Tous les articles par Nicolas Simon

Le pouvoir de la dette

Mais quel été ! Quel été, mes amis ! J’avais à peine eu le temps de mettre de l’ordre dans mes dossiers étiquetés « Articles de thèse que je ne lirai jamais », j’étais encore en train de suffoquer comme un beau diable en raison de la canicule arrivée fin juin du Sahara, je me préparais gentiment à dresser la liste du planning de travail estival, bref j’étais bien tranquille dans mon coin quand l’UE a décidé de rejouer sa propre version de Rencontre du troisième type avec le Grexit. Cet ectoplasme politico-économico-monétaire était un peu comme l’invité d’une soirée où on espère qu’il ne viendra pas. C’est au moment où on se dit que la soirée va bien se passer… que ledit invité sonne à la porte. Continuer la lecture de Le pouvoir de la dette

Première Guerre mondiale & cinéma : quelques réflexions

Conclure une année académique

Cette année académique 2014-2015 a vu l’Université Saint-Louis – Bruxelles mettre au point une semaine dédiée au centenaire de la Grande Guerre. Intitulée « 14-18, les arts de la mémoire », cette semaine fut l’occasion d’organiser une conférence de l’historien français Nicolas Offenstadt – Quentin et moi-même en avions fait un compte-rendu sur le carnet – ou d’inviter une troupe de théâtre. Ce fut aussi l’occasion d’organiser un ciné-club sur le temps de midi afin d’y diffuser des œuvres cinématographiques traitant de la Première Guerre mondiale. Profitant de cette occasion, je me suis permis d’aborder avec certains étudiants de première année en histoire la Grande Guerre au cinéma. Le but était simple : analyser un film – différent évidemment de ceux projetés durant la semaine 14-18 – pour ensuite produire un texte court en vue de préparer le travail final de fin d’année. Il fut également convenu que les textes courts d’analyse seraient publiés sur ParenThèses… Nous y voici donc. Il y aura donc trois billets publiés cette semaine sur le carnet issus d’étudiants en histoire à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Le mardi 16 juin, Martin De Bie proposera une analyse du film à l’Ouest rien de nouveau, le mercredi 17 sera consacré au film Les Croix de Bois via une contribution de Tatiana Gomes et, finalement, le jeudi 18 juin sera publiée la contribution de Margot Colin sur Les fragments d’Antonin.

Avant d’offrir à la lecture ces trois billets, il me semblait important de proposer un billet d’introduction pour poser quelque peu les bases de la discussion et de la recherche. Dans un premier temps, je reprendrai très rapidement des considérations générales sur les rapports entre histoire et cinéma. Dans une seconde section, je proposerai quelques analyses succinctes d’œuvres consacrées à la Grande Guerre et principalement issues de la production cinématographique française. Il n’y a donc aucune prétention à l’exhaustivité de ma part dans ce billet. Continuer la lecture de Première Guerre mondiale & cinéma : quelques réflexions

Le sommeil de la Raison engendre des monstres

03_le_sommeil_de_la_raisonCette semaine sur ParenThèses, le billet n’a pas un titre tiré de derrière les fagots ne faisant pas sens immédiatement. Cette semaine le billet traitera des Lumières, de la raison critique et pour ce faire la référence à un tableau de Goya paraissait s’imposer. Le sommeil de la Raison engendre des monstres prend place dans la série peinte par Goya entre 1797 et 1798 sur les Caprices. Comme on le sait, Goya peindra quelques années plus tard son plus fameux tableau, Tres de Mayo (1814), critiquant l’invasion française qui avait eu lieu en Espagne quelques années auparavant. Proposer un article sur les Lumières n’est a priori pas ce que l’on attend retrouver sur ParenThèses, mais le climat parfois tendu depuis quelques mois autour de leur héritage ou de leur pertinence (retrouver l’esprit des Lumières ?!) m’a poussé à rédiger ce billet. Il s’agit avant tout du compte-rendu d’une conférence prononcée par Hervé Hasquin, historien spécialiste du 18e siècle et Secrétaire Perpétuel de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, qui s’intitulait « Pourquoi tant d’acharnement contre les Lumières ? ». Nous étions le 3 décembre 2014. Continuer la lecture de Le sommeil de la Raison engendre des monstres

La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

Nul n’y a échappé le week-end dernier, l’opération « Royal Baby vol. 2 » a parfaitement fonctionné : badauds, journalistes, chaînes d’info en continu, sites internet de quotidiens, twittosphère, etc. étaient en ébullition. À moins d’avoir vécu en ermite durant les dernières 72 heures, vous n’avez pas pu passer à côté de la naissance du second enfant du duc et de la duchesse de Cambridge. Outre le côté kitchissime et typiquement anglais de certaines manifestations, la naissance de la sœur du prince George aura en tout cas permis de parler des modalités de succession au trône en Grande-Bretagne. En clair, la monarchie britannique a modifié son système de succession en le dépoussiérant de plus de trois siècles de tradition. Le nouvel enfant du coupe princier1 sera considéré dans l’ordre de succession au trône à la suite de son grand-père (prince Charles), de son père (prince William) et de son frère (prince George). Pour faire simple, c’est le principe de primogéniture avec privilège de masculinité qui vole en partie en éclat avec la naissance de la nouvelle princesse et à la suite des modifications votées par le Parlement de Londres en 2011. Les médias anglais s’interrogent déjà sur la relation qu’auront George et sa sœur, respectivement troisième et quatrième dans l’ordre de succession au trône. La BBC, avec un humour so british, a d’ailleurs titré the heir and the spare… A bowling for my Kingdom ? Continuer la lecture de La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

  1. A l’heure d’écrire ces lignes, le nom de la nouvelle princesse n’a pas encore été communiqué officiellement. []

Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

On n’épuise pas un texte en l’analysant une fois. Il faut le prendre et reprendre. À chaque lecture, on y découvre du neuf. Pour la simple raison qu’il contient toujours des données de tout genre. Quand on l’aborde une première fois, on est préoccupé par tel problème et on y trouve ce qui répond à celui-ci. Lorsqu’on y revient, on a en tête d’autres points de son questionnaire et on y voit d’autres éléments. À ce stade comme à toutes les étapes du travail, la patience est cardinale.

Génicot L., Simples observations sur la façon d’écrire l’histoire, Louvain-la-Neuve, 1980, p. 58.

Des réflexions de mauvais aloi

Le problème quand on est en thèse, c’est que vous avez l’impression que c’est votre sujet de recherche qui vous poursuit plutôt que l’inverse. Ainsi, même en lisant votre gazette en étant installé confortablement au coin du feu avec vos charentaises aux pieds, la réalité pourra toujours vous rattraper. Il y a une semaine j’ai vécu pareille situation –les charentaises en moins– quand je suis tombé sur un article publié par Le Vif/L’Express. L’article, rédigé par un Juge de paix honoraire, relatait le pari osé d’un avocat français ayant fait valoir l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) dans une affaire d’excès de vitesse. Les plus intéressés d’entre vous pourront lire l’article si ça les amuse. Ce qui a retenu mon attention et -osons le dire- a gâché la lecture du restant de l’article est cette incise située dans le premier paragraphe : à l’époque, c’était vraiment le roi qui décidait, et pas l’un ou l’autre ministre. Autant dire qu’on a affaire à une « alerte au cliché » de niveau DEFCON 1 ! Je peux toutefois comprendre cette logique sous-jacente qui a tellement bien été résumée dans un épisode d’How I Met Your Mother (S01E04, The Return of the Shirt) : A cliché is a cliché for a reason. It’s comforting. Continuer la lecture de Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

Cet obscur objet du désir académique : la note en bas de page

Lecture de Anthony Grafton, Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, traduction de l’anglais (américain) par Pierre-Antoine Fabre, Paris, Le Seuil, 1998.

L’habitus académique de Mr. Jourdain ?

Quand je replonge dans ma mémoire d’étudiant frais émoulu débarquant en première année à l’université, je me souviens avoir eu un peu de mal à maîtriser immédiatement le système de référencement infrapaginal qu’on nous avait demandé de suivre pour les travaux. Mais progressivement on apprend et on se sent grandir intellectuellement. Et l’aspirant historien de devenir alors un petit Mr. Jourdain : mais que je deviens savant… Comment ai-je pu vivre si longtemps en ignorant la note infrapaginale… Ah mes parents que je vous veux du mal de ne point m’en voir instruit! Quentin vous parlerait assurément d’embouffonement estudiantin et en langage globish moderne ça donnerait un truc du genre the jesterization of college’s freshmen through the footnotes’ madness. Bref, de quoi donner des cheveux gris aux professeurs/assistants et aux étudiants.

Aujourd’hui, passé de « l’autre côté » du miroir académique, force est de constater que ce qui était vrai pour moi, l’est toujours pour les étudiants actuels (ô chers étudiants qui, par hasard me lisez, ne soyez pas craintifs, je vous en conjure). Je n’irai pas jusqu’à dire que les travaux qui me sont remis sans apparat critique portent les traces de violences physiques après corrections, mais cela interpelle et force à s’interroger sur la pertinence même de cet obscur objet qu’est la note en bas de page. Loin d’être un simple accessoire de mode pour l’historien patenté, la note en bas de page a une réelle pertinence. Et il serait naïf de croire que la note est apparue ex nihilo juste pour embêter les étudiants. Il y a de cela presque vingt ans – 1997 pour la version originale et 1998 pour la traduction française –, l’historien américain Anthony Grafton s’est « amusé » à écrire une histoire de la note en bas de page via son ouvrage Les origines tragiques de l’érudition. Continuer la lecture de Cet obscur objet du désir académique : la note en bas de page

Democracy in action, Mr. Bell ! Quand The Wire nous parle du poids des institutions (5/5)

Ça y est, un cycle se clos, un point final se pose, une porte se ferme, etc., etc. Que nenni ! Non, ce dernier billet sur The Wire et ce que la série veut nous dire à propos des institutions n’est pas un prétexte pour affirmer que cette série de billets contenait l’alpha et l’oméga. Une quantité réellement astronomique d’éléments ont du être mis sur le côté…en commençant par trois saisons de la série elle-même. D’autres articles suivront sur Borgen et House of Cards bien sûr. Mais en attendant, ce cinquième billet sur The Wire rend compte du rapport entre le citoyen et la monde politique : incompréhension, abattement, découragement, etc. Autant de qualificatifs qui paraissaient être de mise quand les créateurs de The Wire songèrent au message qu’ils voulaient transmettre.

Reprenons – pour la dernière fois – si vous le voulez bien. (Et comme à chaque fois : que ceux qui débarquent sans avoir lu les précédents billets, que ce soit le premier, deuxième, troisième ou quatrième, je leur conseille de prendre quelques minutes avant de s’aventurer plus loin) Continuer la lecture de Democracy in action, Mr. Bell ! Quand The Wire nous parle du poids des institutions (5/5)

Nigga, is you taking notes on a criminal fucking conspiracy ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (4/5)

Aujourd’hui c’est l’avant-dernier billet consacré à la série The Wire et le poids des institutions. Alors si toi, oui toi là-bas, lecteur patenté, tu ne sais pas de quoi on cause dans ce billet, je t’invite à cliquer ici. Tu auras un peu de lecture, mais tu comprendras que c’est pour ton bien.

Pour les autres, reprenons.

S’il est évident que l’institution policière est attaquée de tous les côtés par les concepteurs de la série, cela ne veut pas dire pour autant que ce soit la seule institution – au sens d’organismes formels et objectivés – envisagée par The Wire. Ce que j’ai toutefois trouvé quelque peu dommage au cours des lectures préparatoires à ces billets sur The Wire, c’est cette propension à se focaliser sur la seule police. Ce serait peut-être un des seuls reproches que je ferais concernant l’ouvrage collectif The Wire. L’Amérique sur écoute (La Découverte) paru en 2014. Au sein de la seconde partie de l’ouvrage, consacrée à la vision que propose la série des institutions, aucune contribution n’envisage de sortir du cadre institutionnel policier ou alors de façon (très) prudente. J’avoue avoir été un tout petit peu surpris au regard de la saison 3, par exemple. Ladite saison dont le maître mot, pour mémoire, est « réforme » donne l’occasion de séquences extrêmement pertinentes et réfléchies concernant le monde des truands. Drôles et piquantes, ces séquences visant à montrer les changements qui s’opèrent sous l’impulsion de Stringer Bell sont à la fois paradigmatiques de l’ensemble des actes posés par le même Stringer au cours de cette saison (apparaître comme un businessman avant tout) tout en étant caricaturales à maints égards.

Continuer la lecture de Nigga, is you taking notes on a criminal fucking conspiracy ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (4/5)

On the mental count of ten, you will be in Doctorat ! ParenThèses en fêtes (1/2)

Sur ParenThèses on fête Noël et la Saint-Sylvestre comme tout le monde. Vraiment ? Non, pas tout à fait… Un cadeau nous est offert  chaque année : la condition de doctorant en histoire du droit et des institutions. Que les gestionnaires d’Hypothèses se rassurent, dès lundi prochain les billets sérieux et réfléchis feront de nouveau leur apparition sur ce carnet de recherches. En attendant nous avons souhaité profiter du passage à l’an 2015 pour vous faire partager ces deux historiettes à la volette… La magie des fêtes est aussi sur ParenThèses.

Tu vas maintenant écouter ma voix [note du narrateur : le lecteur est en tout cas invité à faire comme si]. Elle va t’aider et t’emmener toujours plus loin dans la rédaction de ton… doctorat. Continuer la lecture de On the mental count of ten, you will be in Doctorat ! ParenThèses en fêtes (1/2)

Academics ?! What, they gonn’ study your study ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (3/5)

Ô toi, chercheur en SHS, qui passe par ce carnet de recherches, ne crois pas que je veuille remettre en cause, avec ce titre de billet, le monde académique ou te faire croire qu’il sera question des big data, MOOC et autres digital-studies-humanities-dont-on-ne-sait-plus-très-bien-ce-que-ça-veut-dire (Et toi, lecteur occasionnel ou régulier qui ne connaît rien des déboires du monde académique, bénis sois-tu).

La situation est, en réalité bien, plus prosaïque… Comme je l’avais annoncé dans le second billet consacré à The Wire et les institutions, le (futur ex-)major Colvin est un personnage sur lequel il faut s’arrêter encore quelques instants. On doit ainsi constater que sa reconversion en tant qu’éducateur-assistant pour un programme de recherche universitaire dans une école publique (saison 4) se solde également par un échec1.

Continuer la lecture de Academics ?! What, they gonn’ study your study ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (3/5)

  1. Toujours cette logique que les réformes, les volontés de changement, etc., restent problématiques et n’aboutissent pour ainsi dire jamais. []

Preventing crime by relying on computer-generated data… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (2/5)

Continuant dans la lignée du premier billet sur les institutions dans The Wire, je tâcherai cette fois d’aborder le monde de la Loi, en clair la police. Omniprésente au long des cinq saisons, la police est une institution à laquelle les créateurs de la série ont accordé énormément d’attention.

La force de contrainte des institutions est telle que D. Simon, le showrunner de la série, a lui-même indiqué que The Wire relevait autant d’une tragédie grecque que d’une série policière… avec un net avantage pour la tragédie d’ailleurs. Une séquence en particulier (souvent citée lorsqu’on aborde The Wire) donnerait même du crédit à cette vision du monde. Continuer la lecture de Preventing crime by relying on computer-generated data… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (2/5)

Soft link break the chain… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (1/5)

Avec ce billet j’entame réellement ma plongée dans l’analyse du poids des institutions dans The Wire. J’ai surtout voulu mettre en évidence, dans ce billet, l’une des composantes de la saison 1 : l’approche croisée entre le monde de la police et celui des trafiquants. Si l’étude des institutions paraîtra peut-être périphérique, il me semble que la séquence analysée est pourtant représentative d’un des messages de la série : la manière dont fonctionnent la police et les trafiquants est, en grande partie, identique. Ces deux institutions seraient ainsi quasi semblables quant à leur manière de procéder. Ceci est d’ailleurs mis en avant au moyen d’une esthétique symétriquement inversée. Mais ne vous inquiétez pas. Je n’ai simplement pas voulu brusquer les choses. Au fur et à mesure que les billets seront publiés, l’avancée dans le monde des institutions se fera toujours plus évidente. Continuer la lecture de Soft link break the chain… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (1/5)

Quand The Wire était contée… Attention à ne pas mélanger les fils

Oui, oui, je sais. Étudier les séries télévisées, c’est pas sérieux. Il faut garder les yeux rivés sur les ordonnances des 16e et 17e siècles, se tuer les yeux à déchiffrer l’écriture « pattes de mouche » d’un obscur secrétaire et connaître le nom de toutes les personnes travaillant à l’accueil des Archives générales du Royaume. Bon, ça c’est la théorie (vous savez, les choses qu’on raconte à son directeur de thèse pour faire croire qu’on bosse sur des trucs sérieux)… après on se cogne à la réalité et c’est (parfois) autrement plus sexy. Continuer la lecture de Quand The Wire était contée… Attention à ne pas mélanger les fils

Il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris…Réflexions post workshop

Personne n’aime le gris. Pensez-vous, c’est triste comme couleur ! La couleur des croque-morts, oui. Mais pas celle des historiens. Vraiment ?! Non ! Une poignée d’irréductibles a tenté et tente plus que jamais de mettre en avant le gris comme label pour étudier les instruments de travail administratifs dans l’espace méditerranéen entre le 12e et le 17e siècle. Les trois piliers de cette entreprise qu’est le projet « écritures grises » sont Clémence Revest (CNRS-Centre Roland Mousnier), Arnaud Fossier (Université de Dijon) et Johann Petitjean (Université de Poitiers). Ils avaient organisé un premier atelier/workshop en septembre 2013 afin de baliser et d’interroger l’expression qu’ils entendaient promouvoir – celle d’écritures grises – afin de voir si elle pouvait devenir une catégorie d’analyse documentaire pertinente . Continuer la lecture de Il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris…Réflexions post workshop

Vous parlez l’académique ? Dans ce cas, nous n’avons plus rien à nous dire !

Autant ne pas y aller par quatre chemins : j’ai parfois quelques problèmes avec l’art contemporain. Voilà, c’est dit. Je le confesse. Il y a de la friture sur la ligne. On n’est pas loin de la rupture de réseau. Il s’agit presque d’un cercle vicieux : ayant parfois du mal à comprendre les postulats de départ, je ne suis guère enclin à essayer d’appréhender un univers intellectuel qui me paraît parfois impénétrable. Je n’ai toutefois guère la prétention de suivre ici les pas de Luc « Torquémada » Ferry. Que le lecteur se rassure. Au cours de l’été dernier, j’ai pourtant eu l’occasion de feuilleter le programme du Festival international de danse se déroulant aux Brigittines (le Centre d’Art Contemporain du Mouvement de la Ville de Bruxelles). Précisons simplement que le monde de la danse belge compte une chorégraphe célèbre en la personne d’Anne Teresa de Keersmaker… que Beyoncé aurait d’ailleurs plagié. Avec Lady Gaga sévissant ces jours-ci sur la Grand-Place de Bruxelles, on dirait que la Belgique attire le beau linge… Bref, je m’égare. Mes connaissances sont donc lacunaires. Pour autant, la lecture du programme du festival des Brigittines, mentionné ci-dessus, m’a laissé, comment dire… pensif. Puis, après avoir repris mes esprits, je me suis demandé si ce n’était pas le même problème avec le langage scientifique/académique.

  Continuer la lecture de Vous parlez l’académique ? Dans ce cas, nous n’avons plus rien à nous dire !