Droit au but : Amandine De Burchgraeve

Nous continuons notre série Droit au but consacrées aux recherches de jeunes chercheurs par l’interview d’Amandine De Burchgraeve, doctorante à l’Université catholique de Louvain. Amandine est titulaire d’un master en histoire (UCL, Louvain-la-Neuve, 2011) ainsi que d’un master complémentaire en anthropologie sociale et culturelle (UCL, Londres, 2012).

Amandine

 

Quand elle ne passe pas son temps à dépouiller les archives de la cour d’assises de Brabant, elle écoute en boucle les albums de Stromae ou emmène sa chienne Laïka à l’entraînement. Nous avons donc droit à une doctorante qui manie, pour les besoins de sa thèse, des approches disciplinaires variées mais dont on n’a cessé, au cours du 20e siècle, de souligner les liens étroits. Amandine a entamé son doctorat en 2012, sous la direction du professeur Xavier Rousseaux, comme chercheuse au sein du projet PAI (Pôle d’Attraction Interuniversitaire) Justice & Population 1795-2017 financé par la Politique scientifique fédérale (BELSPO). Elle a ensuite obtenu un mandat d’Aspirant FRS-FNRS en 2013, mais elle reste étroitement liée aux recherches du PAI.

Question introductive incontournable : alors, cette thèse, ça avance ? Peut-être souhaites-tu lancer un appel à l’aide ?

Bon, soyons honnête, la thèse c’est un peu comme un match de sport, non ? On s’y met parce que cela nous plait et parce que c’est un challenge positif.  On sait qu’on peut potentiellement attraper des bleus, se casser la figure et regretter de s’y être mis, mais au final, malgré la fatigue, on est (généralement) satisfait. Quel est mon état d’esprit à mi-parcours ? Eh bien, il est vrai que je compte déjà quelques bleus et plusieurs « insultes » envers moi-même, mais j’ai aussi collectionné plusieurs points gagnants. Au final, j’y crois, moi, à la réussite !

Parle-nous de ton parcours universitaire. D’où t’es venue cette idée bizarre d’un jour faire des études d’histoire ? Et pourquoi en français, alors que ta langue maternelle est le néerlandais ?

Je suis passionnée par la lecture depuis que je suis très jeune. Durant mon adolescence, j’ai passé beaucoup de temps avec mon nez dans des ouvrages historiques (souvent des fictions). Quand je partais en vacances avec mes parents, je préférais toujours découvrir des lieux comme les châteaux de la Loire, le Louvre, les catacombes de Paris ou le Colisée à Rome, pour n’en citer que quelques-uns. Il faut dire aussi que je m’informais toujours à l’avance sur le lieu et son histoire, sinon cela n’avait vraiment plus d’intérêt ! J’aime en effet savoir, à travers la découverte des vestiges, ce qui a eu lieu à un endroit et ce à différentes époques. Cela n’a d’ailleurs toujours pas changé. Est-ce alors étonnant que j’ai choisi d’étudier l’Histoire et d’en faire mon métier ? A posteriori, je crois que j’ai opté d’entreprendre mes études en français plutôt qu’en néerlandais parce que j’avais besoin d’un changement, d’un challenge. Si j’étais capable de finir mes études secondaires en néerlandais, pourquoi ne pas essayer d’entamer mes études supérieures en français (notons que je doute m’être fait cette réflexion critique à l’âge de 18 ans) ? J’ai donc commencé à l’UCL (Louvain-la-Neuve) que j’ai quitté après avoir réussi ma première année. Je suis partie à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Après le baccalauréat, j’ai longtemps hésité à suivre un Master à Gand, mais je suis finalement retournée à l’UCL pour y compléter mon parcours universitaire.

Peux-tu nous en dire plus sur tes recherches ? Sur quoi ta thèse porte-t-elle ? Y-a-t-il au moins un mot de plus de quatre syllabes dans le titre ?

Je ne mentionnerai donc ni Weltanschauung ni « espace public », des concepts qui sont essentiels dans ma thèse, mais qui ne sont heureusement pas présents dans mon titre. Le titre provisoire de ma thèse est « La construction sociale du Crime par les acteurs de la cour d’assises de Brabant (1890-1914)».  Au 19e siècle, le crime et la criminalité deviennent sujets de discussion dans différents instances « démocratiques » comme la justice, la prison, la presse et les milieux policiers et scientifiques. La cour d’assises est elle aussi un lieu de débat sur ces questions. Durant les procès, le Crime est socialement construit et en constante évolution. Afin de mieux comprendre la dynamique de construction et de déconstruction des représentations (mentales) du crime, du criminel et de la victime, j’étudie les discours, les dialogues et les débats des différents acteurs participant à ce rituel judiciaire (magistrats, avocats, publics, presse, accusé, experts, témoins, etc.) et ce sur une période de 20 à 25 ans (1890-1914). En étudiant la question à la fin du 19e et le début du 20e siècle, je me focalise sur une époque qui est synonyme de plusieurs changements politiques, sociaux et économiques fondamentaux, ce qui influence les valeurs de la société, entre autre celles liées à la criminalité.

Quelles sources mobilises-tu dans le cadre de tes recherches ?

Trois sources principales répondent à ma demande. D’abord les dossiers de la cour d’assises de Brabant, qui comportent une panoplie de documents (assez formalisés) sur le procès. Chaque dossier commence au début de l’instruction et finit par le procès-verbal d’audience. Ensuite, la presse populaire me permet d’étudier plusieurs journaux belges, francophones et flamands, qui sont moins « formels » et ont une opinion beaucoup plus affirmée sur les événements. Enfin, j’inclus la presse judiciaire qui offre une vision encore différente du même procès, car ses priorités sont différentes.

Dans le prolongement de la question précédente, quelle a été ta motivation pour commencer une thèse en histoire du droit et des institutions (à part compenser la frustration de ne pas être une vraie juriste bien sûr) ?

J’ai toujours trouvé beaucoup de plaisir à comprendre les choses, surtout quand il s’agit du fonctionnement et de la dynamique d’une ou de plusieurs société(s). La thèse répond parfaitement à cette demande. Je suis convaincue qu’à travers la justice nous pouvons étudier à peu près chaque aspect de la société. Pourquoi ne pas essayer de comprendre, entre autres, ce qui est (devenu) tolérable et intolérable dans notre société et pour quelles raisons ? Ou encore, de voir quel impact l’institution judiciaire a sur notre société et ses modes de fonctionnement ?

Au cours de ton parcours, tu as suivi un master en Anglais à l’University College of London, et l’anthropologie se trouve explicitement mobilisée pour ta recherche doctorale. Comment maries-tu ces deux disciplines ?

Les idées centrales de mes deux formations sont prises en compte dans ma recherche doctorale. J’adopte une approche « critique » de mes sources afin de comprendre le fonctionnement d’une ‘ancienne’ société et ce pour mieux saisir l’actuelle. En étudiant ses individus, je recadre la structure sociale, ses valeurs et ses conceptions. Tout comme en anthropologie sociale,  j’insiste fort sur les caractères sociaux et culturels d’un groupe en analysant les concepts qui lui sont propres. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une observation participante (« comprendre la société en participant à son mode de vie. » Merci Malinowski !), j’essaie néanmoins d’obtenir des réponses semblables en approfondissant l’analyse des sources écrites.

Quels sont, selon toi, les avantages d’être doctorant.e à l’heure actuelle ? Pas trop de regrets ?

Pas de regrets, non. En étant doctorante, j’ai la (grande) liberté d’aborder mon travail à mon rythme et à ma manière (en respectant les deadlines, bien-sûr !). Je modèle mon travail selon mes propres envies et selon ce que j’estime pertinent. Malgré les difficultés rencontrées et qui sont inévitables durant la thèse, je n’ai jamais l’impression de faire du travail inutile. J’apprends chaque jour et en même temps, je peux offrir et partager cette connaissance accumulée avec ceux que cela intéresse, même ceux qui connaissent déjà bien le sujet. C’est pour moi un parfait compromis.

Y-a-t-il un livre ou la pensée d’un chercheur (historien ou anthropologue, nous ne sommes pas sectaires) qui t’a particulièrement marqué au cours de tes recherches ?

Oui, bien-sûr. Je crains cependant qu’il s’agisse d’un anthropologue qui travaille sur des choses qui semblent à priori fort différentes des miennes. Luke Freeman était mon professeur de Political and Economical Anthropology à l’UCL (Londres), un cours que j’ai choisi en raison des thèmes et concepts qu’il allait aborder durant le séminaire (charisme, pouvoir, relations économiques, etc.). Un orateur né ! Cet anthropologue possède un parcours fort impressionnant. Au début des années 1990, il fut appelé auprès du président du Madagascar Ravalomanana, dont il est devenu le professeur d’anglais mais aussi le speechwriter. Il explique son parcours dans son article Why are some people powerful? Ce qui m’inspire, c’est sa capacité d’exposer la complexité de choses qui semblent à priori simples et acquises  (politique, relation, charisme, éducation, etc.) et ce en écrivant des ouvrages qui se lisent comme des romans. L’article qui m’a le plus marqué est « Voleurs de foies, voleurs de cœurs »1 en raison de son approche critique de la « Culture » (locale et malgache). Il y aborde la complexité et les difficultés méthodologiques d’étudier une culture. Il explique au moyen d’un exemple comment, en tant qu’anthropologue, il a évolué d’un entendement supposé d’une certaine réalité sociale  (« western ») vers une compréhension plus profonde – et radicalement différente – de la culture locale.

As-tu déjà des projets pour l’après-thèse ? Devenir un poids pour la société ?

Je préfère considérer l’après-thèse comme la boîte à mystère. Impossible de savoir ce qu’il y a dedans à moins de l’ouvrir . Je vous dis quoi dans quelques années !  Plus sérieusement, c’est une phase qui m’enthousiasme et qui me fait peur. Je suppose que d’ici là, j’aurais envie d’ajouter une nouvelle corde à mon arc en faisant quelque chose de différent. Ce sera donc une quête de (re)découverte que j’entreprendrai avec toutes les différentes compétences que j’aurai accumulées d’ici-là !

Après avoir suivi plusieurs séminaires en histoire moderne et réalisé un mémoire sur la grâce au temps de Charles Quint, tu réalises à présent une thèse en histoire contemporaine. Tu n’as pas encore reçu de lettres de menace pour avoir viré ta cuti ?

Très drôle ! Non, je gère. J’essaie de passer un peu sous le radar pour éviter de me faire traiter de renégate ! (Une stratégie qui est à revoir à partir d’aujourd’hui. Clairement.)

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Droit au but : Amandine De Burchgraeve", in ParenThèses, publié le 19/01/2015, URL: https://parenthese.hypotheses.org/569 (consulté le 20/11/2017).
  1. Luke Freeman, « Voleurs de foies, voleurs de cœurs », Terrain [En ligne], 43, septembre 2004, mis en ligne le 24 mai 2005 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *