Séries junkie : pouvoir, politique et institutions

Entamer un doctorat, c’est bien. Le terminer c’est mieux. Entre l’inscription en thèse et sa soutenance, le temps passe sans doute trop vite pour que l’on ait l’occasion d’envisager d’autres thématiques et champs d’intérêt. On risque bien souvent de s’enfermer dans une hyperspécialisation qui, bien que bénéfique en certains points, reste problématique quant à l’ouverture d’esprit qu’il est de nos jours parfois nécessaire d’avoir. Comme Quentin et moi l’avons annoncé dans le billet de présentation du carnet, nous avons pensé dès le départ rédiger des billets consacrés au cinéma ainsi qu’aux séries télévisées. À condition, bien entendu, que les œuvres envisagées aient un rapport avec le droit, les institutions, la justice ou, rêvons, la législation. Quitte à découvrir d’autres contrées, faisons tout de même attention à ne pas s’aventurer dans des domaines totalement étrangers.

L’heure des séries a ainsi sonné…

Bien que cathodique pratiquant, je suis (très) loin d’être un spécialiste des études centrées sur la télévision, son esthétique ou sur l’histoire de ce médium. Le cycle que j’inaugure par ce billet entend donc répondre aux critères posés a priori : approfondir notre réflexion sur les institutions. J’ai naturellement été frappé de constater l’attrait développé par certaines productions autour de la politique contemporaine. C’est ainsi que nous voyons depuis deux saisons Kevin Spacey camper le personnage de Frank Underwood, un homme prêt à tout pour s’installer à la présidence des États-Unis, dans la série House of Cards (production de Netflix). Quelque temps avant House of Cards, le public européen avait fait la connaissance du personnage de Birgitte Nyborg (interprétée par Sidse Babett Knudsen), Premier Ministre danois, au cours des trois saisons de Borgen. Mais je ne peux passer sous silence la série produite par HBO (Home Box Office) qui a offert aux téléspectateurs la plus fine et la plus impertinente analyse des institutions dans notre monde urbain postindustriel : The Wire.

Le cinéma a, lui, depuis longtemps investi le champ du pouvoir. Si nous restons dans l’espace français, il suffira de citer l’excellent L’Exercice de l’État, film de Pierre Schoeller sorti en 2011 avec Olivier Gourmet dans le rôle d’un Ministre des Transports acculé au sein d’un gouvernement en crise. Si l’on remonte dans le temps, je pointerais Le Président d’Henri Verneuil avec Jean Gabin, Bernard Blier et Renée Faure dans les premiers rôles. Le ton est évidemment tout autre que le film de Schoeller – avec des dialogues d’Audiard le contraire serait étonnant. L’ex-président du Conseil (Jean Gabin) dicte ses Mémoires à sa secrétaire (Renée Faure) alors que son ancien collaborateur et désormais ennemi (Bernard Blier) est pressenti pour la présidence dudit Conseil. Le Président, sorti en 1961, contient d’ailleurs une scène dont l’actualité me surprend à chaque fois que je regarde ce film.

Le pari initial de ce cycle était de proposer une analyse croisée de  Borgen, The Wire et House of Cards afin d’observer le traitement parfois radicalement opposé des institutions, de leurs mécanismes ou de leurs incohérences. Dans mon esprit (très académique), un billet devait amplement suffire pour chaque série. Ça nous aurait fait trois billets que j’aurais évidemment agencés en trois parties. Emballez, c’était déjà pesé ! C’était toutefois sans compter sur The Wire et les aventures de l’inspecteur Jimmy McNulty & co. Diffusée entre 2002 et 2008, soit avant Borgen et House of Cards1, The Wire a sans doute poussé l’analyse des institutions contemporaines (police, politique, éducation, etc.) à un niveau qu’on n’avait jamais connu jusque-là. D’où un certain emballement des critiques et, partant, de la production scientifique autour de la série. Le tout donne une équation au résultat a priori contrasté : conceptions scénaristique et esthétique millimétrées + audiences relativement faibles = série culte louangée par les critiques et le monde académique.

Si dans l’espace anglo-saxon on semble avoir presque tout dit sur The Wire – la série a fait l’objet de cours ou de séminaires au sein d’universités de la Ivy League – le monde (académique) francophone commence seulement à s’y intéresser. Une publication récente est ainsi venue grossir les rangs des articles et monographies consacrés à la série. Une émission de France Culture avait pour l’occasion traité de The Wire. Notons au passage que la même France Culture a diffusé une émission autour du rapport au pouvoir à partir des séries Game of Thrones et House of Cards . Malgré tout il reste des points à éclaircir ou des précisions à apporter en fonction de l’angle d’approche que l’on privilégie. Je reviendrai ultérieurement sur tout ceci de façon plus détaillée, mais en toute logique un seul billet pour The Wire n’était pas suffisant.

Si ces trois séries ont retenu mon attention, c’est en raison de l’analyse fondamentalement différente qu’elles proposent des institutions ainsi que des hommes et femmes qui les animent. The Wire ne respecte, par exemple, presque aucun des canons d’une série policière ou politique. Ça ressemble à une série policière. Ça « sent » la série policière. Mais The Wire est tout sauf une série policière. C’est une fresque, voire même une tapisserie humaine où la trame de vie de chaque personnage s’insère dans celle de ceux qu’il côtoie, qu’il domine ou dont il est l’obligé. Tant au niveau de l’esthétique que du scénario, The Wire offre non pas un mais bien plusieurs points de vue (on frôle les 90 personnages sur cinq saisons !) qui nous aident à forger une analyse des institutions. House of Cards me paraît se trouver à l’extrême opposé. Nous suivons le parcours d’un homme puissant, ambitieux et qui se donne les moyens de son ambition. La série semble toutefois relever çà et là de la caricature ou du moins de l’hyperbole. Si le président Obama a souligné qu’il aimait House of Cards, il a cru bon de préciser qu’il n’était en réalité pas possible d’accomplir autant de choses que dans la série – on se sent tout de suite beaucoup plus rassuré. Borgen propose, à mon sens, le message le plus humain et positif en comparaison du fatum s’abattant sur les personnages de The Wire ou du « rouleau compresseur Underwood » présenté dans House of Cards. La série joue certes sur le côté « femme de pouvoir/mère de famille » mais me paraît échapper à un pathos ampoulé ou à l’hyperbole d’House of Cards.

Quelques précisions sont encore nécessaires. J’en ai évidemment… trois.

Primo. Ce cycle consacré aux institutions dans les séries télévisées s’ouvrira par l’analyse de The Wire. Je prendrai le parti de proposer un billet introductif à la série afin d’éviter les digressions inutiles (présentations de personnages, etc.) dans les billets d’analyse proprement dits. Ce procédé sera répété pour House of Cards et Borgen.

Secundo. Comme l’analyse des séries télévisées n’entre absolument pas dans le cadre de ma recherche doctorale, je ne peux y consacrer l’entièreté de mon temps. On excusera ici le côté peut-être lacunaire d’une analyse ou là la maîtrise un peu lâche de l’industrie télévisuelle. C’est bien entendu conscient de ces quelques limites que je me suis lancé dans l’analyse de ces trois productions.

Tertio. En corollaire de la précision précédente, il ne faudra pas s’attendre à ce que le cycle que j’entame autour de ces trois séries soit rapidement bouclé. Le visionnage des épisodes, la lecture de la littérature relative à chaque série, les comparaisons, etc., devant se faire au gré du temps libre – le titre de ce carnet, ParenThèses, n’aura sans doute jamais aussi bien porté son nom – il se peut que ce cycle se prolonge au-delà d’une année.

Enfin, il va sans dire que des éléments fondamentaux des intrigues de ces séries seront abordés dans les billets à venir. Cette dernière remarque fait donc office de spoiler alert. Que les plus susceptibles prennent le temps de regarder les trois séries que je traiterai avant d’entamer la lecture des billets. Qu’on ne me dise pas que je n’avais pas prévenu.

J’espère, enfin, que je pourrai compter sur votre attention…

N.B. : remerciement spécial à Beatriz Preciado dont l’ouvrage Testo junkie. Sexe, drogue et biopolitique a fourni l’inspiration pour le titre de ce billet. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, je vous assure que c’est une expérience de lecture un peu particulière.

Crédit photographique : Lubs Mary.

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Séries junkie : pouvoir, politique et institutions", in ParenThèses, publié le 29/09/2014, URL: https://parenthese.hypotheses.org/107 (consulté le 26/09/2021).
  1. Pour autant que l’on ne compte pas la version originale d’House of Cards, c’est-à-dire celle produite pour la BBC dans les années 1990, sur laquelle s’appuie entièrement le concept de la série produite par Netflix et dont elle reprend même le prénom du personnage principal, Francis Urquhart []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.