Entretien avec Jean-Marie Cauchies : le parcours (2/5)

Après une première partie d’interview consacrée à « Jean-Marie Cauchies : les origines de l’historien », voici maintenant la seconde, que l’on aurait pu tout aussi bien intituler, dans une veine très hollywoodienne : « John-Mary Roadways : Rise of the Researcher ». Il faut dire que l’interviewé a derrière lui près de quarante années d’enseignement et de recherche à l’Université Saint-Louis – Bruxelles et l’Université catholique de Louvain, où ses cours d’Histoire de Belgique (célèbres pour la rigueur de leur plan en trois parties composées de trois sections chacune divisée en trois chapitres de trois points !) ont marqué des générations d’étudiants. À la Faculté de philosophie et lettres de Saint-Louis, il a présidé par deux fois la section histoire (1985-1989, 1999-2001) et a été doyen de cette même Faculté de 1990 à 1996. Jean-Marie Cauchies s’est également illustré par son engagement dans différentes sociétés d’histoire locale. De 1973 à 2013, il fut en outre secrétaire général du Centre européen d’études bourguignonnes (CEEB) dont il dirigea une trentaine de volumes de publications. En 2002, il fut élu à l’Académie royale de Belgique, d’abord comme correspondant puis comme membre titulaire (2004) de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques.

P – Revenons sur votre parcours : comment un jeune hennuyer de 16 ans décide-t-il un jour de rallier la capitale pour aller étudier dans une petite institution nommée à cette époque les Facultés universitaires Saint-Louis ? À l’époque, il n’y avait pas les salons SIEP ou les soirées CIO, alors comment en avez-vous eu connaissance ?

JMC – De la meilleure façon qui soit : la recommandation personnalisée. Il se fait que ma mère avait, comme tout bon chrétien, une marraine dont la fille avait épousée un général, commandant de l’Ecole Royale Militaire et qui revenait régulièrement dans le quartier. Cette personne avait trois enfants qui étaient passés par Saint-Louis : deux garçons en droit et la fille en germaniques. Quand il a demandé ce que je voulais faire, il m’a suggéré Saint-Louis. Le général nous a expliqué ce qu’était Saint-Louis, disant que c’était très sérieux, avec de la discipline ; ce qui me convenait car je ne voulais pas aller faire la gaudriole à Louvain. Et comme j’avais de la famille à Bruxelles, cela facilitait les choses. Ma tante et mon oncle m’ont donc accueilli chez eux. Sinon, sans ça, j’aurai filé, par habitude, à Louvain-la-Neuve, Liège étant trop loin et l’ULB, un repère de mal-pensants dans une famille catholique comme la mienne, c’était exclu ! Donc, la conjonction de la recommandation et de la facilité ! Voilà comment je suis abouti à Saint-Louis et comment d’emblée, malgré mon jeune âge, je m’y suis senti pas mal. C’est vrai que nous étions 15 en première année des candidatures et 8 en seconde ! Petite maison, petite famille…

P – Et justement, « petite maison »… Au début des années 1970, au moment où vous avez entamé ce que l’on appelait alors les candidatures aux Facultés, avant la réforme de Bologne (2004), à quoi ressemblait un Département d’Histoire aux yeux du jeune étudiant que vous étiez ?

JMC – Il n’y avait pas de Département d’Histoire évidemment et il n’y avait pas toutes ces structures qui fonctionnent actuellement. On était beaucoup moins nombreux en termes de professeurs et d’étudiants. La liste des professeurs tenait sur trois pages d’une brochure, et encore, avec les titres des rubriques ! Donc il n’y avait pas de Département. Il y avait une Faculté de Philosophie et Lettres, au sein de laquelle il y avait ce que l’on appelait des Groupes donc, des embryons de Départements. Il y avait déjà ce que l’on appelait des conseils de Groupes qui préfiguraient les conseils de Département mais cela restait extrêmement limité. Les étudiants étaient très écoutés car c’était une petite famille, mais il n’y avait pas toutes les structures de participation qu’il y a aujourd’hui. Il y avait déjà un CAU (Centre d’Action Universitaire) qui fonctionnait. Traditionnellement, il y avait un représentant des Lettres dans le CAU bien que le fonctionnement restait très empirique, mais on ne s’en portait pas plus mal. Il y avait un corps professoral assez important en Histoire, puisqu’il y avait six professeurs qui n’enseignaient pas qu’en Histoire et qui n’enseignaient pas qu’ici, à Saint-Louis. Le Groupe était déjà bien meublé, mais c’était une organisation très élémentaire. On savait qu’on était à l’université intellectuellement, mais on n’était pas perdu ni dans les couloirs car la maison était petite, ni dans les structures d’organisation, car il y avait trois facultés dont l’une – celle d’Economie et Sciences Politiques – n’en était encore qu’au démarrage. D’ailleurs, elle ne s’appelait pas « faculté » mais « baccalauréat ». Il y avait une faculté de Philosophie et Lettres avec cinq sections. En Droit il y avait déjà plus d’étudiants, tandis qu’il n’y avait pas 100 étudiants pour toute la faculté de Philosophie et Lettres. Il y avait d’ailleurs un seul doyen pour toutes les facultés. C’est dire ! On était encore dans des balbutiements même si l’université avait déjà un certain âge. Mais on était très respectés par Louvain parce qu’il était bien connu que les étudiants de Saint-Louis qui allaient à Louvain se débrouillaient très bien. On n’était donc pas du tout considérés comme une petite institution d’entre-deux.

P – Après ces années à Saint-Louis comme étudiant, passons maintenant au moment où vous être passé de l’autre côté de l’estrade et avez commencé à enseigner comme professeur. Vous avez été assez vite nommé comme chargé de cours puis professeur à temps plein aux Facultés Saint-Louis et titulaire du cours d’histoire de Belgique. Vous avez aussi rapidement été nommé à Louvain-la-Neuve. Comment expliquer cette rapidité, comparé à aujourd’hui ?

JMC – D’abord c’est dû évidemment à mes immenses mérites (rires). Vous venez déjà de donner une partie de la réponse : les exigences étaient différentes. Certes, les défenses de thèse étaient peut-être plus bagarreuses qu’aujourd’hui, mais il n’y avait pas toutes ces exigences de post-doc, les commissions que l’on constitue de manière extrêmement soupesée n’existaient pas, etc. Il y avait peut-être aussi moins de candidats parce qu’il y avait moins de docteurs, de gens qui se lançaient dans la recherche, et il n’y avait pas forcément moins de place, surtout s’il l’on voulait chausser les basques de ses prédécesseurs. Tout ceci est beaucoup moins aisé aujourd’hui. En ce qui concerne ma nomination à Saint-Louis, j’ai eu l’immense chance d’avoir eu un patron qui m’a mis en scelle. Philippe Godding, qui est un homme qui, comme Philippe le Hardi, voyait au loin sur ses besognes, s’apprêtait à passer temps plein à Louvain-la-Neuve et voulait préparer la suite. Il m’a alors un peu pressé pour terminer le doctorat. Déjà, la dernière année du doctorat, il a mis son cours d’histoire du droit public de première année à Saint-Louis en suppléance. J’étais toujours Aspirant FNRS et je pouvais cumuler avec mon autre petit cours. J’ai donc été nommé suppléant car il comptait abandonner le cours l’année prochaine, de sorte que je sois en première loge pour le reprendre. À l’époque on s’arrangeait beaucoup et les gens étaient quasiment propriétaires de leur cours. Le Recteur d’alors, Jacques Dabin, m’a confié plus tard que Godding n’y allait pas de main morte. Quand j’ai eu mon doctorat et que dans l’année le cours est devenu vacant, Godding a dit à Dabin : « Il va de soi que vous nommez Jean-Marie Cauchies pour ce cours, sinon je reprends ma démission et je garde le cours » ! On n’imagine plus cela maintenant ! C’était une époque où l’on pouvait encore disposer de ses cours et j’ai encore pu jouir de cette situation. De ce fait, j’ai eu le pied à l’étrier. Et là-dessus, Jacques Paquet, professeur à Saint-Louis, m’a cédé un de ses cours en suppléance. J’étais donc titulaire d’un cours et j’en avais un autre en suppléance. Je n’étais qu’en temps partiel mais je m’accommodais très fort d’un salaire qui n’était pas un salaire de misère. Et puis un autre professeur a lâché un cours et il y a eu la mise à la retraite de Paul Warzée, qui m’a permis d’obtenir le cours d’histoire de Belgique. Tout ceci a conduit qu’en qu’en quelques années j’ai eu tout mon portefeuille. C’est une chose qui n’est pas envisageable aujourd’hui car tout est compartimenté, alors qu’avant la notion de charge n’existait pas : un trou se faisait, on le comblait, et on ne devait pas encore trop regarder à l’engagement. J’ai donc profité d’un bon train, on estimait que je valais le coup certes, mais j’ai surtout eu un patron qui m’a mis sur les rangs. Le fait que j’étais un ancien de la maison a joué aussi : j’étais connu et les collègues avaient tous été mes professeurs. Ils étaient tous relativement jeunes dans la mesure où il y avait eu tout un renouvellement avec le départ des professeurs ecclésiastiques au début des années soixante.

Pour Louvain, cela a vraiment été autre chose. C’est vraiment le fait du Prince : Monseigneur [Édouard] Masseaux1, partant à la retraite, n’a pas caché qu’il voulait qu’un certain nombre de personnes viennent donner cours à Louvain. Il voulait clairement que le terrain soit occupé par des gens qu’il appréciait. Un jour de 1985, il m’a convoqué alors que j’étais déjà à temps plein à Saint-Louis. Il m’a dit : « Vous savez que (Alfed) Van der Essen s’en va. Il y a le cours d’histoire moderne qui devient libre et je voudrais que vous le preniez ». Il a ensuite ajouté « Vous savez que Genicot est parti et qu’il a le cours d’histoire de Belgique. Le cours est déjà attribué mais celui qui le donne pour le moment ne le fait pas bien… Je vais faire un tour et je reviens dans dix minutes. Vous me donnerez alors votre réponse ». C’est comme cela que j’ai été appelé à Louvain-la-Neuve ! C’est assez surprenant mais on peut le raconter, il y a prescription maintenant ! Ainsi, Massaux est revenu dix minutes plus tard et m’a demandé si j’avais réfléchi. Je me souviens encore que je lui ai répondu ceci : « Monseigneur, le facteur ne sonne pas deux fois ! C’est donc oui, mais à une condition : je dois être honnête, je suis temps plein à Saint-Louis. Par correction, je vais de ce pas voir mon Recteur et lui demander ce qu’il en pense ». J’ai vu Dabin, qui était enchanté, surtout qu’il voulait justement créer des liens plus étroits avec l’UCL. J’ai donc téléphoné à Massaux pour lui dire que j’étais d’accord et avant de le quitter, j’ai dit : « Monseigneur, je suppose que je vais vous envoyer une lettre de candidature ». Et c’est vraiment à cet instant que j’ai perçu le « car ainsi nous plait-il » car il m’a répondu « Pourquoi voulez-vous me faire une lettre, puisque c’est le Recteur qui vous le dit » ! Je ne l’ai jamais raconté tant que Massaux était en vie, mais je ne suis pas le seul à avoir vécu ça. Il n’y a donc nulle part une lettre où un certain Jean-Marie Cauchies postule. J’ai donné ces cours gratuitement, on me remboursait mon train de Bruxelles à Louvain-la-Neuve et puis un beau jour, sous le Recteur Pierre Macq2, j’ai reçu une lettre me disant que j’allais être rétribué au barème que me permettait le petit cumul d’un cinquième de charge.

P – Dans « Déconstruire la Belgique ? », Hervé Hasquin rappelle que c’est en arrivant à l’ULB (1960-61) qu’il s’est « converti » au fédéralisme3. C’est aussi l’époque, rappelle-t-il, que le Mouvement wallon évolue vers quelque chose de plus hétérogène socialement, plus populaire dans la mesure où il était resté cantonné à des cénacles d’intellectuels. Y a-t-il eu pour un étudiant venant de Wallonie – et du Hainaut comme Hervé Hasquin – une sorte de « choc » politique ou social en arrivant dans une université bruxelloise ?
Hervé Hasquin, historien et homme politique, ancien Recteur de l’Université libre de Bruxelles et actuel Secrétaire Perpétuel de l’Académie royale de Belgique

JMC – La question est, par la force des choses, sans objet, parce que le problème ne s’est absolument pas posé pour moi. Car comme étudiant je vivais chez ma tante et mon oncle à Ixelles. Et depuis l’âge de 7 ans je venais passer une partie de mes vacances à Bruxelles et vers 9-10 ans je rebattais déjà la ville tout seul. Je me composais mes promenades et je retrouvais ma tante à midi pour aller manger. À l’époque on ne se posait pas la question de laisser un garçon débrouillard de 9-10 ans trainer dans Bruxelles. Et je trouve dommage qu’il n’en soit plus ainsi maintenant car j’ai appris énormément de choses. Pour moi, Bruxelles n’avait donc pratiquement pas de secret. Si Saint-Louis était nouveau, l’environnement bruxellois, lui, n’était pas un dépaysement pour moi. Hasquin, lui, n’avait sans doute pas eu beaucoup l’occasion d’aller à Bruxelles.

P – Et sur le plan politique ?

JMC – Je n’ai fait d’activité politique ni au sein des facultés Saint-Louis ni en dehors, mais je me souviens tout de même avoir assisté à l’un ou l’autre meeting et rassemblé de la documentation. C’était l’époque où Paul Vanden Boeynants4 avait constitué une liste qui avait eu pas mal de succès aux communales de 1970 qui s’appelait UAB-UTB (Union pour l’avenir de Bruxelles-Unie voor de Toekomst van Brussel), alors qu’il y avait déjà le FDF (Front démocratique francophone, actuel Défi) qui était en pleine croissance et pour lequel je n’avais aucune sympathie, car selon moi il s’agissait des gens qui mettaient en danger la cohésion des communautés. Je les voyais comme des séparatistes, ce qui était une vision évidemment excessive. J’avais donc beaucoup de sympathie pour ce que faisait Vanden Boeynants au niveau de ces listes bilingues qui tendaient à se réduire à cette époque. Je m’intéressais donc à la politique bruxelloise sans vraiment m’y impliquer car je n’avais rien à voir avec elle, moi qui venais de mon Borinage natal. Dans la maison ici, à Saint-Louis, il y avait des débats essentiellement entre les étudiants PSC (Parti Social-Chrétien) et FDF. Il y avait d’ailleurs quelques militants pointus du FDF et ceux-là je ne les aimais pas (rires). À l’époque on ne concevait pas qu’il y ait des gens qui affichent le libéralisme ou le socialisme… le problème ne se posait guère non plus car il n’y en avait quasiment pas !

P – Vous avez toujours dit avoir été critique de la première histoire de Wallonie rédigée par Lépold Genicot5 puis, au fils des années, vous avez revu votre jugement. Vous avez collaboré à la nouvelle histoire de la Wallonie (chapitre sur le 15e siècle) ainsi qu’à l’histoire culturelle de la Wallonie (dirigé par B. Demoulin)6. Pourquoi et comment cette évolution dans votre vision des choses a-t-elle été possible ?

JMC – C’est un peu dans la suite de la réponse précédente : tout en n’adhérant pas aux thèses fédéralistes, en restant plutôt belgicain, je me suis tout de même rendu compte qu’il y avait des nuances : militer pour la reconnaissance de la Wallonie ne signifiait pas une option séparatiste. Léopold Genicot, par exemple, n’était absolument pas séparatiste, c’était quelqu’un de viscéralement attaché à la Belgique. Mais il réagissait de manière fougueuse car il la sentait menacée. Tandis que moi je refusais la fougue et prônait plutôt la conciliation. Avec le temps, je me suis toutefois rendu compte des évolutions. Je ne fais absolument pas un mea culpa en pensant avoir commis une erreur, mais disons plutôt que les choses ont changé et je me suis adapté au changement. Au début, on ne trouvait pas trop sérieux ces ouvrages qui parlaient d’une « histoire de la Wallonie ». Et puis, avec le temps, on a compris que « histoire de Belgique » ou « histoire de la Wallonie », ce sont des démarches similaires à des époques différentes. J’ai collaboré avec plaisir à ces deux entreprises car il ne s’agissait pas d’aller chanter une Wallonie éternelle, pas plus qu’il ne fallait chanter une Belgique éternelle. In fine, Il fallait adapter son questionnement à la période. S’il avait s’agit d’une histoire de Belgique, j’aurais probablement écrit la même chose, mais plutôt que d’aller chercher tous les exemples dans le sud du pays, j’en aurai pris aussi au Nord.

P – Après ces questions politiques, revenons à votre « intimité » en tant que chercheur et enseignant. Qu’est-ce que vous a apporté l’obligation de devoir mener de front recherche et enseignement ? Et ce, en plus de vos activités en dehors de Saint-Louis en tant que membre de diverses sociétés savantes (CEEB, APAE, etc.).

JMC – Disons que ces sociétés m’ont été importantes comme piste d’atterrissage pour la recherche et pour éviter de rester dans mon coin. Toutes ces appartenances ont été des points d’ancrage pour faire de la recherche et en susciter. C’est peut-être enfoncer une porte ouverte mais je n’ai jamais conçu que l’on puisse faire une carrière universitaire sans rester fondamentalement chercheur. Aujourd’hui, pour commencer la carrière, il faut de toute façon être chercheur. C’était déjà le cas à mon époque, mais de façon moins marquée. On pouvait être un excellent pédagogue comme l’abbé Jean Schoonjans sans faire beaucoup de recherche. Je ne voyais pas les choses comme ça car j’ai été formé à l’école de Jacques Paquet. Pour lui, faire de la recherche, c’était un ressourcement absolument indispensable et c’est d’ailleurs ce qu’il nous a appris.

P – Nous parlions des sociétés savantes, or, en 2013, cela faisait 30 ans que vous étiez secrétaire général du Centre européen d’études bourguignonnes (CEEB). Vous avez voulu faire du centre une association reconnue pour ses publications et la rigueur des propos contenus dans les volumes publiés annuellement. La rupture a été un peu brutale avec l’ère Drion du Chapois, le premier secrétaire général et fondateur du CEEB dont la succession ne s’est pas très bien passée. En 1983, vous aviez à peine une trentaine d’année et pourtant on est venu sonner à votre porte… Quelles sont les circonstances qui expliquent cette situation ?

JMC – Effectivement, quand on est venu me chercher, j’ai exigé que l’on fasse de cette association une véritable institution scientifique et pas un « truc » mixte avec de bons chercheurs mais aussi des amateurs, certes très cultivés qui ne sont pas des scientifiques. J’ai donc mis là une série de conditions : changement de nom, cotisation plus basse mais obligatoire, diversification du recrutement, rajeunissement des cadres, etc. Effectivement, le problème c’est que cette association existait depuis tout de même un quart de siècle. Elle était née à une époque de « vache morte » et rétribuait les personnes qui allaient à ses colloques ! Le Centre disposait de moyens financiers qui soutenaient les activités mais, déjà dans les années 80, ces ressources ont commencé à ne plus suivre. Ce qui s’est passé c’est que la succession n’était pas préparée. Drion du Chapois s’en tirait bien, il a bien géré son affaire, mais c’était un vieux monsieur. Il n’était pas un scientifique – il venait du monde de la presse -, il était très cultivé et avait beaucoup de contacts et savait intéresser les personnes… mais sa succession n’était pas prévue ! Il avait bien un successeur, un historien du droit à Neuchâtel, mais qui s’est tué de manière dramatique dans un accident de voiture. Drion du Chapois a donc été privé de son dauphin. Jean Richard, qui était le garant scientifique, a pratiquement imposé à Alain Girardot de reprendre le secrétariat, mais cela ne s’est pas bien passé car Girardot a compris qu’il ne serait qu’un simple exécutant et ça n’a pas duré. On a alors fait appel à moi. J’étais déjà membre, l’un des plus jeunes membres, j’avais organisé des journées en 1982, à Mons, qui ne s’étaient pas trop mal déroulées. C’était alors Roger Henrard, historien de la littérature et membre du comité exécutif du Centre, qui a suggéré de m’introduire dans ce comité… avec l’idée d’aller plus loin. Et donc finalement on m’a demandé de reprendre le secrétariat général. J’ai imposé toute une série de conditions scientifiques qui ont été acceptées. On a progressivement renouvelé le comité. Il y avait du potentiel et ça a été un pari pour recruter du monde. J’ai établi des listes, on m’a donné des noms et finalement une cinquantaine de personnes ont adhéré. Et voilà comment on a progressivement organisé les choses. L’héritage de Girardot, c’est d’avoir suggéré des colloques thématiques, alors qu’auparavant les gens venaient et racontaient un peu ce qu’ils voulaient. Petit à petit les anciens sont partis et progressivement le Centre a cessé d’être ce que Paravicini qualifiait, non sans fondement, d’« eine Honorarium ». C’est la raison pour laquelle je me suis lancé dans ce qui a été une belle aventure de ma carrière. Mais, maintenant, il ne faut plus s’éterniser et penser à passer le relai, surtout lorsque j’atteindrai le sommet de mon « incompétence éméritale » ! Il est temps de passer la main, d’autant que vous savez que les moyens informatiques, ce n’est pas mon fort.

P – Vous n’avez pas seulement été impliqué dans des activités au sein de l’Université Saint-Louis, mais aussi dans des cercles d’histoire locale ou régionale (Hannonia). C’est rare de voir un Académicien s’impliquer autant dans des activités de cercles d’histoire locale et publier des articles dans ce type de revue – surtout à l’âge des mesures bibliométriques. C’est un choix de votre part ? Est-ce que cela renvoie à la volonté de diffuser le fruit de vos recherches à tous, peu importe la renommée d’une revue ?

JMC – J’ai eu un modèle qui m’a inspiré et que j’ai suivi. Encore une fois, il s’agit de Maurice Arnould. Cet homme, professeur réputé, serviable et très ouvert, était à la fois Académicien et très impliqué dans les sociétés locales. A l’époque il n’y en avait pas beaucoup qui adoptaient ce comportement. Certains, comme Léopold Genicot, avaient beaucoup de sympathies pour les sociétés locales, mais ne s’impliquaient pas dans leur gestion. J’ai trouvé que cela s’imposait, d’autant que je faisais de l’histoire locale, l’histoire du Hainaut. Dès ma licence, je me suis inscrit dans plusieurs cercles, et puis il y a eu l’aventure Hannonia qui a commencé en 1974 quand on a décidé de fédérer les cercles du Hainaut. Il y a eu la réunion des dix fondateurs et on m’a proposé d’être secrétaire. Comme j’étais le plus jeune, j’avais 23 ans et préparais mon doctorat, je faisais déjà office de secrétaire lors des séances, et en 1974 on m’a proposé le secrétariat général. Cela m’a énormément apporté, à la fois en termes de travail sur le terrain et en même temps au niveau des contacts professionnels et personnels. C’est un secteur qui m’a beaucoup apporté, à tous les niveaux, et je n’ai jamais renoncé. Je fais toujours de l’histoire et de la bibliographie au niveau local. J’ai toujours recommandé à mes étudiants, à mes mémorants notamment, d’aller s’inscrire à la société d’histoire de leur coin.

Image de couverture : Dariusz Sankowski

  1. Né en 1920, décédé en 2008, Mgr. E. Massaux a occupé la fonction de Bibliothécaire en chef de l’Université catholique de Louvain (encore unitaire) avant d’occuper la fonction de Recteur de 1969 à 1986. Il a ainsi dû gérer la scission de l’Université et l’implantation de la section francophone à Ottignies-Louvain-la-Neuve []
  2. Physicien, né en 1930 et décédé en 2013. Prix Francqui en 1973, Pierre Macq fut Recteur de l’UCL de 1985 à 1995. []
  3. Hasquin H., Déconstruire la Belgique pour lui assurer un avenir ?, Bruxelles, 2014. []
  4. Homme politique, membre alors du Parti social-chrétien. Il fut Premier Ministre à deux reprises dans les années 1960 et 1970. []
  5. Genicot L. (éd.), Histoire de la Wallonie, Toulouse, 1973. []
  6. Cauchies J.-M., Sous le signe de Bourgogne (1421-1455), dans B. Demoulin et J.-L. Kupper (éd.), Histoire de la Wallonie. De la préhistoire au XXIe siècle, Toulouse, 2004, p. 145-163. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *