Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle

Pour paraphraser un tweet de Loïc Prigent, ces derniers temps, on a tellement pédalé dans la semoule des commémorations 14-18 qu’avec une dynamo on pourrait éclairer toute la région bruxelloise. Ou à peu près. Il y a eu un tel engouement pour les commémorations au cours de l’année du centenaire de la Grande Guerre qu’on ne sait plus très bien qui a fait quoi, quand, pourquoi et comment. On a parfois l’impression que certains historiens ont dû engager des sosies, développer leur don d’ubiquité ou négocier avec Madame/Monsieur les voyages répétés à l’étranger (à moins que ce soient les frais de babysitting qui ont explosé). Profitant de l’organisation d’une semaine d’activités à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (23-27 février 2015) orientées autour de la Grande Guerre, on a jugé bon sur ParenThèses de reprendre quelques éléments de réflexion présentés par N. Offenstadt lors de sa conférence du lundi 23 février. Celle-ci se voulait inaugurale à la semaine et devait proposer une réflexion critique sur la logique commémorative (A quoi sert le centenaire de la Grande Guerre ? Un premier retour réflexif). On profitera encore d’une publication récente sur les commémorations en Belgique pour étayer le propos1. Surtout qu’en Belgique, c’est davantage la façon dont on organise ce genre d’événements plutôt que les événements eux-mêmes qu’il est intéressant d’étudier2. Enfin, façon de parler.

Le regard de l’historien sur les commémorations

Les uns diront que nous succombons à la fièvre commémorative. Peut-être. Toutefois les interrogations et réflexions relatives aux commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale ne sont ni irréductibles à ce seul événement ni l’apanage des historiens contemporanéistes. Tout comme les arguments développés sur la longue durée par les auteurs du History Manifesto, les commémorations participent d’une certaine « pratique » de l’histoire qui doit être interrogée. De même, il faut questionner les événements du passé auxquels elles donnent sens En cela, les commémorations 14-18 doivent intéresser tous les historiens puisqu’elles renvoient inévitablement à certaines conceptions de l’histoire, à la façon de gérer des mémoires collectives et/ou individuelles, etc. Il est un truisme d’affirmer que le travail de l’historien ne se limite pas étudier le passé (antiquité, moyen âge, etc.), mais qu’il doit également être attentif à la façon dont ce passé est traité, manipulé, envisagé, etc., dans le présent où il travaille. Plus que jamais, l’histoire est fille de son temps. Pour les auteurs d’un carnet de recherche en histoire du droit et des institutions, l’intérêt est avant tout de relever l’importance que représentent les commémorations du centenaire de la Grande Guerre pour les institutions politiques, les bénéfices qu’en tirent certains États, ou le dédain dont d’autres font preuve à leur égard. Et cela tombe plutôt bien, parce que la conférence de N. Offenstadt a bien labouré ce terrain. Il faut dire que le terreau est on ne peut plus fertile…

D’emblée, N. Offenstadt a posé la question du sens d’un centenaire. Est-ce que l’on peut décrire le passé comme allant de soi ? Si nous répondons par l’affirmative, ceci reviendrait à transporter le passé dans le présent. On serait devant une approche dite « antiquaire », sans plus. Doit-on trouver un sens contemporain à ce centenaire ? Faut-il que certains acteurs soient producteurs d’un sens et d’une interprétation actuelle ? Et N. Offenstadt de rappeler que si on effectue ce « travail d’antiquaire », par une accumulation d’événements quasi irréfléchis, on s’éloigne de l’idéal d’un M. Bloch pour qui l’histoire servait à faire dialoguer les morts et les vivants. Chantal Kesteloot et Mélanie Bost envisagent grosso modo les commémorations selon la même approche : « Une commémoration est une cérémonie officielle organisée pour conserver la conscience d’un événement déterminant de l’histoire, perçu comme fondateur d’une identité et mobilisateur d’une société. Il s’agit d’un acte politique qui procède d’un choix considéré comme porteur de sens pour les générations actuelles »3. Pour paraphraser Mendès-France – que N. Offenstadt a cité au cours de la discussion – : Commémorer, c’est choisir. Partant, on doit s’interroger sur la pertinence de donner un sens à ces commémorations. Est-il d’ailleurs possible de ne pas en donner ? Au nom de quelle morale, philosophie ou interprétation, s’interroge alors N. Offenstadt.

On enfonce peut-être des portes ouvertes, mais il est sans doute important de mettre en lumière que des commémorations, qu’elles soient orchestrées par des autorités politiques ou non, affectent et sont affectées par le contexte dans lequel elles sont conçues. Les événements commémorés étant presque obligatoirement marquants pour la communauté, « étudier les commémorations permet donc surtout d’appréhender la manière dont une société envisage au présent les événements du passé »4. En bref : les commémorations du centenaire nous apprennent plus sur 2014 que sur 1914. Pour la France, N. Offenstadt a rappelé que les commémorations du Bicentenaire en 1989 furent marquées in fine par la chute du Mur de Berlin et la révolte des étudiants chinois de Tiananmen. En 2014, peut-on réellement faire abstraction de la situation ukrainienne ou des attentats parisiens de janvier (Charlie Hebdo) ?

Mémoires et commémorations : une typologie

La majeure partie de la conférence prononcée par N. Offenstadt fut consacrée à expliciter une typologique des mémoires de la Grande Guerre. L’historien français a ainsi relevé quatre types distincts de rapport à la Première Guerre mondiale5. Dans l’ordre, l’orateur a relevé des mémoires 1) sociales, 2) nationales, 3) silencieuses et 4) clivées.

Parler de mémoire sociale de la Grande Guerre revient à dire, selon N. Offenstadt, qu’on est face à des pays où l’État n’est pas l’acteur principal des commémorations. Les commémorations et la mémoire de la Grande Guerre ne sont pas vivantes parce que l’État s’exprime ou parce que des autorités politiques imposeraient une manière spécifique d’interpréter le passé et/ou de le commémorer. Dans la lignée de la pensée de John Horne (Trinity College, Dublin), N. Offenstadt a présenté l’Angleterre et la France comme les idéaux-types de cette première modalité. On a surtout affaire à une pratique culturelle ancrée dans les familles. Ce qui signifie pour John Horne, par exemple, qu’avec la Première Guerre mondiale on a atteint la dernière étape de l’individualisation de la mort de masse (cf. monuments aux morts avec noms des défunts gravés). Cette individualisation se matérialise encore, selon l’historien irlandais, par l’importance du soldat comme « liant émotionnel »6.

Par mémoire nationale, N. Offenstadt entendait mettre en lumière les pays où la Grande Guerre est l’élément fondateur d’une identité nationale, d’un patriotisme, voire l’occasion de l’avènement à l’indépendance. Des pays comme l’Australie – qui a débloqué des fonds importants pour le centenaire, la Pologne ou la Lituanie abordent la Première Guerre mondiale car elle est l’événement fondateur de leur indépendance, quitte à occulter le conflit en lui-même. Comment commémorer 14-18 en Pologne alors que le territoire du pays actuel relevait, en partie, de l’Autriche-Hongrie ou de la Russie ? La guerre a permis l’accession à l’indépendance et c’est dans cette mesure qu’il convient d’organiser les commémorations. En résumé : la guerre est la condition de possibilité de l’existence actuelle de ces pays.

La Grande Guerre peut également être passée sous silence. Le cas de la Russie saute aux yeux. Comment envisager de commémorer une guerre enclenchée sous le régime tsariste ? Dans l’immédiat après-guerre et durant toute la période soviétique, il est évident qu’on ne songe pas un instant à commémorer le premier conflit mondiale7. La Révolution de 1917 occulte tout le reste. En gros, la Grande Guerre était aussi gênante que du turquoise à un mariage. À certains égards, l’Allemagne entre dans cette troisième catégorie. Ici la raison renvoie davantage à la prégnance du IIIe Reich. Jusqu’il y a peu, la Grande Guerre n’était entrevue que si elle permettait d’intégrer le discours explicatif de l’émergence et de l’avènement du régime nazi. À l’instar de l’historien allemand Arndt Weinrich8, N. Offenstadt a relevé un sursaut à l’occasion du centenaire 14-18.

Enfin, il y a des pays pour lesquels la mémoire de la Grande Guerre clive la société. C’est notamment le cas de la Belgique. En l’occurrence, il s’agit d’un clivage interne au pays. Dans le cas de la Hongrie, on observe plutôt un clivage par rapport à l’extérieur des frontières puisque ce pays rumine toujours le partage opéré en 1920 par le traité de Trianon, l’amputant d’une partie importante de son territoire historique9.

Deux cas d’étude : la Belgique et l’Europe10

Pour la Belgique, M. Bost et Ch. Kesteloot ont récemment proposé un panorama des commémorations relatives au centenaire 14-18 ainsi qu’un retour sur les commémorations qui se sont déroulées au cours du 20e siècle. Dans l’immédiat après-guerre (années 1920) – et plus globalement jusque dans les années 1950-60 –, la commémoration du conflit mondial était fondamentale. Que ce soit pour commémorer le sentiment national ou pour servir les intérêts du Mouvement flamand grandissant, la Grande Guerre faisait l’objet de toutes les attentions. On observait d’ailleurs une sorte d’emboîtement des mémoires puisque on mettait sur un même pied les combats de l’armée belge en 14-18 et la révolution nationale de 1830. C’est toujours bien de rappeler qu’on a combattu l’envahisseur et qu’on a subi une domination étrangère (tantôt hollandaise, tantôt allemande). Horum omnium fortissimi sunt Belgae. Il faut bien rendre à César ce qui est à César… Le dernier événement en date (Grande Guerre) servait à réactiver le sens du plus ancien (révolution de 1830). Pour le centenaire de 14-18, la Belgique s’est toutefois préparée de manière dispersée. D’un côté, le gouvernement flamand a enclenché très tôt ses réflexions afin de faire du Westhoek (région d’Ypres) « la » destination du tourisme commémoratif11. De l’autre côté, la Fédération Wallonie-Bruxelles a eu parfois du mal à tenir les rênes et a pu se retrouver confrontée à des conflits d’intérêts dans l’organisation d’expositions. Le niveau fédéral a naturellement souhaité chapeauter quelque peu les événements à dimension internationale. Il n’y a jamais trop de couches dans la lasagne institutionnelle belge…

Au niveau européen, on s’accordera à dire que l’UE est restée fort silencieuse. Certes il y avait les élections en mai 2014, mais il faut sans doute suivre J. Horne quand il met en exergue l’emprise de l’État-Nation comme identité politique dominante dans les commémorations du centenaire. La chronologie du centenaire n’est déjà pas identique pour tous les États et ceux-ci n’entretiennent pas tous le même rapport à la Première Guerre mondiale… Stéphane Audouin-Rouzeau affirme, par exemple, urbi et orbi que le centenaire français « d’en haut » (celui sponsorisé par l’État) est un échec sans nom. À certains égards, on pourrait se dire qu’il en va de même pour l’UE. Pour le moment du moins. N. Offenstadt a indiqué que l’on peut nourrir quelques regrets puisque les prolégomènes d’une Europe pacifiée émergent avec la fin de la Grande Guerre12.

Reste à se demander quel rôle peut jouer l’historien dans ces commémorations. La question est classique et a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais elle doit être sans cesse répétée et reformulée. Ainsi, à la fin de la conférence, l’une des personnes de l’assistance adressait à N. Offenstadt cette interrogation : comment l’historien peut-il interpeller le politique et l’opinion, et ainsi porter sur la place publique les dernières avancées de la recherche scientifique ? La réponse de l’orateur fut que l’historien ne pouvait intervenir qu’en cas de demande sociale. On aura beau multiplier les émissions de télévision, envahir les rayons des librairies, l’historien ne pourra faire entendre sa voix que si le citoyen éprouve au préalable un intérêt, sinon un besoin, à l’écouter.

Mettant in fine en avant la plasticité des commémorations françaises, N. Offenstadt entendait montrer que l’acteur étatique n’en est qu’un parmi d’autres. L’État ne détient pas toujours le monopole interprétatif (même si dans certains pays il peut certes le détenir). Que ce soit des actions communautaires ou bien locales se développant face au « désert interprétatif » laissé par l’UE (ou certains gouvernements), celles-ci auront peut-être un impact plus important qu’on ne l’avait pensé a priori. Nous ne sommes qu’en 2015 et presque quatre années de commémorations nous attendent encore (d’ici novembre 1918). On n’a donc pas fini de pédaler…

Crédit : The noggin_nogged – Pedalo.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle", in ParenThèses, publié le 02/03/2015, URL: https://parenthese.hypotheses.org/656 (consulté le 18/08/2017).
  1. Bost Mélanie et Kesteloot Chantal, Les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, Bruxelles, 2014 (Courrier hebdomadaire du CRISP, t. 30-31 []
  2. À ce propos, on notera que la revue du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions de Saint-Louis, Les cahiers du CRHiDi, a consacré deux numéros à ces questions : « Les 175 ans de la Belgique. Histoire d’une commémoration et commémoration d’une histoire : regards critiques » (cahier 27, 2007) et « Les cinquante ans d’une Europe. Regards critiques sur une commémoration : des institutions à la culture » (cahier 33, 2010 []
  3. Bost M. et Kesteloot Ch., op. cit., p. 8 []
  4. Ibid., p. 9 []
  5. Un même pays pouvant se retrouver à plusieurs endroits de la grille typologique. []
  6. Chaque famille tente ainsi de mettre en lumière qu’un de ses membres a été soldat au front. []
  7. On valorise plutôt les mutineries et autres révoltes à l’encontre du régime tsariste, souligne N. Offenstadt []
  8. Celui-ci a également participé, aux côtés de N. Offenstadt, J. Horne et S. Audouin-Rouzeau à une table ronde interrogeant les commémorations effectuées l’année du centenaire. []
  9. Ainsi, ca. 10% de la population slovaque actuelle parle le hongrois. À l’ouest de la Roumanie, certains partis politiques locaux sont ouvertement orientés vers la défense des droits des Hongrois de Roumanie. []
  10. On pourra également consulter l’intervention de L. van Ypersele au EUNIC International symposium : « Commemorating 1914 : Exploring the War’s legacy » qui s’est déroulé à Zagreb en mai 2014. []
  11. Il a surtout axé son action autour du souvenir des victimes d’une guerre jugée absurde. L’histoire des manœuvres militaires (l’histoire-bataille de bon-papa) étant has been. []
  12. Les années 1920 sont notamment marquées par les penseurs européistes, par Coudenhove-Kalergi et son Paneuropa ou par Aristide Briand promouvant l’idée qu’entre les peuples d’Europe devrait exister « une sorte de lien fédéral » (discours à la SDN, 1929). []

3 réflexions au sujet de « Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *