L’administration de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique au lendemain de la Première Guerre mondiale, 1918 – 1923

L’ancêtre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, la Société littéraire de Bruxelles, fut créée en 1769 par l’Impératrice Marie-Thérèse. Cette institution perdura tout au long des différents régimes que la Belgique connut, à l’exception de la période française où l’Académie impériale et royale des Sciences et des Belles-Lettres fut fermée.

A l’époque de la Première Guerre mondiale, l’organisation de l’Académie royale de Belgique était le fruit d’une grande réforme opérée en 1845, sous le règne de Léopold Ier, laquelle adjoignit une Classe des Beaux-Arts à l’Académie, fixa le nombre de membres, associés et correspondants que comptait chaque Classe et établit une présidence annuelle tenue par l’un des trois directeurs de Classe. Cette réforme fut menée par Sylvain Van de Weyer, alors membre de la Classe des Lettres et Ministre de l’Intérieur, en concertation avec les membres de l’Académie royale de Belgique. Une dernière modification fut apportée en 1907 afin de placer l’Académie royale de Belgique sous le giron du Ministère des Sciences et des Arts. Après la guerre, le législateur intervint en 1924 pour modifier les Statuts organiques et le Règlement général en octroyant à l’Académie royale de Belgique la personnification civile — demandée depuis de nombreuses années par les Académiciens —, ce qui provoqua la création d’une Commission administrative dont la fonction était d’administrer le patrimoine de l’Académie. Avant l’attribution de cette personnification civile, l’Académie ne pouvait pas posséder de biens immobiliers, le Palais des Académies était une propriété de l’État mise à leur disposition. Outre cet aspect, les légataires et les donateurs devaient, avant 1924, obligatoirement passer par l’intermédiaire de l’État afin de transmettre à l’Académie les livres, les objets, le mobilier ou l’argent qu’ils désiraient attribuer à l’Académie. Cette procédure lourde limita le nombre de ces dons et legs.

Des archives de l’Académie royale de Belgique et de la correspondance qu’elles contiennent, il apparaît que le Secrétaire perpétuel est la seule figure pérenne au sein de cette institution. Choisi parmi les membres, le Secrétaire perpétuel est chargé de tenir le secrétariat de l’Académie. Il gère la correspondance avec les Académies belges et étrangères, les Ministères ou les particuliers, il centralise toutes les informations nécessaires à la rédaction des lettres et communique celles-ci à qui de droit. Il est la seule personne chargée de l’administration de l’Académie. Au cours de la période qui nous intéresse, de 1918 à 1923, le poste de Secrétaire perpétuel fut occupé successivement par deux personnes. Louis Le Nain fut nommé à titre provisoire juste avant le début des hostilités — le secrétariat de l’Académie fut transféré dans une salle de la Bibliothèque royale au cours du conflit — et remplacé par P. Pelseneer au cours de l’année 1919. Ils furent occupés, au cours de leurs mandats, par deux dossiers majeurs : les réparations et la restitution des biens volés au Palais des Académies et la création des nouvelles institutions qui concernaient la coopération intellectuelle internationale.

Au cours de la Première Guerre mondiale, le Palais des Académies fut transformé en lazaret, en hôpital militaire, par les Allemands. Cette occupation des locaux entraîna de nombreux dommages au bâtiment, aux bibliothèques, aux archives et au mobilier de l’Académie. Les salles du Palais des Académies avait été en effet converties en boucherie, en morgue, en salle de soins ou pour les tuberculeux. A la sortie de la guerre, les Allemands laissèrent des bibliothèques éventrées, des archives éparpillées dans les salles, les nécessaires de soins, les pansements souillés, des munitions et explosifs, etc. et volèrent de nombreux livres. Devant l’état déplorable des lieux, le Secrétaire perpétuel faisant fonction, Louis Le Nain, convînt avec un Juge d’instruction de prendre des photographies des lieux afin de déposer plainte par la suite. A partir de ces photographies, il put rédiger un rapport sur l’état de l’Académie à la fin de la guerre et envoya ce rapport en multiples exemplaires aux Académies étrangères, aux Ministères belges et aux légations étrangères présentes en Belgique. Par la suite, il organisa la réparation des locaux et la restitution des objets volés.

