Face à la peur : guide de survie en territoire zombie

Depuis maintenant plusieurs semaines, la société belge est traversée par une série de tensions et de débats suite aux tragiques évènements du 22 mars 2016. À l’angoisse de possibles nouveaux attentats s’ajoutent des critiques à l’égard du gouvernement et des institutions belges quant à leur façon de gérer cette crise ; tandis qu’une commission d’enquête parlementaire a été mise en place, politiques, journalistes et experts n’ont eu de cesse de revenir à ces deux questions : comment mieux réagir en temps de crise, et surtout peut-on à l’avenir prévenir plus efficacement les attaques terroristes ?

Un sondage du journal Le Soir daté du 31 mars 2016 estimait de façon assez paradoxale que 73% des Belges pensent que « le renforcement des mesures sécuritaires n’empêchera certainement pas de nouveaux attentats », mais 79% croient également qu’« il faut vraiment un pouvoir fort pour mettre de l’ordre dans tout ça ». Je ne reviendrai pas ici sur la prudence qu’il faut avoir vis-à-vis des sondages, et plus encore sur l’inanité avec laquelle semblent avoir été formulées les questions (qu’est-ce qu’un « État fort » en Belgique ? Un pouvoir autoritaire ? Un État fédéral avec davantage de compétences que les régions ? Et puis que désigne le « tout ça » ?), pour simplement retenir que la question des politiques sécuritaires et du pouvoir de l’État est aujourd’hui centrale en Belgique.

Source : Le Soir, 31 mars 2016.
Source : Le Soir, 31 mars 2016. Ou comment poser des questions ambiguës.

Dans ce contexte, le chercheur en sciences sociales peut être à même d’apporter une série d’éclairages et de réflexions susceptibles d’éclairer les débats. Dans ce billet, mon intention est de faire la synthèse et le commentaire du contenu d’un petit livre paru récemment, intitulé L’exercice de la peur. Usages politiques d’une émotion, qui retranscrit un débat s’étant déroulé entre l’historien Patrick Boucheron et le politologue Corey Robin, avec une introduction du politiste Renaud Payre1.

Patrick Boucheron est un historien médiéviste français, récemment élu au Collège de France, et auteur d’un livre intitulé Conjurer la peur, dans lequel il analyse l’idéal de gouvernement dans la pensée politique tardo-médiévale au travers de la célèbre fresque des Effets du bon et du mauvais gouvernement d’Ambrogio Lorenzetti peinte à l’intérieur du Palazzo Pubblico de Sienne entre 1338-13392. Corey Robin, pour sa part, est un politologue américain, auteur de l’ouvrage Fear: the history of a political idea , publié en 2004, dans lequel il compare la place du concept de peur chez des penseurs tels que Hobbes, Montesquieu, Tocqueville, Arendt avec la situation politique américaine au lendemain du 11 Septembre3.

Pour reprendre le titre d’un ouvrage du génial romancier américain Max Brooks, ce livre de débat entre Boucheron et Robin est un véritable petit « guide de survie en territoire zombie »4 ! En effet, L’exercice de la peur est un texte très court, à peine 82 pages, dont le contenu s’avère particulièrement instructif sur la façon dont le chercheur et le citoyen peuvent appréhender les questions de sécurité, ceci à un moment où il peut s’avérer difficile de développer une réflexion critique, un moment propice pour se laisser contaminer puis diriger par l’angoisse (le « territoire zombi »5 de la pensée).

Penser après les attentats. Allégorie.
Penser après les attentats. Allégorie.

Les deux natures de la peur en politique

Comme il est souligné dans le livre en introduction du débat entre Boucheron et Robin,  « la peur n’est en aucun cas spontanée ou irrationnelle : elle est politique et réside même au cœur d’un rapport politique qui peut traverser les régimes et les idéologies » (p. 8-9).

Corey Robin distingue deux types d’usages de la peur en politique. Le premier est de nature « horizontale » : il s’agit de désigner un ennemi extérieur, un Autre ontologiquement en dehors de la communauté de la nation ou qui se serait placé de lui-même dans cette position, et qui constituerait une menace pour la société. Ici s’opère un processus d’essentialisation excluant où, dans le contexte actuel, le coupable d’un attentat peut être réduit à son identité de « terroriste » ou d’« islamiste » ce qui, par ricochet, est susceptible d’affecter plus largement un groupe étendu et hétérogène. Ici, on pense naturellement à la « communauté musulmane » lorsqu’elle est pointé du doigt comme s’il s’agissait d’une communauté uniforme qui ne serait pas traversée par un nombre varié de pratiques et qui constituerait en même temps une menace extérieure, puisque non intégrée au reste de la société et productrice de terroristes.

Le second type d’usage politique de la peur est de nature « verticale ». Il consiste en l’entretien de la méfiance entre les différents niveaux de la société : « les subalternes craignent leurs supérieurs hiérarchiques parce que ces derniers détiennent le pouvoir de les menacer, de les intimider et de les punir, ou de leur reprendre ce qu’ils ont. Les classes dirigeantes redoutent que ceux qu’elles dirigent se révoltent et les privent de leur pouvoir » (p. 40). Il s’agit bien entendu ici d’une interprétation d’inspiration marxiste destinée à mettre en avant les systèmes de dominations qui traversent les sociétés contemporaines. Elle a le mérite de souligner que l’exercice politique de la peur « n’est donc pas le corollaire de la guerre » (p. 41) mais imprègne durablement les structures socioéconomiques.

Pour Corey Robin comme Patrick Boucheron, le propos n’est pas ici de dénoncer la présence de la peur en politique (elle leur parait même pratiquement inévitable), mais plutôt de critiquer les situations où cet usage s’avère nocif pour la société. Pour Boucheron, en démocratie, c’est même le maintien de l’équilibre entre les différentes peurs qui maintien la res publica à flot.

La peur comme fondement (d’une) politique, de l’inquiétude siennoise à la société du risque contemporaine

Dans Conjurer la peur, Patrick Boucheron expose comment la peur est au fondement du pouvoir politique au sein de la ville de Sienne au XIVe siècle. Lorenzetti, lorsqu’il peint la fresque du Palazzo Pubblico, représente côte-à-côte le « bon » et le « mauvais » gouvernement, exprime l’inquiétude de la république siennoise gagnée par un régime de plus en plus autoritaire, « celui de la seigneurie, que les historiens définissent aujourd’hui par la personnification d’un pouvoir autoritaire et l’extension de son exercice au-delà des murs de la cité » (p. 28). L’ennemi, l’Autre ici désigné par la fresque, c’est bien la tyrannie, le gouvernement politique illégitime et mortifère. En commandant cette fresque à Lorenzetti, l’administration municipale occupant le Palazzo Pubblico cible son adversaire en même temps qu’elle cherche à instaurer une certaine forme de peur chez les Siennois : en maintenant la population dans l’état d’inquiétude vis-à-vis de la tyrannie, la république légitime son propre régime. Ainsi, selon Boucheron, « conjurer la peur ne signifie ni l’annuler ni la tranquilliser, mais la ramener à une lucidité minimale afin de ne pas lui attribuer des noms d’emprunts. Conjurer la peur, c’est lui donner son objet véritable, qui porte le beau nom de vigilance » (p. 51).

Le bon gouvernement d'Ambrogio Lorenzetti (1338). Source : Flickr
Le bon gouvernement d’Ambrogio Lorenzetti (1338). Source : Flickr.

Comme le rappelle Renaud Payre dans son commentaire introductif au débat entre Boucheron et Robin, « l’inquiétude repose sur l’incertitude. Les politiques du risque (qu’il soit sanitaire, industriel et même terroriste) reposent sur une forme de connaissance et de circonscription de ce que l’on ne peut pas savoir. Et ce afin de réduire l’incertitude » (p. 20). Payre fait bien entendu ici allusion aux travaux du sociologue allemand Ulrich Beck autour de La société du risque6, sur lesquels j’aimerais m’attarder ici quelques instants. Lorsque Beck achève son célèbre livre Risikogesellschaft au milieu des années 1980, la catastrophe de Tchernobyl vient à peine d’avoir lieu ; les « risques » dont il est question dans l’ouvrage sont d’abord liés aux enjeux industriels et environnementaux et non pas à une éventuelle menace terroriste. Ce n’est toutefois qu’en 2001 que Risikogesellschaft est traduit en français. L’ouvrage a donc été reçu dans le monde francophone dans un contexte d’immédiat après-11 Septembre, ce qui explique la mobilisation fréquente de La société du risque par les chercheurs en sciences sociales dans le débat sécuritaire, au point qu’Ulrich Beck lui-même publia en 2003 un article sur La société du risque globalisé revu sous l’angle de la menace terroriste7. De fait, si Beck ne discute pas originellement de la gestion politique du terrorisme dans son livre de 1986, son analyse de la transformation du paradigme des politiques de prévention n’en reste pas moins pertinente. Pour l’auteur, les sociétés contemporaines se caractérisent par une double logique de répartition des richesses et de répartition des risques au sein de la population. Dit autrement, la possession de richesses et l’exposition potentielle à une menace (écologique dans la perspective de Beck, terroriste dans le contexte actuel) ne sont pas équivalentes au sein de la population. « Dans le domaine politique », écrit Beck, « ceci a pour conséquence que les risques socialement reconnus recèlent une singulière charge explosive : ce qui jusqu’alors était considéré comme apolitique devient politique – l’élimination des « causes » au sein même du processus d’industrialisation ». Il rajoute : « la société du risque est une société de la catastrophe. L’état d’exception menace d’y devenir un état normal »8. À nouveau, le sociologue allemand parle ici de risques de désastres écologiques, d’accidents nucléaires ou d’intoxication du fait de la production industrielle, mais cette analyse s’applique également aujourd’hui en matière de question sécuritaire : dans la société contemporaine, la prévention du terrorisme repose sur l’évaluation de risques calculables (la fameuse « évaluation de la menace terroriste »), ce qui permet ensuite, via des politiques de gouvernement, de diminuer la « probabilité » d’attentats par la mise en place de dispositifs de coercition ou de surveillance (caméras de sécurités, systèmes de fouille, présence de policiers ou de militaires armées).

8523054916_7f8995153d_o
Risikogesellschaft. Au passage, c’est pas non plus la joie niveau nucléaire en ce moment en Belgique. Source de l’image : Flickr.

Si ces dispositifs sont destinés à diminuer le risque d’être victime d’attentant au sein des populations les plus exposées (ici, le citoyen évoluant dans l’espace public et prenant les transports en commun), ils ont un impact plus large sur les conduites de vie quotidiennes, tout en maintenant la population dans un état d’inquiétude. Comme l’écrit Beck dans son article de 2003, « c’est cette universalisation de l’insécurité et de dangers de second ordre, et l’omni-conscience publique de ce risque, parce que mis en scène par les mass media, qui créent cette différence [avec la société industrielle du XIXe siècle] faisant date. Dans la société du risque globalisé, il s’agit en conséquence de l’obsession de simuler le contrôle de l’incontrôlable à tous les niveaux, dans la politique, dans le droit, dans la science, dans l’économie, dans la vie quotidienne »9. Toutefois, ce qui distingue le risque écologique du risque terroriste, c’est la substitution du hasard de l’accident par l’intention de l’attaque10. L’attentat terroriste, parce qu’il s’agit d’un acte intentionnel, est principalement conçu comme le résultat de comportements humains individuels et ne peut donc être évité que par des mesures sécuritaires et coercitives ciblant directement les conduites humaines, ce qui a au final un impact direct sur l’ensemble de la population.

Dans la perspective du débat entre Patrick Boucheron et Corey Robin, si la société du risque globalisé se distingue par ses dispositifs de gestion des risques conçus comme des probabilités, elle n’en reste pas moins l’héritière d’un usage politique de la peur que l’on retrouve déjà dans les pratiques médiévales. L’omniprésence contemporaine du risque rappelle l’omniprésence de la peur de la tyrannie chez les Siennois du XIVe siècle, à ceci près qu’alors que l’inquiétude médiévale était dirigée vers les dirigeants, le contexte sécuritaire actuel cible davantage la population et conduit à la mise en place de dispositifs adaptés.

Les infrastructures de la peur

Que l’usage politique de la peur ait un impact sur les conduites des comportements n’est pas une idée nouvelle pour les historiens. Quand en 1978 Jean Delumeau écrivait son ouvrage classique La peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles), il soulignait comment les Réformes protestantes et catholiques conduisirent au renforcement des « polices chrétiennes » en Europe : la crainte de l’hérésie amena à davantage de coercition à l’égard des comportements11. Au seuil de la modernité, la peur (du diable, de la déviance) aurait ainsi joué un rôle dans la modification des comportements, que l’on interprète cette modification des comportements à l’aune de la théorie de la « civilisation des mœurs de Norbert Elias », de la « disciplinarisation sociale » de Gerhard Oestreich ou même de la « confessionalisation » de Wolfgang Reinhard et Heinz Schilling12.

On retrouve une idée similaire chez Corey Robin. Lorsqu’il écrit Fear en 2004, les États-Unis sont en pleine période de crise post-11 Septembre et de guerre en Irak. La lutte contre le terrorisme est au cœur des débats politiques et médiatiques. Toutefois, comme a pu depuis l’observer le politologue, les choses évoluent à partir de 2006 : « la politique sensationnaliste de la peur née des contrecoups du 11 Septembre s’est, en pratique, dissipée. Aux États-Unis, le terrorisme n’occupe plus une place centrale dans notre quotidien […] ; il est devenu un désagrément, un de ceux que le gouvernement s’efforce d’enrayer, et non une source de menace pour nos modes de vie » (p. 36). Pourtant, alors même que le terrorisme n’est plus au cœur des préoccupations américaines, les structures de lutte anti-terroriste mises en place les années précédentes vont subsister. Le département de la Sécurité intérieure des États-Unis (United States Department of Homeland Security), créé en 2002, existe toujours, tout comme le Patriot Act de 2001 est encore d’application, tandis que le camp de Guantánamo n’est à ce jour pas encore fermé. En d’autres termes, les infrastructures sécuritaires mises en place dans un contexte politique de peur continuent d’exister quand bien même l’inquiétude diminue, lorsque la population s’est habituée à leur existence et ne remet pas (ou peu) en doute leurs activités. On pourrait aussi parler (Robin ne le fait pas ici), de la compatibilité d’infrastructures de la peur avec l’économie. Il faut pour cela revenir à nouveau à Ulrich Beck, selon qui  « sous l’effet de la peur, l’économie (« l’économie de la peur ») tirera profit de la crise de nerfs généralisée. Le citoyen, méfiant et suspect à la fois, sera scanné, photographié et interrogé « pour sa propre sécurité » et devra en être reconnaissant. Comme l’eau et l’électricité, la sécurité sera un bien de consommation imputable à l’organisation publique »13. Le succès des compagnies de sécurité privée, aux États-Unis mais aussi en Europe, parait aller en ce sens.

Conclusion

Que retenir de ce dialogue entre Patrick Boucheron, Corey Robin et Ulrich Beck ? L’usage de la peur en politique ne date pas d’hier. Même s’il prend aujourd’hui de nouveaux visages et développe de nouvelles techniques, il repose sur des pratiques déjà en usage depuis (au moins) la période médiévale. Il ne s’agit évidemment pas ici de considérer comme équivalent le contexte sécuritaire actuel avec les Réformes et la « révolution disciplinaire »14 du début des Temps Modernes, mais plutôt de souligner la longue histoire d’amour entre l’usage politique de la peur et la modification des conduites de comportement. L’exemple récent des États-Unis souligne bien comment des mesures politiques destinées à protéger la population et à traquer quelques individus très précis peut au final avoir un impact durable sur la société. Que la France et la Belgique vivent ou non leur propre (après-)11 Septembre aujourd’hui, force est de constater l’omniprésence du débat sécuritaire et de la rhétorique guerrière.

Pour citer ce billet : Quentin Verreycken, "Face à la peur : guide de survie en territoire zombie", in ParenThèses, publié le 11/05/2016, URL: https://parenthese.hypotheses.org/1249 (consulté le 22/06/2017).

Image de couverture : Sergio Ceron, Zombie.

  1. Patrick Boucheron, Corey Robin et Renaud Payre, L’exercice de la peur. Usages politiques d’une émotion, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015. Je signale au passage que j’ai également co-signé un compte-rendu du livre sur la revue Lectures avec mon comparse Lionel Francou. []
  2. Patrick Boucheron, Conjurer la peur. Sienne, 1338 : essai sur la force politique des images, Paris, Seuil, 2013. []
  3. Corey Robin, Fear: the History of a political idea, Oxford, Oxford University Press, 2004, traduit en français par La Peur : histoire d’une idée politique, Paris, Armand Colin, 2006. []
  4. Max Brooks¸ The zombie survival guide, New York, Three Rivers Press, 2003, traduit en français par Guide de survie en territoire zombie, Paris, Calmann-Lévy, 2009 []
  5. Que l’on ne voie pas ici de lien direct dans cette appellation avec le concept controversé de « catholicisme zombi » développé par Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, Le Mystère français, Paris, La République des Idées/La Découverte, 2013 []
  6. Ulrich Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001 []
  7. Idem, « La société du risque globalisé sous l’angle de la menace terroriste », dans Cahiers internationaux de sociologie, vol. 114, n° 1, 2003, p. 27-33. []
  8. Idem, La société du risque…, op. cit., p. 43. []
  9. Idem, « La société du risque globalisé… », op. cit., p. 31. []
  10. Ibid., p. 32. []
  11. Jean Delumeau, La peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles). Une cité assiégée, Paris, Fayard, 1978. []
  12. Norbert Élias, La civilisation des mœurs, Paris, Pocket, 1973 ; idem, La dynamique de l’Occident, Paris, Librairie générale française, 1977 ; idem, La société de cour, 2e éd., Paris, Flammarion, 1985 ; Gerhard Oestreich, Neostoicism and the early modern state, Cambridge, Cambridge University Press, 1982 ; Utte Lotz-Heumann, « The concept of confessionalization: a historiographical paradigm in dispute », dans Memoria y Civilización, vol. 4, 2001, p. 93‑114. []
  13. Ulrich Beck, « La société du risque globalisé… », op. cit., p. 31. []
  14. Philip S. Gorski, The disciplinary revolution. Calvinism and the rise of the State in early modern Europe, Chicago, University of Chicago Press, 2010. []

Une réflexion au sujet de « Face à la peur : guide de survie en territoire zombie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *