On the mental count of ten, you will be in Doctorat ! ParenThèses en fêtes (1/2)

Sur ParenThèses on fête Noël et la Saint-Sylvestre comme tout le monde. Vraiment ? Non, pas tout à fait… Un cadeau nous est offert  chaque année : la condition de doctorant en histoire du droit et des institutions. Que les gestionnaires d’Hypothèses se rassurent, dès lundi prochain les billets sérieux et réfléchis feront de nouveau leur apparition sur ce carnet de recherches. En attendant nous avons souhaité profiter du passage à l’an 2015 pour vous faire partager ces deux historiettes à la volette… La magie des fêtes est aussi sur ParenThèses.

Tu vas maintenant écouter ma voix [note du narrateur : le lecteur est en tout cas invité à faire comme si]. Elle va t’aider et t’emmener toujours plus loin dans la rédaction de ton… doctorat. Je vais compter de un à dix. Quand j’aurai fini, tu auras (presque) achevé ton doctorat. Un. Concentre toi uniquement sur ton doctorat. Tu te détends progressivement. Deux. Tes mains et tes doigts se réchauffent à force de rédiger des dizaines de pages par jour. Trois. La chaleur provenant de tes mains se propage dans tes bras. Ils deviennent lourds. Tu rédiges beaucoup. Quatre. À force de resté assis à ton bureau, tu as l’impression que tes jambes et tes pieds deviennent de plus en plus lourds eux aussi. Cinq. C’est maintenant tout ton corps qui est envahi par cette chaleur. À six, je veux que tu me réécrives ta dernière note de bas de page. Elle ne convient pas du tout. Six. Tes conclusions commencent enfin à ressembler à quelque chose. Sept. Tu relis. Tu relis encore. Tu relis toujours. Huit. À chaque bouffée d’oxygène, rappelle-toi qu’il te faut a-b-s-o-l-u-m-e-n-t finir la table des illustrations. Neuf. Tu es maintenant sur un petit nuage. Tu viens de mettre le point final. À dix, tu seras Docteur. Sois bien là à temps et n’essaie pas de te défausser. Dix.

 …

J’avais dit d’être là à dix !

[C’est à ce moment-ci que le narrateur était supposé rencontrer l’apprenti héros et aspirant docteur de son histoire. En raison de l’absence dudit apprenti-aspirant – appelons-le AA – le narrateur a décidé de continuer seul ; quitte à prendre quelques libertés]

Pour le moment tu penses simplement à faire la fête, à te prendre une cuite en buvant de la mentalo – parce que tu aimes Eddy Mitchel et les jeux de mots, mais tu te rends compte que, tout compte fait, tu préfères encore Voulzy et son cœur grenadine (d’ailleurs ça te fait penser qu’il faut aller acheter son dernier album avec Souchon car les critiques ne sont pas mauvaises) –, à manger des Grills (parce que la dernière fois que tu as acheté un paquet on y trouvait encore des flippos) en te matant les VHS1 de Premiers Baisers voire d’Hélène et les garçons. Tu te dis a posteriori que se lancer dans une thèse de doctorat ce n’était pas vraiment l’idée du siècle, mais comme maintenant tu y es empêtrée il faut simplement éviter de terminer plein comme une andouille. Tes amis t’ont pourtant bien dit qu’il fallait y aller doucement avec le doctorat. En retour, tu leur as soutenu que le concept d’embouffonnement (ou jesterization ; concept que tu avais d’ailleurs repiqué d’un collègue étranger lui aussi doctorant) serait le prochain grand renversement paradigmatique de ta discipline (tu avais même, pour l’occasion, utilisé l’expression « point d’inflexion épistémologique »)… Quand tu en as parlé à ton directeur de thèse il ne t’a pas dit – pour une fois – que c’était mauvais. Non. Il t’a simplement demandé si ton concept ne sentait pas un peu le kloug académique. Tu n’as pas compris. Un sourire est alors apparu aux commissures des lèvres. Vous n’en avez plus jamais reparlé…

Pour Noël 2014, t’as pas d’idée cadeau renversante puisque t’es complètement fauché par la vie et par la recherche. Alors tu songes à des cadeaux pas chers et ça t’oblige à les fabriquer toi-même. Cette année, tu penses dangereusement à mettre au point une boule à neige enchantée – d’habitude on met de la poussière de fée dedans mais, à défaut, ce sera celle accumulée sur tes mains et provenant des documents d’archives que tu consultes depuis trois mois – avec une figurine représentant Lucien Fèbvre (mais c’est d’une banalité sans nom) ou, mieux, un trio du style (Léopold) Génicot, (Henri) Pirenne et (Jean) Stengers. Juste pour se mettre dans l’ambiance. Puis t’as réalisé que les initiales de Génicot, Pirenne et Stengers mises l’une à la suite de l’autre ça fait GPS. Ça t’a fait penser à ton directeur de thèse qui donne l’impression de te suivre à la trace. En fait, tu n’es pas sûr à 100%, mais tu subodores qu’il aimerait géolocaliser l’état d’avancement de tes recherches… Tu abandonnes donc l’idée d’une boule à neige. C’était pourtant parti pour être un hit.

Après tant de moments où tu as du vivre reclus pour rédiger un article peer-reviewed ou préparer une communication à un colloque (avec comité de sélection), tu sais que l’important dans la vie c’est le don de soi gratuit et désintéressé. Mais en cette fin d’année, tu n’as même plus le temps de faire des brocakes pour tes potes. Tu voudrais être un exemple pour eux, leur servir d’inspiration et de guide afin de leur montrer la Force de l’Histoire, du doctorant et de la recherche. Tu veux être Yoda pour tes bros. Tu veux être… Broda. Mais en réalité, c’est ce que ton « Moi » raconte à ton « Ça » quand tu rêves. Bref, après avoir fait une croix sur ton avenir de Broda, tu te remets vaillamment au travail. Ton credo quotidien se limite à trois mots dont le sens devient tous les jours plus flou : rédiger, rédiger et rédiger. Pour te changer les idées, t’es allé au ciné et tu t’es dit que ta thèse ne devait absolument pas ressembler au film que tu regardais. C’était un mauvais chef-d’œuvre d’art moderne mêlant maladroitement amour, action et émotions : rencontres, bisous-bisous, fille qui s’en va, garçon qui la rattrape (ou vice versa ; tu ne t’en souviens déjà plus très bien), courses poursuites, kidnappings, etc. C’était une sorte d’Happy Meal de la médiocrité cinématographique. Tu t’es juré, en sortant du ciné, que ta thèse défierait les lois du genre. Une thèse sans aucun cliché. Sur le moment tu as pensé que tu allais révolutionner une pratique académique ancestrale et que l’ère de la thèse nouvelle allait enfin advenir [note du narrateur : conscient du dénigrement auquel doit faire face le préfixe « post- » notre doctorant n’a pas voulu recourir à l’expression « thèse postmoderne »]. Ensuite, tu as pensé à ta famille, tes amis et ton futur professionnel. Tu t’es dit qu’au final, tu auras tout le temps de révolutionner le monde académique une fois devenu Docteur. Il vaut peut-être mieux passer l’épreuve de la soutenance comme un bon Samaritain afin que tes hypothétiques futurs confrères laissent entrer le loup dans la bergerie sans se douter de ce qui les attend et à ce moment-là… PAF ! Tu révolutionneras tout. La thèse de doctorat, combien de divisions ?

Bon, l’année 2015 pointe le bout de son nez et tu n’as toujours pas retravaillé la note de bas de page que je t’avais demandé de modifier. Mais maintenant on n’a plus le temps de trainasser. Il faut te ressaisir bordel de tête ! Besoin d’un discours de motivation express ?

Voilà ce qu’il faut retenir : si tu crois être seul, c’est que tu n’as rien compris. Ces dernières années tout t’a préparé à un unique événement, le seul qui comptera au moment où tu demanderas au service communication de l’université d’ajouter « Dr. » sur ta carte de visite laminée : la soutenance publique. En bon doctorant tu dois pouvoir compter sur des compagnons. Sache qu’on en dénombre sept. Certains sont bien concrets, d’autres sont plus métaphoriques.

Le premier est ton directeur de thèse : il dirige « le processus créatif » de ton doctorat. Au moment de la soutenance publique, tu y penseras bien avant tes parents ou tes collègues (et néanmoins amis) présents dans la salle. C’est aussi lui qui met en scène ta vie de doctorant : de ton arrivée insignifiante dans le monde académique jusqu’à ton envolée symbolique comme Docteur.

Le second est ton jury de thèse : il est impitoyable et charmeur à la fois ; quelque fois patient, il est nerveux la plupart du temps. Si le directeur de thèse donne les ordres, il faut que tu sois conscient que c’est le jury qui presse le bouton qui peut tout faire sauter (ne flippe pas, c’est une métaphore).

Le troisième est ton président de jury : ça peut (éventuellement) être ton ange gardien. Il est responsable du bon déroulement de ta soutenance et peut, à titre exceptionnel, être « blessé » à ta place si l’un des membres est trop virulent avec toi. Mais il ne peut pas systématiquement te défendre. N’oublie pas qu’il doit présider d’autres jurys que le tien au cours de sa vie…

Le quatrième est ton cœur. Attention à ce qu’il ne flanche pas car le cœur peut être perfide. Beaucoup de tes congénères sont morts au champ d’honneur en raison d’un cœur déloyal.

Le cinquième est « cet-autre-doctorant-qui-travaille-sur-le-même-sujet-que-toi-et-qui-rêve-que-tu-cafouilles-pendant-la-soutenance ». Bref, c’est ton double… mais en négatif. Il n’acquiert réellement son indépendance et toute sa maturité qu’au moment où il te voit périr sous les fourches caudines de ton jury. Ne t’en fais, tu auras ta revanche.

Le sixième est la bibliothèque : elle te poursuit dans tes rêves. Ses recoins ont été les témoins de tes heures de recherche. Tu vis dans l’ombre de la bibliothèque et en même temps elle est ta mémoire.

Le septième est ton manuscrit enregistré sur une clé USB que tu espères ne jamais perdre. Ce sont… tes vestiges !

Et demain, vous aurez droit à une deuxième petite historiette (avec un beau bouquet garni) pour que 2015 débute sour les meilleurs auspices. 

Image de couverture : Kevin Dooley, Happy Bokeh Christmas.

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "On the mental count of ten, you will be in Doctorat ! ParenThèses en fêtes (1/2)", in ParenThèses, publié le 31/12/2014, URL: https://parenthese.hypotheses.org/529 (consulté le 26/09/2021).
  1. Comme tout bon historien-archiviste qui se respecte tu as conservé un lecteur qui doit peser dans les 15 kg environ et remonter à l’époque de la télé tube-cathodique. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.