Les réparations des locaux et le remplacement du mobilier durèrent jusqu’en 1921 et ce fût un bras de fer permanent entre les Secrétaires perpétuels et les différents Ministères et organismes impliqués. Les réparations effectuées étaient souvent temporaires et/ou étaient retardées, motivés par les autorités selon lesquelles il y avait une pénurie des matériaux nécessaires et/ou ils connaissaient des problèmes budgétaires. Le Ministère des Travaux publics, section des bâtiments civils, fut le principal interlocuteur du secrétariat. Toutefois, devant la lenteur des réparations et face à des locaux où l’eau s’infiltrait, les Secrétaires perpétuels furent parfois obligés de passer par l’intermédiaire du Ministère des Sciences et des Arts afin de faire hâter certaines réparations. Aussi, ces travaux furent souvent hâtés à l’approche des Congrès internationaux que l’Académie royale de Belgique organisa au lendemain de la guerre. Cette bataille constante entre l’Académie et les autorités mena des situations absurdes, à l’exemple des illuminations des bâtiments à l’occasion du 21 juillet 1919. En effet, l’Administration communale de Bruxelles envoya une lettre au Ministère des Sciences et des Arts de donner l’ordre à l’Académie de faire illuminer le Palais. Les services du Ministère firent donc la demande auprès de l’Académie et, pour finir, cette dernière envoya une lettre au Bourgmestre de Bruxelles afin qu’il ordonne à son administration, donc l’Administration communale de Bruxelles qui avait fait la demande initiale, de faire illuminer le Palais des Académies.

Pour la restitution des biens volés à l’Académie, les Secrétaires rédigèrent une liste de tous les ouvrages manquants, usèrent du rapport rédigé par Louis Le Nain et envoyèrent toutes les preuves à leur disposition — parmi elles des témoignages de différentes personnes — afin de faire pression sur les autorités. Aussi, ils passèrent par l’intermédiaire des Ministères afin de procéder aux demandes de récupération. Aussi, quand cela était nécessaire faisait-il appel à la Commission des Réparations et même au Service de la restitution industrielle.

Peu avant la fin de la guerre, le Ministère des Affaires étrangères chargea Georges Lecointe d’effectuer une étude préparatoire sur les relations intellectuelles internationales après le conflit. Aussi, Lecointe, accompagné de Jean Massart et de de la Vallée Poussin, tous trois membres de l’Académie, participèrent à la conférence de Londres des Académies des Sciences interalliées, une réunion tenue entre les différentes Académies des pays alliés, puis à Paris. Bien qu’ils ne fussent pas présents en tant que délégués par l’Académie, la Classe des Sciences ratifia la désignation de ces trois personnes comme délégués quelques mois après. Ces conférences donnèrent naissance au projet d’un « Conseil international de Recherches ». Ce Conseil, qui avait pour siège légal Bruxelles, avait pour but la mise en commun de moyens et l’échange de connaissances en ce qui concerne les sciences dites dures, par la création de nombreuses sections d’études (Mathématique, Géodésie, etc.) sur un plan international et national. En effet, en plus des réunions internationales des différentes sections, les États étaient tenus de créer des Conseil nationaux de Recherches dans lesquels les savants d’un même pays pouvaient échanger leurs savoirs ou étudier différents sujets. L’un n’allait pas sans l’autre. Or, si le Gouvernement belge fit les réformes nécessaires pour l’institution du Conseil international de Recherches par l’attribution de la personnification civile, il en fut tout autrement pour les Conseils nationaux. En effet, les politiciens se montrèrent craintifs et avaient peur de voir là une dépense trop lourde pour les finances publiques, ce ne fût qu’en 1921 que les Conseils nationaux furent fondés par l’État. A partir de là, l’Académie royale de Belgique centralisa les différents recrutements des savants et techniciens belges qui étaient issus de l’Académie royale de Belgique, de différentes Académies belges, de fonctionnaires de différents ministères et des personnes reconnues comme étant qualifiées.

En conclusion, les Secrétaires perpétuels, seul poste administratif au sein de l’Académie, se heurtèrent bien souvent à la lenteur des ministères et à leurs craintes de dépenser trop d’argent. L’Académie était à la fois actrice, car ses membres initiaient des projets tel que le Conseil international de Recherches mais aussi soumise par les prérogatives de l’État.

Genki Takano (MA2 Histoire, Université libre de Bruxelles)

Billet rédigé dans le cadre du cours d’Histoire des administrations et de la série estivale sur ParenThèses, « L’administration dans tous ses États« .

Photo de couverture : Stavros Markopoulos, Enter the Academy.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "L’administration de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique au lendemain de la Première Guerre mondiale, 1918 – 1923", in ParenThèses, publié le 14/09/2015, URL: https://parenthese.hypotheses.org/1001 (consulté le 26/06/2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *