Un livre dangereux : Dimitri Casali, « La longue montée de l’ignorance »

Écoeuré, je suis écoeuré. Un peu comme Claudy Focant, j’ai l’impression de m’être fait carjacker intellectuellement. J’ai essayé de lire le livre Dimitri Casali, mais je n’ai rien pu faire. J’ai tâché de lire plusieurs pages (au départ j’envisageais même de lire plusieurs chapitres), mais je suis devenu fou. Là, je suis encore prostr… frustr… je ne sais même plus comment il faut l’écrire.

Les encouragements bienvenus de Quentin  : Askip t’es plus un simple étudiant, mais un vrai historien… Alors culture-toi un peu, merde ! (signé) Quentin

J’ai aussi un peu hésité avant de rédiger ce billet. De manière générale, il y a deux solutions dès lors qu’il est question d’un mauvais bouquin. Soit ne pas en parler pour uniquement se focaliser sur ceux que l’on apprécie. Soit aborder les mauvais livres s’ils contiennent en eux un potentiel élevé de nuisance intellectuelle. Le livre en question s’inscrit pleinement dans la seconde catégorie. On pourrait éventuellement considérer qu’il faudrait passer son chemin et ne rien dire à propos du dernier livre de Dimitri Casali. Toutefois, cet ouvrage est dangereux. Et partant, son auteur l’est tout autant.

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas encore D. Casali ainsi que son « œuvre », il vous faut lire Les historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson : la résurgence du roman national rédigé par W. Blanc, A. Chéry et Ch. Naudin (préface de N. Offenstadt, nouvelle édition parue en 2016) dans lequel les auteurs consacrent plusieurs pages à Casali.

Pourquoi aborder Casali est-il aussi important pour l’historien belge ? Tout simplement parce que Dimitri Casali a pignon sur rue dans le plat pays. Son dernier livre est évidemment dans les présentoirs des librairies, mais ce n’est pas tout. Il a ainsi été invité au dernier salon du livre d’histoire de Bruxelles organisé par Patrick Weber (journaliste-écrivain-touche-à-tout-tellement-que-c’est-flippant-à-observer). Deux billets avaient été publiés sur ParenThèses à ce sujet ici et . Et pour rappel, Lorànt Deutsch et Stéphane Bern étaient les invités d’honneur du salon du livre d’histoire 2016… ça se pose là en termes de whathefuckesque organisationnel.

Si tout ça vous exaspère déjà, je vous propose un résumé à peine retravaillé du livre : tout va mal, l’ignorance est rampante, c’était mieux avant, suivons l’exemple de Napoléon.

Les plus pressé(e)s peuvent retourner à leurs occupations habituelles. Merci. Et à bientôt !

Inconstance intellectuelle

La solution à la perte des connaissances ? Deux mots : IDRISS ABERKANE. Un mot, un geste et Idriss fait le reste !

Au bout de 10 pages, l’évidence saut aux yeux. Casali mêle un fatras d’exemples afin de démontrer que l’ignorance serait en voie de « silencieusement regagner du terrain » (p. 7). Le hic c’est que notre auteur met sur un pied d’égalité l’ignorance et la bêtise. Il précise même que « ce livre ne se bornera pas à recenser des exemples isolés de bêtise ordinaire » (p. 13). Comme le dirait mon ami Bruno : Wait a minute !? 

En fait, Casali semble être le tenant de ce magnifique raccourci intellectuel : des actes bêtes seraient effectués par des gens ignorants. L’auteur embraye directo pronto avec un exemple qui deviendra assurément le point Godwin du 21e siècle : le cas des destructions des sites antiques de Palmyre par l’État dit islamique. Appelons ça, par commodité de langage et par volonté d’être catchy, le point Daech. A l’aide de tels exemples, l’explication de Casali est limpide : on vit dans un monde où règne l’ignorance et à cause de cela des actes barbares ou bêtes sont commis quotidiennement.

Nous avons regardé ces images meurtrières (de destructions) à la télévision, les bras balants, sans nous rendre compte que nous contribuons chaque jour à ce désastre, en laissant nos enfants s’enfoncer dans l’ignorance, en délaissant la culture classique par une pseudo-culture populaire d’inspiration languienne (pas Fritz Lang hélas, Jack…) (p. 12).

Dans son discours De la bêtise, Robert Musil disait en 1937 que « par peur de paraître bête autant que de manquer à la bienséance, les hommes sont nombreux qui se tiennent pour intelligents mais ne le disent pas »1. Eh bien ! Dimitri il n’a pas peur de dire qu’on est tous des ignares, sous-entendant qu’il ne l’est pas et qu’il sait comment on peut se sortir de l’impasse. Sauf que…

Pourquoi toujours mettre le portrait de l’auteur sur la couverture ? Ego qui ne s’ignore pas…

Sauf qu’en réalité il ne présente pas de « Plan B ». Dimitri Casali est très fort dans l’abattage en règle de l’état culturel de son pays, la FFFFFrance de Napoléon – il faut insistant sur le F, c’est important, ça marque la grandeur du pays –. En revanche, on peine à trouver une recommandation qui ne soit pas « C’était mieux avant » ou « Il faut revenir à ce que l’on faisait avant ». Avant, avant, toujours avant… Aaaah on était doué avant. Avant, c’était toujours mieux. Récemment encore, le journaliste/écrivain/histrion belge, Patrick Weber – vous vous rappelez, celui qui a invité Dimitri Casali à son salon du livre d’histoire –, soulignait qu’en Belgique l’enseignement de l’histoire se portait mieux avant. Sérieusement, qui pourrait m’expliquer un jour de quoi « avant » est-il le nom ???
#poseunequestioncommeBadiou

Une pensée en mode incantatoire

Avant, tout était donc mieux. Aujourd’hui, c’est galère. Mais pour le prouver, autant ne pas s’embarrasser d’argumentations construites.

Concernant la lecture : « C’est un fait : aujourd’hui nous lisons de moins en moins » (p. 39). Ce sont « les indicateurs » qui « attestent » de ce phénomène. Quels indicateurs ? On ne le saura jamais. De même, des livres tels qu’Harry Potter ou Twilight relèvent d’une littérature « pour ‘jeunes’ florissante » qui « contribue à creuser encore un peu plus le fossé générationnel » (p. 40). Ou encore : « le calcul mental, tout comme la dictée, a ainsi été élevé au rang de pratique moyenâgeuse inutile » (p. 42). Mais pourquoi !? POURQUOI ??? Quel est le problème avec le moyen âge ? Seriously.

Ca clash ou c’est moi ?

Après le moyen âge, c’est le monde arabe qui en prend plein dans la figure… Sans doute qu’il ne faut pas minimiser la situation politico-religieuse dans maints pays arabes, mais les pays de l’Union seraient bien en mal de parader par les temps qui courent (cf. situation en Hongrie notamment). Rien que les titres des sections dans le chapitre sur le monde arabo-musulman sont collector : « un monde arabe sclérosé », « la langue arabe, vecteur de retard économique », « le boulet de la religion musulmane », « la régression des enseignements », « la régression scientifique arabe (XVIe-XXIe siècle) » ou le magnifique « du savoir à la barbarie ». Suit un chapitre consacré à l’Europe moderne, à l’avènement de la révolution scientifique et aux Lumières pour montrer que tout est beau et joli dans le monde européen.

Ils seraient premiers si ces cons parlaient pas arabes…

À certains moments, le livre fait même rire tant l’explication est énorme. Casali n’aime ainsi pas BHL qui fait « partie des données permanentes de notre monde comme la chaleur en été » (p. 33-34). Soit. Concédons au moins cela. On touche au sublime quand Casali écrit que BHL « est sans doute l’incarnation d’une forme d’arnaque intellectuelle française,», un de ces « pseudo-penseurs » qui « en occupant le terrain, participent à l’occultation des chercheurs, ceux qui consacrent des années de travail à leur domaine de recherche » (p. 34). Avouez ! Vous pensez à la même chose que moi : on peut changer « BHL » par « Casali », non ? Concernant les recherches scientifiques, Casali  nous apprend encore que « aujourd’hui, tous les travaux scientifiques sont numérisés et archivés de manière ultra-sécurisée » (p. 17). Ah… On ne m’avait pas prévenu.

Le livre de la bande à Patoche

S’il faut respecter les chercheurs qui travaillent sur une thématique pendant des années, pourquoi Dimitri Casali se permet-il d’attaquer L’histoire mondiale de la France co-dirigé par Patrick Boucheron ? En deux pages (p. 245-246), Casali tente de démontrer toute l’inanité de cette entreprise scientifique, certes mammouth, mais qui a le mérite de décentrer notre regard. Comme Alain Finkielkraut ou Éric Zemmour, Dimitri Casali aimerait souligner que « ces historiens prennent le risque de ne pas rester objectifs et oublient tout ce que la France a apporté au monde ». A force de démontrer que la France a tant apporté au monde, on ne pourrait pas un peu penser 30 secondes à tout ce qui a influencé la France ? Apparemment, non.

Excusez du peu, il ne faudrait pas oublier que « Patrick Boucheron oublie la première leçon » que tous les historien(ne)s apprennent : « toujours replacer dans le contexte de l’époque les faits et personnages historiques » (p. 246). Casali choisit de retenir que l’ouvrage de Boucheron & co. est une entreprise qui tente de « dissoudre ce que l’histoire de France a de spécifique dans les idées du moment que sont la diversité et le métissage » (p. 247). Ooooooh ! Les grands mots sont lâchés. Du coup, parmi les presque 800 pages du volume, Casali remet en cause « l’étrange autoflagellation » que l’on retrouverait dans la livre à propos d’un Occident en dette par rapport à l’Islam.

Tant qu’on y est, je voudrais aborder encore deux points du livre qui sont, me semble-t-il, importants de manière générale, mais encore plus dès qu’il s’agit d’enseignement de l’histoire, en particulier, et la recherche scientifique et la diffusion des résultats de recherche, en général. Il s’agit de Wikipédia et des blogs.

Wikipédia : le Belzebuth encyclopédique

Fifty Shades of Education Nationale ?

La position de Casali par rapport à Wikipédia correspond à ce qu’Alexandre Moatti a appelé l’antiwikipédisme, terme auquel on peut adjoindre ici l’épithète « primaire » tant la présentation est sommaire2. Comme ailleurs, il ne s’agit pas, pour Casali, de pointer les problèmes afin de dégager des solutions. Il s’agit ni plus ni moins de dénigrer sans retenue Wikipédia dans sa globalité. Un peu à l’instar de Pierre Assouline ou de Jean-Noël Jeanneney qui ont aussi pu critiquer Wikipédia, on peut relever que Dimitri Casali appartient à une génération plus que quinquagénaire. Bien qu’il pourrait faire croire qu’il est ostracisé par tous et que l’Education nationale française serait bien inspirée de reprendre ses idées, Casali évolue dans une sphère médiatique à laquelle peu d’entre nous ont accès. Il reprend les arguments de ce qu’A. Maotti a dénommé l’antiwikipédisme mondain : “(…) effets de manche (équivalent ou ancêtre du bashing), faible argumentation, amplification démesurée d’incidents mineurs” (Maotti, 2015).

Tu crois qu’en France ils auraient appelé ça la « que dalle » ?

Pour Casali, il ne fait aucun doute qu’Internet a « ouvert la voie à la culture de l’amateur, si omniprésente que par contrecoup, l’expertise et le savoir perdent du terrain » (p. 206). Le raccourci est des plus incroyables dans la mesure où Casali ne démontre à aucun moment qu’une montée en puissance d’un culte de l’amateur (« tout le monde a son mot à dire ») est obligatoirement synonyme d’un déclin marqué de l’expertise ou déclencherait une montée de l’ignorance. Que doit-on d’ailleurs comprendre par « expertise » ? Tous les domaines sont-ils concernés ? On n’en saura rien.

L’auteur explique ensuite que « Wikipédia est par définition bourrée de demi-vérités et d’erreurs ». Pour expliquer cette situation, Casali en appelle à l’e-reputation dont la logique serait que « l’internaute prend d’autant plus de poids qu’il partage, discute, écrit et commente beaucoup ». Mais bon sang de bonsoir, en quoi cela a-t-il un rapport avec le fonctionnement de Wikipédia ainsi que le contenu mis en ligne sur l’encyclopédie ?

C’est bien connu. Déjà au Jardin d’Eden, Adam instagrammait Eve. C’était avant le poke sur Facebook, the ante-poke era.

 

Oh ! Alerte au gogol !

La présence de notices bien pourvues en références et au contenu développé s’expliquerait par « une sorte d’état de nature proche de celui décrit par Hobbes, où les plus bavards imposent leur loi et où des sujets futiles qui passionnent les internautes l’emportent sur des sujets ardus ». Grand Dieu ! Il y a davantage de notices sur Homer Simpson que sur l’aède Homère de l’antiquité. Insurgeons-nous. Le pauvre Hobbes doit également être en train de se retourner dans sa tombe à la lecture d’une telle simplification de sa pensée politique. Comme à chaque fois, la réflexion est tellement racornie qu’elle se limite à du name droping ou à des comparaisons qu’aucun intellectuel/chercheur/penseur un tant soit peu sérieux oserait émettre.

It’s true. It’s on the Wikipedia !

A aucun moment, D. Casali ne s’interroge sur les potentialités qu’offre Wikipédia, sur les soubassements intellectuels de l’entreprise, sur les possibilités pour l’enseignement de la critique historique, bref sur le continent des possibles qu’offre l’encyclopédie en ligne. Les ornières sont tellement grosses que D. Casali semble avoir arrêté ses recherches après 2010. Comme à chaque fois les idées émises relèvent d’une posture idéologique – Wikipédia est le nouvel avatar de Belzébuth ! – davantage que d’une interrogation équilibrée sur les limites et les possibilités de Wikipédia.

Ce ne sont pourtant pas les contributions sur le sujet qui manquent ! Sacré nom d’une chique, D. Casali ingore-t-il que des ouvrages entiers ont été consacré à la question ou que nombreux sont les historien(ne)s à prendre au sérieux Wikipédia  ? Pour quelqu’un qui souhaite éveiller les consciences face aux dangers d’une ignorance rampante, voire omnipotente, la légèreté de l’heuristique qui entoure ce livre laisse sans voix.

Les blogofascistes, ces vils gredins 

Wait for it…

Si Casali n’a pas eu vent des références renseignées au paragraphe précédent, je pense que l’explication est très simple : il s’agit de billets essentiellement publiés sur des blogs. Et Dimitri Casali n’aime pas les blogs. Oh que non ! Le terme blogofascistes n’est d’ailleurs pas de Casali ; il l’emprunte au journaliste et critique américain Lee Siegel. Selon Siegel, écrit Casali, « l’insulte, l’intimidation et la menace seraient le quotidien de la blogosphère qui serait une vaste jungle soumise à la loi du plus fort » (p. 215). L’info cocasse : les attaques de Siegel contre les blogofascistes sont publiées sur… son blog. Les blogueurs seraient tous des psycho-rigides incapables de discuter ou d’entendre des commentaires contraires à l’opinion qu’ils expriment… Qui sont ces blogofascistes ? Tous les blogs sont-ils à mettre dans le même panier ? Pour Casali la réponse semble bien être « oui ».

Un appel de Kim K à la communauté internationale en faveur des blogs. Soutenez, vous aussi, un bloggeur dans le besoin.

De nouveau, on se demande dans quel monde vit Casali. Le blogosceptique Casali soucieux de prendre en considération l’éducation de la société serait sans doute étonné d’apprendre qu’il existe à l’heure actuelle une quantité astronomique de blo… oups… de carnets de recherche tenus par des chercheurs sérieux qui n’ont rien de fascistes. Avec deux pages sur les blogs, Casali annihile toute l’importance de plateformes scientifiques professionnelles telles qu’Hypothèses. De toute façon, il semble entendu pour l’auteur que rien de bon ne peut être trouvé dans les blogs ou sur Wikipédia. Et de rater, à nouveau, la chance de mettre en lumière les instruments ou les initiatives qui tendent, chaque jour, à diffuser davantage les connaissances de nombreuses disciplines des SHS.

Les grandes heures du triomphalisme négatif

Le plus dérangeant dans ce livre, c’est qu’aucune solution n’est proposée aux problèmes qui sont présentés. Tout serait bon à jeter dans notre époque. Rien de positif. Emballez, balancez, oubliez. La trinité casalienne pour le 21e siècle en somme.

Il n’y aurait donc rien à sauver de Wikipédia ou des blogofascistes, de L’histoire mondiale de France ou des programmes de l’Éducation Nationale. Le prisme constamment négatif de l’ouvrage répond au but de l’auteur : montrer que tout va mal et que les individus deviennentt de plus en plus ignares. Dimitri Casali est embarqué dans une spirale sans fin : vouloir absolument prouver que nous sommes emportés dans un processus de déclin permanent.

Le triomphalisme négatif de ce genre d’auteur donne froid dans le dos tant il fait fi des idées et des initiatives originales déjà à l’oeuvre dans les sphères abordées (Wikipédia et blogs notamment). Dimitri Casali reste fidèle à lui-même – au moins il n’entre pas en contradiction avec son propre ego – mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un ouvrage partial, parcellaire dans sa façon d’aborder les thématiques, et partant, dangereux dans les idées qu’il propage. Casali correspond à une vision très particulière de l’histoire, celle que Kant qualifiait de « façon terroriste de se représenter l’histoire des hommes »3. Assurément, Casali aurait rejoint la clique établie par Kant dans son oeuvre La critique des facultés où le philosophe de Koenigsberg « y raille tous les prophètes, les hommes politiques et les ecclésiastiques qui se targuèrent dans le passé d’annoncer le déclin des moeurs ou une décadence politico-culturelle »4. Kant ne voit pas d’autre possibilité que celle de considérer les vues de ces individus comme des « prophéties autoréalisatrices, puisque ces auteurs, par leurs propres méfaits, n’ont pas peu contribué à ce que l’histoire prenne précisément ce tour négatif qu’ils croyaient pouvoir anticiper »5. Casali égrène ici comme il l’a fait ailleurs, tel un mantra, que « la perte de valeurs, d’identité et de culture » constituent « les raisons de la crise morale sans précédent que traverse (la France), ainsi que la désintégration de tout patriotisme »6.

Sans doute que lire ces quelques pages de Casali est une perte de temps, mais l’attention accordée à ce genre d’auteurs conjuguée à leur présence bien en vue dans les librairies conduit ni plus ni moins à de la désinformation primaire. Les ouvrages cités sont anciens, les analyses sommaires, les raccourcis innombrables, la vision est partiale, etc. Au moins, chez Fox News, ils ont eu l’intelligence de prendre comme slogan Fair and Balanced. Après, ce qu’ils en font, c’est une autre histoire… Tout ce que propose Dimitri Casali est un assemblage d’idées fait de bric et de broc à partir d’informations parfois datées et qui participent au renforcement de ses idées. L’honnêteté intellectuelle aurait imposé un traitement fair and balanced des propos émis. En attendant, le seul qui continue d’être un prophète de l’ignorance et des malheurs à venir, c’est bien Dimitri Casali.

 

N.B. : les commentaires en marge des propos de Dimitri Casali (voir photos) sont évidemment du second degré visant à souligner la bêtise des propos. J’aime autant le préciser pour éviter de me faire traiter d’idiot.

Photo de couverture (j’ai mis un livre pour faire un peu Casali friendly) : John-Mark Kuznietsov

  1. Musil Robert, De la bêtise, traduit de l’allemand par Matthieu Dumont et Arthur Lochmann, Paris, Editions Allia, 2015, p. 17 []
  2. Moatti A., Postures d’opposition à Wikipédia en milieu intellectuel en France, dans Wikipédia, objet scientifique non identifié, (dirs.) L. Barbe, L. Merzeau et V. Schafer, p. 123-133, en ligne sur Open Edition []
  3. Cité dans Honneth A., Ce que social veut dire. I. Le déchirement du social, chapitre 1 : “De l’irréductibilité du progrès. La relation de l’histoire et de la morale selon Kant”, Paris, 2013, p. 37 []
  4. Voir Honneth A., Ce que social veut dire…, op. cit., p. 35 []
  5. Cf. Honneth A., Ce que social veut dire…, op. cit., p. 35 []
  6. cité dans Les historiens de garde, p. 175 []

Une réflexion au sujet de « Un livre dangereux : Dimitri Casali, « La longue montée de l’ignorance » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *