Droit au but : Marie Van Eeckenrode

Avec les billets « Droit au but », nous inaugurons une série d’interviews dans lesquelles la parole sera donnée à des doctorant.e.s en histoire du droit et des institutions, de Belgique et d’ailleurs, afin de parler de leurs recherches et de leurs expériences comme jeunes chercheurs. Interviews droit au but, certes, car directes dans leurs questions, mais interviews avec un tir non cadré, aussi, du fait du ton volontairement décalé. Aujourd’hui, notre première victime est Marie Van Eeckenrode.

10676600_10152782495754321_1033371866_oMarie est titulaire d’une licence en histoire (UCL) ainsi que d’un master en Medieval and Renaissance Studies (KULeuven). Depuis 2007, elle est assistante à l’UCL au sein de la Commission de programme Histoire, en même temps qu’elle remplit la fonction d’attachée scientifique aux Archives de l’État. Elle est également membre du comité exécutif du Réseau des médiévistes belges de langue française et l’un des piliers, avec Nicolas Ruffini-Ronzani de l’indispensable blog d’information « l’Agenda du médiéviste ». Et comme si cela ne suffisait pas, elle trouve encore le temps de réaliser une thèse de doctorat sur les États de Hainaut au 15ème siècle, sous la direction de Jean-Marie Cauchies et Paul Bertrand ; thèse  qui, parait-il, avance plutôt bien !

Les mots qui sonnent bien aux oreilles de Marie restent  « chocolat » et « sucre »… Sinon Marie est fan de Noir Désir et même vraiment fan.

Question introductive incontournable : alors, cette thèse, ça avance ?

Oui ! Ça se termine même ! 

Parle-nous de ton parcours universitaire. D’où t’es venue cette idée bizarre d’un jour faire des études d’histoire ?

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être historienne. Bien sûr, au départ, je n’avais aucune idée de ce que c’était exactement. Comme beaucoup d’enfants, j’ai d’abord été prise d’un amour inconditionnel pour les dinosaures et le métier d’archéologue. Je n’ai pas de grands souvenirs de mes cours d’histoire à l’école, par contre j’ai visité beaucoup de musées et de sites historiques étant petite, sans jamais être rassasiée. J’ai vraiment de la chance d’avoir pu m’épanouir ensuite dans mes études, sans que la rigueur de la discipline historique n’altère cette passion que je vivais à ma façon depuis toute petite. J’ai fait mes candidatures à Saint-Louis, mes licences à l’UCL tout en ayant la chance de me former aux côtés de Jacques Pycke aux Archives de la cathédrale de Tournai et, enfin, un master na master à la KUL. Un cursus que j’ai adoré, surtout les séminaires et les cours plus techniques que le programme reléguait à l’époque au rang de sciences auxiliaires à l’histoire. Mon mémoire de licence terminé, j’ai été engagée presque simultanément aux Archives de l’État et à l’UCL. L’université était un terrain connu, même si j’en découvrais les coulisses pour la première fois. Faire connaissance avec les Archives de l’État, en revanche, a été un vrai bouleversement. D’abord les odeurs spécifiques à chaque magasin, l’ampleur des fonds d’archives sur les rayonnages, les formats caractéristiques des différents types de documents ; ensuite l’apprentissage des archives contemporaines auxquelles je n’avais jamais été confrontée, la résolution de problèmes pratiques, techniques et non plus scientifiques, le fonctionnement d’une équipe dans laquelle les scientifiques sont minoritaires, un rythme de travail différent et un autre rapport au temps. Autant de choses que l’on n’enseigne pas à l’université. Aujourd’hui, le programme prévoit heureusement des stages, ce qui n’existait pas « de mon temps ». J’ai appris sur le tas, en grande partie grâce à Catherine Henin1. Cette expérience rejaillit, je crois, sur ce que j’essaie de transmettre à nos étudiants et sur la manière avec laquelle j’envisage mes recherches.

Peux-tu nous en dire plus sur tes recherches ? Sur quoi ta thèse porte-t-elle ? Y a-t-il au moins un mot de plus de quatre syllabes dans le titre ?

Ma thèse porte sur les États de Hainaut au 15e et au début du 16e siècle, c’est-à-dire l’assemblée dite représentative du comté (clergé, noblesse, villes) qui est un lieu de dialogue privilégié entre le prince et ses sujets. Il s’agit de voir quels visages prennent les rapports de pouvoir aussi bien verticalement (gouvernant-gouvernés) qu’horizontalement2 (à l’intérieur de l’assemblée elle-même). Décrypter la manière avec laquelle s’organise le processus de décision politique (ici en adoptant essentiellement le point de vue des sujets) est absolument passionnant. Comment se déroule la délibération, quelles sont les modalités du vote, comment l’assemblée formule-t-elle ses réponses au prince, que choisit-elle de mettre par écrit ? Quand on évoque les assemblées représentatives, on pense toujours à l’octroi de l’impôt : l’aide extraordinaire. Mais il ne s’agit là que d’une petite partie du rôle de ces députés, qui peuvent intervenir –même très ponctuellement– dans l’élaboration de la loi par le biais des remontrances qu’ils formulent ou dans l’organisation de la défense de leur principauté.

J’ai essayé de porter une attention toute particulière aux modalités du dialogue qui se noue entre les différents acteurs du pouvoir : une communication qui est avant tout symbolique. Je n’étudie pas la genèse de l’assemblée (qui se situe au début du XIVe siècle), mais plutôt le moment où l’existence des États de Hainaut ne se limite plus uniquement à ces grands événements que sont leurs réunions. Au 15e siècle, l’assemblée obtient son propre receveur, éprouve le besoin de se doter d’un greffier et, petit à petit, d’une première forme de « députation permanente ». C’est aussi la période à partir de laquelle le comte de Hainaut (devenu duc de Bourgogne puis Habsbourg d’Espagne) ne réside plus en Hainaut, ce qui n’est pas sans conséquence sur le dialogue entre gouvernant et gouvernés. Des recherches approfondies ont déjà été menées dans ce domaine pour le comté de Flandre3 à la même époque, mais la configuration de la société politique et les rapports de force en Hainaut (principauté modeste et traditionnellement fidèle à son prince) sont fort différents.

Quelles sources mobilises-tu dans le cadre de tes recherches ?

Ça, c’est la grande question ! Les Archives de l’État à Mons ont été bombardées en mai 1940 et les fonds d’archives de la plupart des grandes institutions du comté de Hainaut ont disparu dans l’incendie. Je travaille donc avec « tout ce qui subsiste », essentiellement les archives de la ville de Mons, celles de la Chambre des comptes de Lille, mais également des éditions/retranscriptions anciennes. Le travail de dépouillement s’apparente parfois à un puzzle, mais le défi est stimulant.

Dans le prolongement de la question précédente, quelle a été ta motivation pour commencer une thèse en histoire du droit et des institutions (à part compenser la frustration de ne pas être une vraie juriste bien sûr) ?

Le fait d’avoir fait mes deux premières années d’études à Saint-Louis et d’assister aux cours de Jean-Marie Cauchies n’y est évidemment pas étranger. J’aime comprendre comment les choses « fonctionnent », reconstituer les procédures administratives, expliquer les flux documentaires, saisir les processus décisionnels. L’histoire institutionnelle offre une structure, un cadre rassurants, tout en étant perpétuellement en mouvement. D’un autre côté, elle n’est rien sans l’histoire politique, l’histoire sociale ou l’histoire des mentalités, car ce sont des hommes qui conçoivent et qui actionnent les rouages de toute machine institutionnelle.

Quelle est ton expérience la plus mémorable en tant que doctorante ?

Je n’ai pas vraiment d’anecdote à raconter. Je pense que ce qui me restera de cette période particulière, ce sont surtout de grandes amitiés et la sensation d’en avoir appris beaucoup sur moi-même. Et ça, je ne m’y attendais pas du tout.

Y a-t-il un livre ou la pensée d’un chercheur qui t’ait particulièrement marquée au cours de tes recherches ?

Il y a bien sûr les travaux de Wim Blockmans, Jean-Marie Cauchies, Michael Clanchy ou Olivier Guyotjeannin. Mais un des premiers ouvrages à m’avoir profondément marquée est le volume Le droit privé dans les Pays-Bas méridionaux du 12e ou 18e siècle de l’historien belge Philippe Godding4 ; un manuel d’une érudition impressionnante, ambitieux par son objet et la période qu’il embrasse. J’étais en 2e année aux Facultés Saint-Louis, en séminaire d’histoire du moyen âge. Notre professeur, Eric Bousmar, avait décidé de nous faire étudier quelques testaments chirographés de la ville de Nivelles. Mon premier véritable contact avec les archives et avec l’histoire institutionnelle.

As-tu déjà des projets pour l’après-thèse ? Devenir un poids pour la société ?

Je déborde de projets et d’envies évidemment… L’après-thèse sera un recommencement. Dans mon cas, se posera la question de savoir si je reste dans le monde des archives, si je garde un pied dans l’enseignement ou si je me lance dans la recherche pure. Je sais que je ne pourrai pas garder éternellement les trois casquettes et que ce sera un choix douloureux. Mais quoi que je fasse, je voudrais continuer à réfléchir aux aspects communicationnels du métier d’historien. Par exemple en développant des outils qui mettront les chercheurs en liens les uns avec les autres5 ou qui rendront leurs travaux plus accessibles6, y compris pour un public élargi. Les réflexions actuelles sur l’histoire publique7 m’interpellent énormément avec, en corollaire, les exigences productivistes de la recherche et la vision de plus en plus entrepreneuriale de l’université.

Toi qui a l’expérience, quels conseils aurais-tu à donner aux nouveaux doctorants ?

Le premier serait de ne pas considérer son objet d’étude comme une chose inerte et lointaine, mais au contraire comme quelque chose qui peut être expérimenté, même quand on travaille sur une période ancienne. J’ai vu des collègues écrire des articles sur des villes où ils n’ont jamais mis les pieds ; ou des étudiants consacrer leur mémoire à un manuscrit qu’ils n’ont jamais pris la peine d’aller voir, préférant travailler sur les photos fournies par leur professeur. Je ne dis pas que leur travail n’est pas de qualité, mais moi je ne pourrais pas travailler comme ça, il me manquerait quelque chose. Mon travail aux Archives de l’État, où je m’occupe essentiellement d’archives contemporaines, me permet d’éprouver ce qu’est une administration, de l’intérieur ; et c’est un apprentissage qui n’a pas de prix. Une expérience qui m’a profondément marquée a été de pouvoir traiter des fonds d’archives au sein de palais de justice ou même d’une prison, aux côtés de mes collègues archivistes. Dépouiller une série de dossiers est une chose ; voir, entendre, sentir fonctionner l’appareil judiciaire de l’intérieur en est une autre. Il n’y a là aucun voyeurisme ou sensationnalisme. L’exemple que je donne est évidemment un peu extrême, il n’empêche que certaines choses ne peuvent être saisies que si on sort du cocon protecteur offert par l’université. Être historien, ce n’est pas uniquement exploiter froidement un corpus de textes.

Le deuxième serait de savoir s’arrêter. Il y a toujours moyen de faire mieux, de dépouiller plus, de préciser davantage. Mais, pour reprendre le slogan salutaire que me serinent quelques-unes de mes collègues préférées : une thèse n’est qu’une thèse. La formule est bien sûr un peu provocatrice et de l’avis de certains « pas très jolie », mais il faut remettre les choses à leur place.

Le troisième serait de profiter un maximum de cette période très spéciale. Bien sûr, on exige beaucoup des doctorants. La quantité et la densité du travail qu’ils doivent fournir sont impressionnantes. Certains témoignages de thésards (Pour le clin d’œil, voir le tumblr), surtout lorsqu’ils entament la rédaction, ont même de quoi effrayer. Mais en réalité, il se présente peu de moments dans une carrière scientifique pendant lesquels on peut se consacrer presque entièrement à un projet de recherche.

Vas-tu un jour cesser d’embêter Nicolas sur le sujet de son second mémoire de maîtrise8 ?

Je cesserai de le taquiner quand il arrêtera les jeux de mots. J’ai d’ailleurs déjà trouvé l’illustration de son futur article de blog sur le sujet.

Intéressé.e par les travaux de Marie ? Vous pouvez suivre son actualité scientifique sur Academia.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Droit au but : Marie Van Eeckenrode", in ParenThèses, publié le 20/10/2014, URL: https://parenthese.hypotheses.org/207 (consulté le 22/07/2017).

  1. Aujourd’hui chef de service des Archives de l’État à Louvain-la-Neuve. []
  2. 6 syllabes ! []
  3. Voir par exemple les travaux de Wim Blockmans et de Walter Prevenier. []
  4. GODDING, P., Le droit privé dans les Pays-Bas méridionaux du 12e au 18e siècle, Bruxelles, 1987 (Académie royale de Belgique, Mémoire couronné de la classe des lettres. Collection in -4°, 2e série, t. 4/1). []
  5. C’est l’un des rôles principaux du Réseau de médiévistes belges de langue française. []
  6. À l’UCL, Paul Bertrand a même lancé un carnet visant à diffuser les résultats des travaux de recherche des étudiants médiévistes. []
  7. Voir par exemple l’article ZELIS G., Vers une histoire publique, dans Le Débat, n° 177, 2013/5, p. 153 à 162 et le colloque organisé par ce dernier en mai 2014, L’histoire publique. Enjeux, pratiques et impact sur la formation universitaire des historiens. []
  8. La « peau lisse » des plages dé-corps-tiquée. La plage comme lieu d’étude pour une anthropologie du corps : le cas belge (ca. 1930-1940) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *