Docteur de grace especial

Qui porte une sorte de peignoir dénommé toge, dispose de 14 bras, possède un manuscrit intitulé « dissertation doctorale », se manifeste par un esprit vif où l’humour n’est pas toujours inclus dans le package et qui détient droit de vie et de mort académique sur un(e) doctorant(e) ? Mais c’est très facile… C’est le cow-boy de Tchernobyl jury de thèse à 7 personnes, pardi !

L’histoire dont il vous sera fait la narration au cours de ce billet est un vrai thriller : archives judiciaires, histoire militaire, approche transnationale, conceptualisation de la violence et violence de la conceptualisation. Le banquet des délices ! Pour celles et ceux qui ne l’aurait pas encore compris, il est bien entendu question de la soutenance de thèse qui s’est déroulée dans cette quasi terra incognita in Gallia Belgica qu’est Louvain-la-Neuve le lundi 30 avril dernier – bravo, la veille d’un jour férié, c’est bien tapé ! – et au cours de laquelle Quentin Verreycken a été proclamé Docteur en histoire, histoire de l’art et archéologie de l’Université catholique de Louvain ET de l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Pourquoi se priver de faire une co-tutelle quand ça vous amène davantage de tracasseries administratives, hein ?

Quentin n’a pas pu échapper à la présentation d’une vingtaine de minutes indispensable pour une bonne remise en contexte de sa recherche. C’est toujours l’occasion de proposer à la salle – très bien fournie d’ailleurs – les lignes de faîtes d’un travail mené depuis trois ans et demi. Mais sur quoi portaient ses recherches justement ? On y vient. D’une part, il s’agissait de prendre en considération la grâce princière/royale comme objet d’étude en focalisant l’attention sur la fin du moyen âge tout en comparant la situation entre la France, l’Angleterre et les Pays-Bas bourguignons. Le titre d’une telle recherche s’imposait de lui-même : L’État de grâce ! J’entends déjà les uns et les autres s’esclaffer : mais pourquoi encore travailler sur le droit de grâce après tout ce qu’on a déjà publié à ce sujet ? Ouais, pas faux. Mais pas totalement vrai non plus puisqu’il s’agissait ici de croiser et de comparer les situations dans trois ensembles politiques différents. Cette remarque a d’ailleurs été la première de Xavier Rousseaux, directeur de recherches F.R.S-FNRS et professeur à l’UCL, lorsqu’il a entamé la laudatio de cette thèse qu’il a co-dirigé avec Éric Bousmar, professeur à l’Université Saint-Louis-Bruxelles-un-peu-déjà-UCL-mais-pas-totalement-non-plus-mais-bon-on-ne-sait-plus-très-bien.

Bon. À ce stade, certains se posent peut-être la question suivante : mais de quoi s’agit quand il est question de droit de grâce ? Question pertinente. Pour éviter de donner à ce billet une longueur démesurée, vous trouverez ici,  ou encore ailleurs une explication – par Quentin himself – du pardon princier/royal. Si vous n’avez pas compris, c’est auprès de lui qu’il faudra se plaindre #jenesuispaslespécialistedusujet

Quentin n’a pas étudié tous les profils sociaux présents dans les lettres de rémission des trois espaces politiques envisagés. Il s’est « limité » à l’analyse des rémissions accordées aux soldats soit ca. 1000 actes sur les 16 000 documents consultés au total. Loin d’être univoque, la catégorie du « soldat » est extrêmement malabile à circonscrire de prime abord. Certains crimes – j’aurais pu dire meurtre – sont commis en temps de guerre et d’autres pas tandis que certains requérants ont commis leur crime alors qu’ils étaient civils et d’autres quand ils servaient dans l’armée. Si les profils rencontrés sont donc multiples, il faut également être attentif à la manière dont sont décrits les impétrants. La narration des faits mobilise un vocabulaire généralement très bien construit, stéréotypé et renvoyant à un moule dans lequel les pouvoirs politiques entendaient contraindre les hommes d’armes. En bref, il ne s’agit pas d’une mise en avant « nue » de la personnalité de l’individu/requérant. Pour Quentin, il ne fait pas de doute que les lettres de rémission étaient utilisées à des fins des disciplinarisation (#pointFoucault) par les monarques en vue d’encadre et d’orienter les troupes sous leurs ordres. Le cas anglais est toutefois un peu particulier – qui l’eût cru ? – dans la mesure où les lettres de pardon sont essentiellement utilisées à des fins politiques (récompenser les soldats de la garnison de Calais, par exemple) ou bien en vue de recruter au sein de l’armée (on pardonne le crime et, hop, on est enrôlé dans l’armée).

Quand Xavier Rousseaux prend la parole, on sent qu’il a bien cerné Quentin : « C’est un véritable Dr. Who de la recherche ! ». Quentin, geek de l’histoire et histoire d’un geek ? Heureusement que ses connaissances de l’actualité, son sens de la formule, sa passion et sa capacité à terminer les chantiers enclenchés ont permis de faire de cette entreprise doctorale une réelle réussite. Éric Bousmar souligne surtout le tour de force de la thèse qui entend étudier trois espaces politiques différents. Ce parti pris implique un croisement des historiographies, une analyse détaillée des pratiques de gouvernement, une réflexion fine sur la définition de la catégorie étudiée, des discussions sur la longue durée, etc.

Pour une thèse ayant l’Angleterre parmi les points de focalisation, il fallait un(e) représentant(e) du royaume d’Elizabeth II. C’est la professeure Anne Curry (Université de Southampton) qui nous est venue du pays de Sa Gracieuse Majesté. D’emblée, ça parle nombre de pages : la thèse de Quentin est trois fois plus importante qu’une thèse classique défendue à Southampton. Pour info, notre Quentin a remis un manuscrit de 500 et quelques pages. Pour autant, ceci n’a pas empêché Anne Curry de s’atteler la lecture de la thèse dont elle retient un élément important : le grand nombre de soldats anglais qui retournent effectivement au combat après avoir eu une lettre de rémission et donc malgré les faits qu’ils ont commis. C’est ici que l’on peut rappeler que Quentin propose de voir les lettres de rémission anglaises comme un instrument prioritairement politique qui permet au souverain anglais de se constituer une armée.

Comment aborder le cas français sans compter des collègues d’Outre-Quiévrain dans le jury ? Bertrand Schnerb (Lille) a pris la parole en rappelant que lorsqu’était paru le premier livre de Quentin issu de son mémoire de master (Pour nous servir en notre armée), Schnerb s’était demandé : « Qui est-ce Quentin qui ose étudier les lettres de rémission que je me réservais ? ». Je ne suis pas certain qu’on pouvait rigoler après une phrase pareille, mais visiblement c’était autorisé… Schnerb a fait une deuxième blague historico-socialiste : « J’ai bien aimé le titre, « l’État de grâce »… pour un Français, ça rappelle quand même le premier septennat de Mitterand en 1981 ». C’était gratuit, mais quand même sympathique. En connaisseur de la période bourguignonne et de l’histoire militaire française, Schnerb a souligné plusieurs éléments pertinents concernant le travail mené par Quentin : immersion au sein de la réalité médiévale au travers des sources étudiées, prise de conscience que la grâce n’est pas qu’une affaire de justice stricto sensu, interrogations sur la possibilité, pour des soldats étrangers, d’obtenir des rémissions, réflexions sur l’anthroponymie au travers des sources (comment présente-t-on les requérants ?), questionnement sur l’impact réel ou non des pardons comme moyen de gouverner. C’est sans doute un peu cliché d’écrire cela, mais c’est lorsque pareilles questions sont formulées que l’on se rend compte que si une thèse constitue bien la fin d’une aventure intellectuelle, elle ouvre tout autant vers de nombreux horizons impossibles à envisager durant le temps imparti par les bailleurs de fonds. Faut pas essayer à tout prix d’être original, ta thèse est déjà originale. Faut pas surenchérir, tu comprends ?

In fine mundi placet et spiritus minima !

Cette phrase ne veut évidemment pas dire grand-chose, mais ça pourrait se traduire de la sorte : Attention les gars, il y a un nouveau docteur qui sévit sur le marché académique et qui s’apprête à candidater aux mêmes postes que vous !

Fun fact #1 : après cette belle soutenance, Quentin avait prévu une réception comme il se doit…c’était tellement bien qu’on a pu repartir avec les bouteilles de mousseux qui restaient. C’est l’approche ex post du pot de thèse.

Fun fact #2 : après cette belle soutenance et cette belle réception, la soirée s’est terminée autour d’un bon repas dans un restaurant répondant au doux nom de…Le Butcher.

Sad fact #1 : on a dû attendre 2 heures de soutenance pour entendre l’expression « interprétation durkheimienne »

Sad fact #2 : l’expression « interprétation éliasienne » n’a été prononcée qu’après « interprétation durkheimienne »

 

Photo de couverture par Ian Espinosa sur Unsplash

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Docteur de grace especial", in ParenThèses, publié le 17/05/2018, URL: https://parenthese.hypotheses.org/1953 (consulté le 21/11/2018).

12 réflexions sur « Docteur de grace especial »

    1. Salut Jean,

      Tu en trouveras surement ce que tu cherches avec les ouvrages magnifiques de Dimitri Casali 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.