Présentation enchâssée-croisée

Dans le billet précédent, nous présentions les grandes lignes du contenu futur de ParenThèses. Un texte certes un peu aride, mais indispensable pour saisir les objectifs de ce carnet. Nous avons la faiblesse de croire qu’il peut également être intéressant pour les lecteurs de ParenThèses d’en apprendre un peu sur ses auteurs. Pour cependant éviter de céder à l’auto-description laudative et égocentrique, nous avons préféré réaliser une présentation croisée, où l’un parlerait de l’autre, à tour de rôle.

Le descendant d’audiencier : Quentin vu par Nicolas

Verreycken. Avec un nom pareil, il était pratiquement normal que Quentin finisse par étudier l’histoire institutionnelle des anciens Pays-Bas. La famille Verreycken est au 16e siècle connue des cénacles politiques bruxellois car ses membres occupent une fonction-clé du complexe institutionnel : la charge d’audiencier. Il s’agissait d’un « super » secrétaire chargé de la rédaction de la plupart des actes princiers devant s’appliquer dans les XVII Provinces. Maintenant, Quentin ne sera pas capable de vous dire s’il fait partie ou non de cette lignée, faute de recherches généalogiques. Mais avouez qu’on pourrait lui conseiller de maintenir l’ambiguïté à ce sujet. Comme références c’est peut-être pointu mais on a connu moins classe.

Toutefois, les recherches de Quentin ne se focalisent pas sur le 16e siècle, du moins en apparence. Bien qu’il se soit confronté à cette époque et à ses homonymes audienciers, au cours d’un séminaire dirigé par mon co-directeur de thèse (prof. J-M Cauchies), Quentin a plutôt opté pour le 15e siècle. La « victime » de ses travaux et recherches : Charles le Téméraire, duc de Bourgogne entre 1467 et 1477. Là aussi, le professeur J-M Cauchies n’est sans doute pas innocent dans ce choix puisqu’il avait rédigé au cours des années 1990 un ouvrage analysant la relation conflictuelle entre le duc bourguignon et le souverain français, Louis XI. Si Quentin utilisera l’expression « le Téméraire », il pourra tout aussi bien parler du « Hardi ». De nouveau, la marque « Cauchies » a fait son effet.

Mise à part cette quasi-prédestination pour l’histoire institutionnelle des anciens Pays-Bas, il est sans doute bon de préciser que Quentin n’est pas vraiment un médiéviste… tout en l’étant quand même. Certes, dans le monde universitaire français, il aurait sans doute dû choisir d’être catégorisé comme « médiéviste ». Par conséquent, il n’aurait probablement jamais vu un document d’archives datant d’après 1500. Seulement voilà, en Belgique, il est une sorte de zinneke, c’est-à-dire un mélange, pas totalement médiéviste sans être pour autant moderniste. Bien que spécialisé dans ce que l’on appelle parfois le « Siècle de Bourgogne », il s’aventure de temps en temps au-delà de cette période, notamment pour nourrir son champ conceptuel. En clair, c’est un pied de nez à cette sorte de carcan que peuvent parfois être les périodes historiques. Tout ceci rend d’autant plus intéressant ce que Quentin a à dire/écrire. Au-delà de cela, notre chercheur n’a pas l’ambition de se confiner aux bornes disciplinaires de l’histoire. Il cherche à enrichir ses connaissances au jour le jour (ça vous étonne si en néerlandais verrijken (prononcez verreycken) signifie enrichir ? Ok, je pousse peut-être le bouchon un peu loin). Il va, par exemple, chercher du côté de la philosophie foucaldienne des concepts qui lui seront utiles pour analyser les modalités pratiques d’encadrement des armées du Téméraire/Hardi. Il n’hésite pas non plus à jeter des regards vers le monde de l’anthropologie afin de donner à son analyse d’historien une complémentarité bienvenue.

D’un point de vue strictement biographique, Quentin a effectué ses trois premières années universitaires (baccalauréat) à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (à l’époque c’était les Facultés universitaires Saint-Louis, mais passons). Tout comme moi, mais il est arrivé quand je partais pour l’Université catholique de Louvain (UCL). Il a ensuite rejoint l’UCL pour effectuer ses deux années de master. L’année dernière il a un peu souquelé (= souffert) entre sa charge d’assistant (un mi-temps bien rempli) et un master complémentaire en Medieval and Renaissance Studies à la KU Leuven (université-sœur de l’UCL du côté néerlandophone). Il a d’ailleurs défendu il y a seulement une semaine le mémoire qu’il a rendu dans le cadre de cette formation complémentaire. Merci pour lui. Entretemps, il a quand même trouvé quelques minutes pour rédiger un dossier de demande de bourse au Fonds National de la Recherche Scientifique de Belgique (FNRS). Il a été pris du premier coup et débutera officiellement au 1e octobre 2014 un mandat d’Aspirant (doctorant), comme 117 autres chercheurs toutes disciplines confondues.

Quand il ne lit pas Foucault ou les demandes de rémissions envoyées par la soldatesque bourguignonne, Quentin développe une certaine passion pour le 7e art. Vous vous en rendrez compte assez vite si vous nous faites le plaisir de suivre l’actualité de ce carnet de recherches. Cette passion s’exprime évidemment par un intérêt pour l’histoire au cinéma, mais pas seulement. Avec Quentin on a aussi à faire à un amateur de science-fiction. J’ose également mettre en avant un intérêt pour la culture manga. Mais attention, je ne vous parle pas de ces dessins animés de la génération « Club Dorothée », comme Ranma ½ ou Sailor Moon (pour celles et ceux qui se souviennent de tout ça) ! Mais, une fois de plus, il aura sans doute l’occasion de faire part de tout ceci dans de futurs billets.

Quelques précisions avant de conclure.

Si son humour vous paraît un peu cryptique de prime abord je vous dirai ceci : n’ayez crainte. Mon conseil ? Regardez 2-3 épisodes de WTC ou SLG et tout deviendra (un peu plus) clair.

Dernière précision, pour celles et ceux qui (éventuellement) voudront en apprendre plus après avoir lu son futur billet présentant ses recherches et, en particulier, sa thèse de doctorat, je vous conseille la lecture suivante : Verreycken Quentin, Pour nous servir en l’armée. Le gouvernement et le pardon des gens de guerre sous Charles le Téméraire, duc de Bourgogne (1467-1477), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2014.

Oui, c’est du replacement de produit mais il faut être un peu solidaire entre chercheurs de SHS. Qui plus est, cet ouvrage sent encore bon les rotatives de presses…

Le légiste aux calembours : Nicolas vu par Quentin

Lorsque je débarquais en première année de baccalauréat à ce qui s’appelait encore les Facultés universitaires Saint-Louis, Nicolas était déjà en troisième année. Du fait de cet écart, nous n’eûmes pas beaucoup l’occasion de nous croiser. Ce n’est que deux ans plus tard  que nous eûmes notre première véritable conversation, lors du traditionnel repas annuel organisé en soirée par les apprentis historiens. Je l’apercevais appuyé au comptoir du Club House des étudiants, une bière à la main. Je l’abordai naturellement par un « Salut, ça ne serait pas toi, Nicolas Simon, qui fait un mémoire de maîtrise sur la législation de Charles Quint ? », et lui de me répondre : « Si, et toi tu dois être Quentin Verreycken. Tu as aussi fait un travail de séminaire de deuxième bac’ là-dessus, il me semble. J’ai eu l’occasion de le lire »1. Comme quoi, dès le départ, l’histoire du droit et des institutions nous a offert notre premier sujet de discussion !

Ce sera finalement au cours de l’année académique 2013-2014, alors que je revenais à Saint-Louis comme assistant chargé d’enseignement après avoir terminé mon master à l’Université catholique de Louvain, que je retrouvais Nicolas, cette fois comme un collègue fraichement promu au rang d’Aspirant FRS-FNRS. Entretemps, il m’avait déjà filé un sacré coup de main en jouant les relecteurs pour mon mémoire de maîtrise. Étant les deux seuls jeunes chercheurs orientés « ancien régime » parmi le staff des doctorants en Histoire de notre université, nous avons vite été amenés à travailler ensemble, et cette année riche en collaborations et private jokes à base de citations du flim La classe américaine nous a amené à décider d’ouvrir un carnet de recherches commun.

On dit parfois de l’être humain qu’il est un animal politique (politikon zoon). De Nicolas, je dirais plutôt qu’il est un animal chercheur (voire un Hannibal Lecteur, c’est selon). Comme je le mentionnais ci-dessus, il a fait ses débuts aux Facultés Saint-Louis, avant de poursuivre ses études à l’Université catholique de Louvain, où il décrocha sa maîtrise en Histoire, suivie par un master complémentaire en sociologie-anthropologie, au cours duquel on a entendu qu’il aurait travaillé sur les rapports à soi et au corps dans l’univers balnéaire2 au début du vingtième siècle (ce qui n’est pas si illogique si l’on songe que jusqu’en 2007, la législation maritime belge en matière d’épaves suivait sur une ordonnance de Charles Quint) ! De retour à la maison-mère3, il a passé une année à tyranniser les étudiants en tant qu’assistant chargé d’enseignement, avant de décrocher son mandat d’Aspirant FRS-FNRS qui lui permet aujourd’hui de confortablement poursuivre ses recherches, tout en occasionnellement revenant à sa grande passion : buser les infortunés apprentis-historiens. Basketteur amateur dans sa prime jeunesse, il a parfaitement trouvé sa place dans le milieu universitaire de la recherche, comme en témoigne sa déjà riche production scientifique. Bien que ses travaux initiaux portèrent sur la législation de Charles Quint, héritages d’un séminaire donné par son maître, Jean-Marie Cauchies, Nicolas se spécialise aujourd’hui dans la production législative du roi d’Espagne Philippe II et des archiducs Albert et Isabelle dans les anciens Pays-Bas à la fin du XVIe siècle, tout en demeurant un expert de la carrière de Shaquille O’Neal.

Quand il ne passe pas ses journées à rôder aux Archives générales du Royaume à Bruxelles (il paraît qu’il connait tout le personnel par son petit nom), il lutte pour maintenir à flot le site internet du CRHiDI et mène divers autres projets, en ce compris l’organisation de colloques et de conférences. Il a ainsi réussi à faire venir à Saint-Louis des personnalités telles que l’ancien premier ministre belge Mark Eyskens ou l’historien français François Dosse. Très, très accessoirement, il trouve le temps de publier, à une vitesse impressionnante, inventaires d’archives, communications et autres articles de revues scientifiques, parmi lesquels on trouve une étude d’une centaine de pages de l’ordonnance caroline de 1541 sur le droit de grâce, publiée dans le très respecté Bulletin de la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique, excusez du peu ! Malgré un domaine de recherche en apparence fort sérieux, Nicolas ne rechigne jamais à alléger le ton de ses textes par quelques jeux de mots, comme les lecteurs s’en apercevront sans doute à la lecture de ce carnet.

Le soir, s’il ne passe pas son temps à perfectionner son espagnol, Nicolas avale un grand nombre de séries télévisées et films. En plus d’être un fin connaisseur de la filmographie d’Alfred Hitchcock (il a d’ailleurs réussi l’exploit à y faire référence plusieurs fois dans son premier mémoire de maîtrise), il est également un fan de The Sopranos, Borgen et surtout  The Wire (il n’a pourtant aucun lien de parenté avec l’auteur de cette série, David Simon), bien qu’il ne rechigne pas devant l’un ou l’autre épisode de The Big Band Theory (il ne digère d’ailleurs toujours pas la renégociation du salaire des stars de ce show, qui s’élève maintenant à la somme record d’un million de dollars par épisode de 22 minutes). Lecteur compulsif, amateur de l’œuvre biographique de François Dosse, il s’aventure souvent en dehors de son champ d’expertise en s’attaquant à des auteurs tels que Clifford Geetz ou John O’Malley. On peut également apercevoir dans sa bibliothèque, coincés entre les ouvrages d’Henri Pirenne et l’Algemene geschiedenis der Nederlanden, des livres sur Winston Churchill ou Marie de Hongrie. À part cela, il fait également de fort bons muffins, un talent toujours apprécié lorsqu’il s’agit d’organiser des repas entre doctorants, ou avec les étudiants.

Dans son dernier article, consacré à la dimension identitaire de la législation de Charles Quint dans les Pays-Bas, Nicolas est parvenu à citer George Orwell et à mentionner la novlangue. Je crois que cette anecdote résume bien sa personnalité, de même que son humour. Je souhaite d’ores et déjà bonne chance à ce moderniste indécrottable pour cette année 2014-2015 fort remplie, qui comptera l’organisation de colloques et workshops, une communication à donner à l’École française de Rome, sans compter l’inévitable épreuve de confirmation du FNRS, renouvelant pour deux ans son mandat d’assistant. Mais vu le gaillard, je ne me fais pas trop de soucis…

Crédit photographique : emdot, office dogs.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Présentation enchâssée-croisée", in ParenThèses, publié le 19/09/2014, URL: https://parenthese.hypotheses.org/54 (consulté le 22/07/2017).
  1. Dialogue reconstitué sur base de souvenirs approximatifs – mais en aucun cas altérés par la boisson ; nous étions sages, à l’époque… []
  2. Personnellement, j’appelle ça les « manières de plage », mais Nicolas se crispe à chaque fois que j’utilise cette dénomination []
  3. Ou « maison-mer, comme il l’aime à l’appeler. Il faut croire que cette année en socio-anthropologie l’aura durablement marqué []

Une réflexion au sujet de « Présentation enchâssée-croisée »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *