Tous les articles par Nicolas Simon

Pourquoi connaître le passé n’aide pas à comprendre le présent

En procédant au rangement estival de mon bureau, je suis retombé sur un article que je n’avais pas lu depuis ma 3e année de baccalauréat – si je ne me trompe pas – c’est-à-dire vers 2008-2009. Un bail, quoi.

L’article en question était de Jean Stengers (1922-2002), historien spécialiste de la période contemporaine – il avait pourtant une formation de médiéviste… –, professeur à l’Université libre de Bruxelles, membre de l’Académie royale de Belgique et l’un des plus influents historiens belges du 20e siècle. On lui doit notamment une puissante réflexion sur le sentiment national en Belgique (et dans un autre genre, il est l’auteur d’un ouvrage sur l’histoire de la masturbation).

Le titre de l’article est déjà des plus évocateurs : Les fonctions de l’histoire dans la société. Vaste thématique que tâchait d’aborder l’auteur en moins de vingt pages #challengeaccepted. En gros, Stengers affirmait d’emblée que le titre présenté de façon affirmative pouvait se résumer à une question des plus classiques : à quoi sert l’histoire ? Continuer la lecture de Pourquoi connaître le passé n’aide pas à comprendre le présent

Archive junkie en rechute

En avril dernier, j’ai eu la chance de défendre publiquement ma thèse de doctorat consacrée au processus législatif dans les Pays-Bas espagnols (ca. 1580-ca. 1610). Comme tout chercheur travaillant sur une thématique pareille, j’avais accumulé, en un peu moins de trois ans, un matériau relativement important grâce à la fréquentation des dépôts d’archives.

En ce qui me concerne, j’ai principalement puisé mes sources aux Archives générales du royaume situées à Bruxelles ainsi qu’aux Archives de l’Etat à Anderlecht (commune de la région bruxelloise) où sont conservées les archives du Conseil de Brabant.

Pendant presque trois ans, j’ai fréquenté, voire même hanté ces lieux. A cet égard, la salle de lecture des AGR est un lieu particulier, presque magique pour celui/celle qui est non seulement intéressé(e) par la consultation des archives, mais aussi par la dynamique humaine de la salle de lecture. Le personnel commence d’abord par vous connaître et même à vous reconnaître. Au bout de quelques mois, je n’avais même plus besoin de dire quels numéros j’avais en réserve; on allait directement chercher la boîte que j’avais laissée en souffrance la veille ! Continuer la lecture de Archive junkie en rechute

Précaution du Conseil de Flandre face à une requête en 1599

Rien de tel que de rédiger un billet de blog pour agiter quelques neurones et sortir le corps de sa torpeur estivale. Torpeur qui, en Belgique du moins, est quotidiennement alimentée par une météo alternant entre trois jours de beau temps et une semaine de pluie…

En remettant les pieds aux Archives générales du royaume (AGR, Bruxelles) après plus d’un an d’absence – rédaction de thèse oblige – je me suis plongé dans les archives du Conseil privé des anciens Pays-Bas espagnols (16e-17e s.)[1].Pour l’instant, j’ai consulté certains numéros consacrés aux rapports et requêtes transmises au Conseil par des sujets ou officiers regardant les problèmes relatifs au commerce. Les affaires liées au commerce que doit traiter le Conseil privé sont naturellement diverses et elles sont loin de toutes se ressembler. On peut très bien rencontrer ici les documents d’une affaire liée à la législation régulant le transport de la laine et là ceux traitant d’un problème d’octroi de passeport pour le transport de bêtes. Continuer la lecture de Précaution du Conseil de Flandre face à une requête en 1599

Un livre dangereux : Dimitri Casali, « La longue montée de l’ignorance »

Écoeuré, je suis écoeuré. Un peu comme Claudy Focant, j’ai l’impression de m’être fait carjacker intellectuellement. J’ai essayé de lire le livre Dimitri Casali, mais je n’ai rien pu faire. J’ai tâché de lire plusieurs pages (au départ j’envisageais même de lire plusieurs chapitres), mais je suis devenu fou. Là, je suis encore prostr… frustr… je ne sais même plus comment il faut l’écrire.

Les encouragements bienvenus de Quentin  : Askip t’es plus un simple étudiant, mais un vrai historien… Alors culture-toi un peu, merde ! (signé) Quentin

J’ai aussi un peu hésité avant de rédiger ce billet. De manière générale, il y a deux solutions dès lors qu’il est question d’un mauvais bouquin. Soit ne pas en parler pour uniquement se focaliser sur ceux que l’on apprécie. Soit aborder les mauvais livres s’ils contiennent en eux un potentiel élevé de nuisance intellectuelle. Le livre en question s’inscrit pleinement dans la seconde catégorie. On pourrait éventuellement considérer qu’il faudrait passer son chemin et ne rien dire à propos du dernier livre de Dimitri Casali. Toutefois, cet ouvrage est dangereux. Et partant, son auteur l’est tout autant. Continuer la lecture de Un livre dangereux : Dimitri Casali, « La longue montée de l’ignorance »

De Saint-Boniface à Saint-Louis : la carrière à rebondissements de Mgr. Aloïs Simon (1897-1964)

Introduction

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut que je précise deux-trois choses pour que ce billet prenne tout son sens.

Avant d’entamer des études d’histoire à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (dénommée à l’époque Facultés universitaires Saint-Louis), j’ai effectué mes humanités dans un collège bruxellois situé au coeur de la commune d’Ixelles : l’Institut Saint-Boniface – Parnasse. Il se trouve que Saint-Boniface fête cette année scolaire-ci son 150e anniversaire. A cette occasion, une exposition est organisée en mai prochain (vernissage le 20 mai, c’est ouvert à toutes et tous…) en vue de présenter l’histoire du collège par le prisme d’ancien(ne)s qui y ont fait leurs études (ou qui y ont travaillé). Le choix s’est porté sur des ancien(ne)s qui ont acquis une certaine notoriété dans leur discipline. La liste est, je dois dire, un peu impressionnante et on est loin de s’en rendre compte quand on débarque là en première année du secondaire. Ont ainsi usé leurs culottes sur les bancs des Saint-Boniface des gens comme Hergé (Tintin), Franquin (Gaston Lagaffe), Pierre Laroche (comédien, co-fondateur de l’Institut des arts de diffusion (IAD)), Jean Capart (égyptologue), Roger Aubert (historien et homme d’Eglise), Jean-Pascal van Ypersele (climatologue, GIEC) ou encore François Weyergans (écrivain, Académie française).

Entrée de Saint-Boniface par l’allée de la rue du Conseil, 1930 (Fonds Saint-Boniface, phototèque)

Dans le cadre de l’exposition, j’ai dû mener quelques recherches et notamment sur un des anciens professeurs du collège, Mgr. Aloïs Simon (1897-1964). Figure particulière s’il en est, Aloïs Simon a été professeur puis directeur à Saint-Boniface. Nommé à la tête de l’établissement en 1932, il est resté dix ans au poste de directeur. En plein milieu de la Seconde Guerre mondiale, sa carrière a alors connu un tournant étonnant puisqu’il est devenu professeur à la Faculté Saint-Louis (nom à l’époque), soit l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles. Continuer la lecture de De Saint-Boniface à Saint-Louis : la carrière à rebondissements de Mgr. Aloïs Simon (1897-1964)

Le moyen âge vu par les politiques

L’histoire au service du monde politique

L’histoire ne dispose pas toujours des serviteurs qu’elle mériterait d’avoir. Les enfants de Clio n’hésitent pas à s’écharper à propos d’une date, d’un fait ou de l’interprétation à donner concernant un phénomène. Le problème avec l’histoire, c’est qu’il ne s’agit pas d’une profession protégée pour laquelle il est nécessaire de passer un examen d’entrée. Quiconque intéressé par l’histoire peut en faire sa passion, voire son activité professionnelle par la publication de livres pour le grand public. On tombe alors dans les débats qui ne cessent d’entourer la sortie de chaque nouvel opus d’un Lorànt Deutsch ou d’un Dominique Casali. On a régulièrement la confirmation que lorsque des universitaires prennent la parole pour défendre certains fondamentaux, ils sont généralement taxés de vouloir préserver l’omnipotence de la chaire de vérité académique.

Il existe toutefois d’autres personnes qui aiment mobiliser l’histoire. Ce sont les hommes et les femmes politiques. Il leur arrive même de prendre la défense d’un Lorànt Deutsch… Allez savoir pourquoi. Continuer la lecture de Le moyen âge vu par les politiques

Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (2/2) & Interviews de Nicolas Offenstadt et Eric Bousmar

Suite et fin de « l’enquête » autour du salon du livre d’histoire organisé à la fin du mois de novembre (19-20) à Bruxelles par le « Club de l’Histoire »…

Fidèle aux résolutions énoncées dans le billet de rentrée de ParenThèses (#bullshitiseverywhere), j’ai tâché de mettre en exergue dans le premier billet consacré au salon du livre d’histoire organisé par l’ASBL « Le Club de l’Histoire » les quelques éléments troublants, voire problématiques concernant cet événement. Si vous avez loupé le premier billet – ce que je n’ose imaginer – vous pouvez les lire ou le relire ici. Aujourd’hui, on reprend notre enquête sur le salon du livre d’histoire en donnant la parole à certains auteurs appelés à être présents les 19 et 20 novembre prochains…

Comme on pourra peut-être me reprocher d’avoir une vision totalement tronquée de la situation compte tenu de ma position face aux personnes incriminées dans le dernier billet, j’ai pensé qu’un deuxième billet était nécessaire pour s’interroger sur les relations entre les universitaires et ce que l’on nomme le grand public. J’ai naturellement réglé la focale sur le salon « Ecrire l’histoire » et ai contacté plusieurs chercheurs/professeurs qui seront à Bruxelles à la fin du mois. Par chance, certains ont accepté de répondre à mes questions (7 personnes contactées, 5 réponses reçues). J’ai fait court et me suis limité à 3 questions  : Continuer la lecture de Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (2/2) & Interviews de Nicolas Offenstadt et Eric Bousmar

Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (1/2)

Le jour où j’aurais dû rencontrer Lorànt Deutsch 

Ce billet aurait réellement pu s’intituler « Le jour où j’aurais dû rencontrer Lorànt Deutsch ». Tout a commencé le vendredi 7 octobre lorsque j’apprends (grand merci à Sophie !) que Stéphane Bern et Lorànt Deutsch seront les invités d’honneur d’un salon du livre d’histoire à Bruxelles (19-20 novembre). C’était cinq jours avant le billet paru sur le blog Aggiornamento concernant la venue de Lorànt Deutsch à Trappes… A la suite du tollé provoqué par ce billet et les réactions tous azimuts, je me suis dit que ça valait la peine d’investiguer sur ce salon du livre de l’histoire bruxellois qui invitait les deux porte-drapeaux de l’histoire de France. Le badbuzz autour de Trappes s’amplifiait et bientôt c’était au tour du supposé compte Twitter de Deutsch d’occuper le devant de la scène médiatique. L’enquête promettait d’être grandiose et excitante… il a fallu quelque peu déchanter. But more on that later. En découvrant la venue de Bern, Deutsch & co. à Bruxelles, j’ai aussi découvert le « Club de l’histoire » et son principal protagoniste. L’ensemble me paraissait un peu bancal, si bien que j’ai mené ma petite enquête. Voici les premiers résultats. Un second billet suivra vendredi… Continuer la lecture de Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (1/2)

Pour en finir avec la bureaucratie ?

[Veuillez lire attentivement ce formulaire de lecture de l’ouvrage de David Graeber intitulé Bureaucratie et publié en 2015 (titre original The utopia of the rules). Ce formulaire ne peut être jeté sur la voie publique. Un duplicata peut être envoyé par courrier postal sur simple demande (formulaire ad hoc à compléter). DRM et APC seront facturés en cas d’envoi par courrier électronique]

Attention, spoiler alert pour ce billet !

True Detective season 3 : The Shadow Bureaucracy
True Detective (season 3 ?): The Shadow Bureaucracy

[Veuillez prendre connaissance des prémices de ce formulaire]
« De nos jours, on ne parle plus guère de la bureaucratie ». Tcheu, tcheu, tcheu mon bon môsieur. NON ! Nous, on va en parler. Et pas qu’un peu. D’ailleurs, on doit cette phrase à David Graeber. Parler de la bureaucratie, ce serait donc has been, dépassé ? Circulez, il n’y a(urait) (plus) rien à (re)dire. Eh bien, non affirme Graeber. Il y a encore des choses à clamer. Assez en tout cas que pour publier un livre de 260 pages reprenant plusieurs essays sur la question ainsi qu’en bonus une réflexion sur The Dark Night Rises, le dernier Batman de Christopher Nolan, et les problèmes du pouvoir constituant qui émergent à partir film (Vous savez bien, la révolution de Bane, la condamnation des élites, le combat final devant la bourse de Wall Street, etc.) [PS : pour info, Graeber a trouvé le film atrocement mauvais et je suis plutôt d’accord]. Continuer la lecture de Pour en finir avec la bureaucratie ?

Retour d’expérience : organiser un colloque #EasyPeasy

Aaaah, l’été 2016 s’annonçait tranquille, calme et distrayant puisqu’isolé dans une cellule (i.e mon bureau) afin d’y rédiger l’oeuvre de ma vie une thèse en mode express. Toutefois, après l’année académique qui venait de s’écouler, j’ai songé à un petit billet du style « retour d’expérience » à propos de l’organisation de colloques. Soyons honnêtes. Ce n’est pas évident de savoir a priori ce qu’il faut faire ou ne pas faire quand on se lance dans la préparation d’un événement scientifique.

Mais à l’idée de faire un billet « retour d’expérience » s’y est jointe une autre, celle de ne pas rédiger un texte suivi mais de proposer des GIF. C’est l’été quoi, faut bien un peu se reposer aussi…  Voici donc un retour d’expérience autour de l’organisation d’un colloque et du vécu que cela implique en quelques petites madeleines… enfin des GIF. Et comme le GIF est à la mode, autant en profiter. Continuer la lecture de Retour d’expérience : organiser un colloque #EasyPeasy

In Blogs We Trust !

Cette semaine, on entame une série de deux billets proposant une réflexion sur les contextes de productions des publications scientifiques en SHS. Ces réflexions ne tombent pas du ciel mais s’expliquent par une série d’événements, débats, etc. ayant surgi ces dernières semaines…

« Dans le carnet de recherche, il y a une forme de liberté que nous n’avons pas dans les livres et dans les articles qui contribuent à l’avancement de la carrière universitaire » – Marin Dacos

Je m’étais promis de ne plus publier de billets qui n’étaient pas liés de près ou de loin à mon sujet de thèse pour la simple raison qu’étant occupé à la rédiger, je ne voulais pas voir mon esprit vagabonder au-delà de la période 1580-1610. J’avais prévu un billet aux petits oignons – bonne orthographe? – sur l’application de la législation au 16e siècle, le tout agrémenté d’illustrations tirées d’House of Cards. Bon. On repassera. Quoique. Frank Underwood peut être utile en toute circonstance… Certains événements et nouvelles récents m’ont presque logiquement conduit à réfléchir sur cette pratique enclenchée avec Quentin depuis un peu moins de deux années : le blogging scientifique. Nous avons toujours essayé de penser ParenThèses comme un moyen d’exprimer nos réflexions relatives à nos sujets de recherche et nos intérêts communs ou personnels. Comme le rappelait encore récemment Caroline Muller, via un blog « la communauté historienne, mais aussi un public bien plus large, peut ainsi suivre le développement de recherches de longue haleine et intégrer les questions posées à leurs propres travaux ». S’il est évident que le blogging scientifique est à la mode – Hypothèses a franchi le cap des 1500 carnets inscrit au catalogue Open Edition -, ce n’est pas pour autant qu’il faut multiplier les plaidoiries pro domo et aveugles à son sujet. Continuer la lecture de In Blogs We Trust !

Le Conseil d’Etat et la vacance du pouvoir dans les Pays-Bas espagnols (1595)

Le décès d’un souverain ou de son représentant dans un territoire dépendant de la Couronne pose de nombreux problèmes pratiques auxquels il convient d’apporter immédiatement des solutions. Le cas que je vais traiter dans ce billet entend apporter un éclairage à ce genre de situation délicate pour toute monarchie. Afin de rester fidèle à la même crèmerie, j’aborderais les Pays-Bas espagnols à la fin du 16e siècle. On ne change pas une équipe qui gagne…

Tout d’abord, quelques remarques préliminaires au cas où vous ne seriez pas (encore) familiarisés avec Philippe II d’Espagne (1527-1598), ses représentants dans les Pays-Bas espagnols – ces territoires que l’on avait coutume d’appeler les 17 Provinces depuis Charles Quint, mais qui ne furent 17 que très brièvement… – et les multiples péripéties de la fin du 16e siècle, qu’elles soient économiques, politiques ou sociales. Continuer la lecture de Le Conseil d’Etat et la vacance du pouvoir dans les Pays-Bas espagnols (1595)

Démocratie, élections, tirage au sort : le trio impossible ?

Ce n’est pas parce qu’on étudie les 15e, 16e ou 17e siècles qu’on ne peut pas, de temps en temps, aller lire des choses sur des périodes a priori aux antipodes les unes des autres : l’antiquité et le temps présent. Le chercheur est aussi un être humain ancré dans son époque et, à ce titre, est traversé par les tourments et les potentielles joies que celle-ci aura à lui offrir…

actie G1000_1_copyright Stefan Vanfleteren
© Stefan Vanfleteren

En octobre 2015, l’Université Saint-Louis – Bruxelles avait décidé d’octroyer le titre de docteur honoris causa à David Van Reybrouck en raison de son implication pour repenser la démocratie au 21e siècle. Ce sera mon point de départ en mode « le glamour académique c’est tendance ». Avant tout connu du grand public pour son essai Congo. Une histoire (prix Médicis de l’essai 2012), David Van Reybrouck est également à la base d’une réflexion sur la démocratie contemporaine et l’initiateur du G1000. Avec cette initiative, Van Reybrouck souhaitait ré-enchanter la politique belge en donnant la parole à des citoyens lambda et non des hommes politiques professionnels. En 2013, il a couché sur le papier son constat et ses idées pour remédier au problème de la démocratie du 21e siècle. Le résultat en fut l’ouvrage au titre volontairement provocateur Contre les élections. L’auteur y dresse un portrait au vitriol de la démocratie élective représentative ! Son livre est rythmé par quatre temps : les symptômes, les diagnostics, la pathogenèse et les remèdes. Continuer la lecture de Démocratie, élections, tirage au sort : le trio impossible ?

Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

Lecture de l’ouvrage : FEDERINOV Bertrand, DOCQUIER Gilles et CAUCHIES Jean-Marie (dir.), A l’aune de Nos Gloires. Édifier, narrer et embellir par l’image. Actes du colloque tenu au Musée royal de Mariemont les 9 et 10 novembre 2012, Morlanwelz-Bruxelles, Musée royal de Mariemont-Presses de l’Université Saint-Louis – Bruxelles, 2015 (Monographies du Musée royal de Mariemont 20 ; Cahiers du CRHiDI hors-série).

Couverture "A l'aune de Nos Gloires"
Couverture « A l’aune de Nos Gloires »

Apprendre l’histoire après avoir fait ses courses

Qui n’a jamais rêvé de maîtriser l’histoire de son pays sur le bout des doigts ? Qui n’a jamais aspiré, en Belgique, à s’imaginer en Godefroid de Bouillon, en Philippe le Bon ou en Charles Quint ? Il est des icônes historiques dont l’existence a tellement été magnifiée voire même mythifiée, que l’imaginaire collectif en est pétri jusqu’à plus soif. Nos Gloires font ainsi partie de ces publications qui ont contribué au façonnement d’une vision historique singulière du roman national belge. Publiés entre 1949 et 1960, les volumes Nos Gloires ne sont pas une entreprise éditoriale comme les autres. Constituées de six volumes totalisant plus de 500 images, Nos Gloires étaient prioritairement orientées vers un public jeune et adolescent qui devait collectionner les points sur les paquets de produits de consommation afin de les échanger contre des images. Ces images numérotées devaient ensuite être placées dans les albums ad hoc. Chaque image disposait de sa notice explicative permettant de comprendre brièvement l’événement ou le personnage historique représentés. Nos Gloires représentent une aventure éditoriale particulière, et à ce titre il semblait pertinent de s’attarder quelques instants sur la vision historique distillée à la jeunesse belge durant l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale. Ce billet s’imposait d’ailleurs presque de lui-même dans la mesure où les actes d’un colloque co-organisé par l’Université Saint-Louis – Bruxelles et le Musée Royal de Mariemont en 2012 sont parus il y a à peine quelques mois. Si tout historien doit être quelque peu enclin à analyser le contexte de production dans lequel il évolue, il est également bon qu’il se tourne vers ceux qui l’ont précédé et qui peuvent (éventuellement) influencer sa pratique. Ce billet n’a donc d’autre prétention que de rendre compte des résultats issus du colloque organisé à Mariemont il y a maintenant trois ans tout en se focalisant sur les périodes médiévale et moderne. On ne va tout de même pas tourner casaque pour l’histoire antique ou contemporaine… Continuer la lecture de Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

Les modes alitées du langage historien

Parce que les modalités du langage historien s’apparentent parfois à des modes alitées, il faut parfois se mettre au chevet de celles-ci…

Du régime d’écriture en histoire

On a abordé à plusieurs reprises sur ParenThèses des sujets liés au travail d’écriture dans cet univers impitoyable qu’est le monde académique, parfois plus particulièrement en histoire et on a même poussé le vice à traiter de l’humour dans les publications scientifiques. Il était dès lors indispensable de s’arrêter un instant pour discuter de l’ouvrage « L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales » (Paris, Seuil, 2014) publié par Ivan Jablonka. J’avais d’ailleurs promis, en février dernier, un billet sur cet ouvrage en précisant que j’espérais le publier dans un « délai raisonnable ». Bon, ben, voilà quoi… Avant d’entamer une discussion sur l’ouvrage d’Ivan Jablonka, il me faut toutefois aborder celui qui lui a valu le prix du livre d’histoire du Sénat en 2012. So, to history and beyond ! Continuer la lecture de Les modes alitées du langage historien