Soft link break the chain… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (1/5)

Avec ce billet j’entame réellement ma plongée dans l’analyse du poids des institutions dans The Wire. J’ai surtout voulu mettre en évidence, dans ce billet, l’une des composantes de la saison 1 : l’approche croisée entre le monde de la police et celui des trafiquants. Si l’étude des institutions paraîtra peut-être périphérique, il me semble que la séquence analysée est pourtant représentative d’un des messages de la série : la manière dont fonctionnent la police et les trafiquants est, en grande partie, identique. Ces deux institutions seraient ainsi quasi semblables quant à leur manière de procéder. Ceci est d’ailleurs mis en avant au moyen d’une esthétique symétriquement inversée. Mais ne vous inquiétez pas. Je n’ai simplement pas voulu brusquer les choses. Au fur et à mesure que les billets seront publiés, l’avancée dans le monde des institutions se fera toujours plus évidente.

Le postulat de départ de la saison 1 et, de façon plus globale, de l’ensemble de la série (identité entre le monde de la police et celui des dealers) est résumé de la sorte par Fabien Desage1 :

« La saison 1, d’abord, affirme la possibilité d’un parallélisme dans l’analyse du fonctionnement de la police et des gangs – pour peu qu’on les appréhende tous deux comme des institutions justement. On entre d’ailleurs de manière synchrone dans ces deux univers, dont les règles sont décryptées simultanément et en interaction ».

À cet égard, il faut obligatoirement mettre en lumière un élément que relève G. Pelecanos, l’un des scénaristes de la série, lorsqu’il attire notre attention sur deux scènes précises d’un même épisode : la mort du jeune Wallace par son propre clan et l’arrestation d’Avon Barksdale par la police2.

L’assassinat de Wallace est commandé par Stringer Bell (bras droit d’Avon) à Bodie, l’un des quatre jeunes récurrents de la saison 1 avec D’Angelo, Wallace et Poot. Pouvant potentiellement les compromettre pour un meurtre non élucidé, Wallace avec son côté fragile et incertain, aux antipodes d’un Bodie sûr de lui, a son sort scellé. On ne prend même pas la peine d’en informer D’Angelo qui, lui, défendait Wallace. Cette spontanéité dans la défense de Wallace s’opère via une sorte de transfert : D’Angelo (neveu du boss Avon) se reconnait en Wallace car, comme lui, il prend doucement conscience qu’il n’est pas fait pour ce milieu. Je ne rentre toutefois pas ici dans le détail des relations de pouvoir dans The Wire ; celles-ci feront l’objet de billets qui seront prochainement publiés. Quoi qu’il en soit, Bodie est décidé à honorer le contrat que lui demande Stringer et sollicite l’aide de Poot. À cet instant, ils sont tous les deux assis sur le sofa orange, présent au centre de la cour qu’ils doivent contrôler quotidiennement. Ce sofa représente, d’ailleurs, pour ces trois jeunes le centre du monde, au sens littéral et symbolique. Lorsque Bodie annonce à Poot qu’ils doivent éliminer leur ami celui-ci ne regarde Bodie à aucun moment. L’ascendant de l’un sur l’autre est des plus explicites.

 
Poot devant surveiller la cour pendant l’absence de D’Angelo (s01e08, Lessons)
Poot devant surveiller la cour pendant l’absence de D’Angelo (s01e08, Lessons)
Sofa vide après les arrestations (s01e12)
Sofa vide après les arrestations (s01e12)

Dès l’instant où Stringer demande à Bodie d’assassiner Wallace, tout nous prépare à ce dénouement. Bodie se conforte dans son opinion de départ : Wallace n’est pas un homme de gang bien qu’il affirme le contraire. Ce ne serait donc qu’un enfant qui n’arrête pas de parler de sa mère ; il est le maillon faible (soft link) qui coulera le business (revente de drogue).

Bodie – Talking about her [= sa mère] like you’re still a kid.

Wallace – I got to thinking on her. Your ass ain’t got to be hard all the goddamn time.

Bodie – Soft link break the chain. What are you, a boy or a man ?

Wallace – I’m a man.

Poot et Bodie au fast-food avec Wallace (hors champ) (s01e12, Cleaning up)
Poot et Bodie au fast-food avec Wallace (hors champ) (s01e12, Cleaning up)

Le déroulement du meurtre de Wallace mérite que l’on s’y attarde quelques instants. Le trio arrive dans le squat où vivent Poot et Wallace. Celui-ci monte à l’étage et commence à chercher les enfants avec lesquels ils vivent mais, étrangement, ils ne sont plus là. Il crie et tente d’appeler les enfants, mais reste sans réponse. Bodie et Poot sont en arrière, en bas des marches. Bodie monte le premier : il reste en haut, sur le palier, éclairé par la seule lumière d’une pièce située en face de lui. Poot n’a pas fait un pas, il reste prostré au bas des marches. Il regarde plutôt vers l’entrée/sortie de la maison, comme s’il cherchait une dernière échappatoire. Il croise alors le regard de Bodie qui, d’un signe de la tête, lui fait comprendre qu’il doit effectuer la tâche que la hiérarchie leur a confiée. Poot se résigne à rejoindre son compagnon d’infortune, complètement dépité. Sans véritablement hésiter, Bodie tire une première balle sur Wallace. Poot lui prend alors l’arme des mains et, de deux balles, achève son ami. La profondeur du cadre est quelque peu accentuée par le fil d’alimentation qui se situe à droite de Poot. On observe d’ailleurs un changement, au profit d’un câble placé horizontalement, lorsque Bunk, inspecteur de la criminelle, sera appelé sur les lieux du crime.

s01e12_cadrages_meurtre_wallace
Wallace monte les escaliers
Poot hésite et fixe la sortie
Poot hésite et fixe la sortie
Bodie lui fait signe et se prépare
Bodie lui fait signe et se prépare
Poot se résigne et monte les marches
Poot se résigne et monte les marches
Bodie pointe son arme sur Wallace
Bodie pointe son arme sur Wallace
Wallace comprend la situation
Wallace comprend la situation
Poot donne le coup de grâce.
Poot donne le coup de grâce.
Wallace tombe dans le coin de la pièce
Wallace tombe dans le coin de la pièce
Bunk sur la scène du crime – changement des fils – gestion de l’espace
Bunk sur la scène du crime – changement des fils – gestion de l’espace

À vrai dire, Wallace s’était condamné tout seul. En ne supportant pas de voir le cadavre mutilé d’un comparse d’Omar Little (renégat indépendant opposé à Barksdale), il était presque devenu sensible, sentimental, en marge du comportement valorisé par ses pairs et « l’institution » dans laquelle il évoluait  (resté viril, sûr de soi et ne surtout pas avoir les idées brouillées par les sentiments). Pour reprendre les termes d’Howard Becker, Wallace était devenu un outsider, labellisé comme tel par Bodie qui se complait à systématiquement stigmatiser son jeune « collègue ». Tous les dialogues entre Bodie et Wallace antérieurs à l’assassinat doivent convaincre Bodie du bien-fondé de l’entreprise demandée par Stringer. Poot, quant à lui, se résigne à ce que lui demandent les patrons : il est le soldat fidèle, rien de plus. In fine, il doit néanmoins s’affirmer et prend la peine de tirer lui-même les deux balles qui ôteront la vie à son (ancien) ami.

À cette scène – d’une émotion rarement égalée au cours de la saison 1 – en correspond une autre, mais agencée selon une construction symétriquement inversée. Il s’agit de l’arrestation d’Avon Barksdale dans son bar (s01e12, Cleaning up). Dans l’épisode précédent (s01e11, The Hunt) on pouvait observer l’arrestation en cascade des membres du clan Barksdale et ce contre le gré des membres de la brigade spéciale (les preuves n’étant pas encore assez solides selon eux). De toute évidence, on ne faisait que répondre aux ordres de la hiérarchie qui voulait mettre fin aux enquêtes, spécialement celles relatives au circuit financier du blanchiment d’argent3. Dans le douzième et avant-dernier épisode de la saison, il y a dorénavant assez de preuves pour arrêter Avon Barksdale et Stringer Bell. Celui-ci restera néanmoins libre : le seul témoin ayant prouvé l’implication de Stringer dans un meurtre étant… Wallace. On peut ainsi comprendre le sentiment de Daniels et de McNulty lorsqu’ils pénètrent dans le bar où les attendent posément Avon et Stringer. Daniels passe alors les menottes à Avon, descend les escaliers et se rend compte que McNulty, resté en haut, hésite à descendre. Le lieutenant doit alors faire un signe de la tête à l’inspecteur pour que celui-ci se résigne à descendre. Le parallèle avec la séquence menant à l’assassinat de Wallace est flagrant bien que l’agencement en soit inversé. L’hésitation de McNulty apparaît être davantage de la frustration en raison de la précipitation qui a accompagné ces arrestations. Lui et Daniels savent que l’on pouvait aller plus loin dans l’enquête et surtout que Stringer et Avon ont commandité l’assassinat de Wallace et de plusieurs témoins cités dans des procès les concernant. De plus, en exigeant ces arrestations, on n’a pas pu définir les circuits d’approvisionnement de la drogue. L’enquête se termine dans un quasi-cul-de-sac. Tout le monde le sait, personne n’est dupe, mais le poids des institutions a parlé : la hiérarchie des dealers ordonne un assassinat et celle des policiers l’interruption d’une enquête.

Daniels descend avec Avon menotté
Daniels descend avec Avon menotté
Daniels jette un regard à McNulty
Daniels jette un regard à McNulty
Daniels fait signe à McNulty de descendre
Daniels fait signe à McNulty de descendre
McNulty se résigne à descendre
McNulty se résigne à descendre

Ce chassé-croisé entre ces deux scènes illustre de façon extrême le parti-pris scénaristique et esthétique de la série. Ces constructions du cadre et de la mise en scène indiquent clairement qu’il est illusoire de présenter The Wire comme une série sans aucun sens esthétique. De plus, cette mise en scène soutient ici le message : le poids contraignant de la hiérarchie, d’une mécanique institutionnelle bien huilée parvient à éviter qu’un grain de sable (Wallace ou une enquête sur le financement des dealers) enraye la dynamique.

Business as usual ?

Dans l’épisode suivant…

Il sera question de la police, des tensions qui la traversent et surtout de la manière dont elles sont exprimées lors des réunions des majors de districts (les réunions du COMSTAT) au cours de la saison 3.

Crédits photographiques : Lisbokt – Locked.

© Warner Home Video/HBO Home Entertainment. All material is used under Fair Use Copyright Law (no copyright infringement intended)

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Soft link break the chain… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (1/5)", in ParenThèses, publié le 01/12/2014, URL: https://parenthese.hypotheses.org/356 (consulté le 21/11/2018).
  1. Desage F., Les raisons de la ‘colère’. Emprise et adversité des institutions dans The Wire, dans The Wire, L’Amérique sur écoute, (dir.) M.-H. Bacqué e.a, Paris, 2014, p. 87. []
  2. George Pelecanos, commentaires audio, s01e12, Cleaning up. []
  3. Cf. Réunion Davis-Burrell-Daniels au cours de l’épisode 12. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.