nous avons justement eu l’occasion de présenter brièvement l’Histoire du droit et des institutions ainsi que ParenThèses. Ce billet reprend plusieurs éléments de notre communication tout en l’enrichissant de considérations qui nous avaient semblé alors un peu trop hors sujet dans le cadre dudit colloque…

Continuer la lecture de Historien du droit et des institutions, c’est une bonne ou une mauvaise situation ?

Il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris…Réflexions post workshop

Personne n’aime le gris. Pensez-vous, c’est triste comme couleur ! La couleur des croque-morts, oui. Mais pas celle des historiens. Vraiment ?! Non ! Une poignée d’irréductibles a tenté et tente plus que jamais de mettre en avant le gris comme label pour étudier les instruments de travail administratifs dans l’espace méditerranéen entre le 12e et le 17e siècle. Les trois piliers de cette entreprise qu’est le projet « écritures grises » sont Clémence Revest (CNRS-Centre Roland Mousnier), Arnaud Fossier (Université de Dijon) et Johann Petitjean (Université de Poitiers). Ils avaient organisé un premier atelier/workshop en septembre 2013 afin de baliser et d’interroger l’expression qu’ils entendaient promouvoir – celle d’écritures grises – afin de voir si elle pouvait devenir une catégorie d’analyse documentaire pertinente . Continuer la lecture de Il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris…Réflexions post workshop

Dites, j’ai oublié à quoi servait ma thèse. C’est grave, Docteur ?

Alors que sur ma timeline Facebook s’amoncellent les photos d’annonces de fiançailles, de mariages et d’heureux événements, je reste assis à lire l’article de Romain Descendre (ENS Lyon) relatif à la censure dans les discours sur la raison d’État à la fin du 16e siècle ou celui de Jelle Haemers (KU Leuven) interrogeant l’intérêt du concept bourdieusien de « capital social » dans les études historiques… Bref, de quoi m’amener à une profonde introspection dans un état quasi neurasthénique.

Je crois qu’il faut tout reprendre depuis le début.

Continuer la lecture de Dites, j’ai oublié à quoi servait ma thèse. C’est grave, Docteur ?

Quoi, t’es médiéviste et tu travailles même pas sur les chevaliers ?

Il arrive parfois à Nicolas d’exprimer des doutes sur le bien-fondé de ses recherches. Personnellement, je ne vois pas de quoi il se plaint. Lui, au moins, est moderniste. Mais, avant Charles Quint, il s’est passé quelque chose dans nos régions ? C’était la zone, par chez nous (la preuve : ça ne s’appelait même pas la Belgique). Alors, franchement, quel est l’intérêt d’étudier le moyen âge lorsque l’on est belge ? Faire joujou avec les chevaliers et les châteaux forts ? Soyons sérieux, je ferai mieux de m’acheter l’intégrale des Rois Maudits et regarder la dernière saison de Game of Thrones pour avoir ma dose de médiéval, puis revenir à des trucs plus sérieux. Trouver un vrai boulot, par exemple.

Continuer la lecture de Quoi, t’es médiéviste et tu travailles même pas sur les chevaliers ?