Tous les articles par Simon Verreycken

Articles coécrits par Nicolas Simon et Quentin Verreycken

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les périodes bourguignonne et habsbourgeoise (5/5)

Toutes les bonnes choses ont une fin… sauf les nœuds papillons de Jean-Marie Cauchies, qui en ont deux ! Pour conclure cet entretien en cinq partie, nous évoquerons avec l’interviewé son regard sur sa période historique de prédilection, les Pays-Bas bourguignons et habsbourgeois des 15e et 16e siècles. À cheval sur la fin du Moyen Âge et le début des Temps Modernes, Jean-Marie Cauchies n’aura de cesse, par ses nombreuses publications, d’étudier les continuités et les changements dans la législation et les institutions d’un ensemble de principautés réunies en tant qu’union personnelle par deux dynasties successives, les Valois-Bourgogne puis les Habsbourg. État(s) moderne(s) ? Peut-être. Mais en création perpétuelle, fruit des multiples interactions entre gouvernants et gouvernés. Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les périodes bourguignonne et habsbourgeoise (5/5)

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les institutions (4/5)

Avec la législation, l’autre grand dada de Jean-Marie Cauchies est sans conteste l’histoire des institutions. En 1992, celui-ci fondait, avec Gilbert Hanard (professeur émérite de droit romain de l’Université Saint-Louis – Bruxelles), le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI) à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (alors Facultés universitaires Saint-Louis), qu’il codirigea jusqu’en 2012. Ainsi, Jean-Marie Cauchies contribua-t-il à fédérer, dans son Alma Mater, mais également à l’extérieur, un champ de recherche en plein renouvellement. Très loin de concevoir l’histoire des institutions comme l’analyse de structures figées et désincarnées, le professeur n’a au contraire eu de cesse, à l’instar de l’ogre historien de Marc Bloch[1], traquer la chair humaine à l’œuvre dans les administrations.

Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les institutions (4/5)

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : la législation (3/5)

Jean-Marie Cauchies is back ! Ou du moins le compte rendu de notre entretien avec lui… Après avoir poser les bases de son parcours et être remonté jusqu’aux « origines » de l’homme, place aujourd’hui à un autre pan majeur de la vie de Jean-Marie Cauchies : la législation.

Pour résumer succinctement, on peut affirmer sans problème que la législation, c’est le PROJEEEET de Jean-Marie Cauchies. Sans recourir à une quelconque poudre de perlimpinpin, notre jubilaire a contribué et contribue encore à dévoiler les pleins et les déliés du fait législatif pour la fin du moyen âge et le début des temps modernes. Outre une thèse de doctorat consacrée à la législation des ducs de Bourgogne des premiers Habsbourg dans le comté de Hainaut (1427-1506) – elle fut publiée aux Presses de l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles -, Jean-Marie Cauchies est l’auteur d’un nombre phénoménal d’articles consacré à ce phénomène.

Comme on va le découvrir dans cette partie de notre entretien, étudier le « fait législatif » ne signifie en rien se limiter à analyser le contenu des textes pour eux-mêmes. Il s’agit toujours de replacer la prise de décision dans son contexte d’élaboration afin de déceler les jeux d’influence, les inflexions prises ou encore les inspirations puisées çà et là dans le droit coutumier, par exemple. On est très loin d’une histoire du droit et des institutions désincarnée. Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : la législation (3/5)

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : le parcours (2/5)

Après une première partie d’interview consacrée à « Jean-Marie Cauchies : les origines de l’historien », voici maintenant la seconde, que l’on aurait pu tout aussi bien intituler, dans une veine très hollywoodienne : « John-Mary Roadways : Rise of the Researcher ». Il faut dire que l’interviewé a derrière lui près de quarante années d’enseignement et de recherche à l’Université Saint-Louis – Bruxelles et l’Université catholique de Louvain, où ses cours d’Histoire de Belgique (célèbres pour la rigueur de leur plan en trois parties composées de trois sections chacune divisée en trois chapitres de trois points !) ont marqué des générations d’étudiants. À la Faculté de philosophie et lettres de Saint-Louis, il a présidé par deux fois la section histoire (1985-1989, 1999-2001) et a été doyen de cette même Faculté de 1990 à 1996. Jean-Marie Cauchies s’est également illustré par son engagement dans différentes sociétés d’histoire locale. De 1973 à 2013, il fut en outre secrétaire général du Centre européen d’études bourguignonnes (CEEB) dont il dirigea une trentaine de volumes de publications. En 2002, il fut élu à l’Académie royale de Belgique, d’abord comme correspondant puis comme membre titulaire (2004) de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques. Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : le parcours (2/5)

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les origines (1/5)

Cette année académique 2016-2017 est assurément une des plus animées qu’ait connue la communauté universitaire de l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Entre négociations de fusion avec l’Université catholique de Louvain et multiples soutenances de thèses, l’agenda était des plus chargés. Au milieu de cette activité débordante et souvent très prenante, une autre nouvelle a marqué l’Université et notamment le département d’histoire : après 40 ans de bons et loyaux services, le professeur Jean-Marie Cauchies prend sa retraite.

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas (encore) Jean-Marie Cauchies, voici une bio méga express afin de (re)mettre les pendules à l’heure.

Façade de l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles (© Nicolas Simon)

Jean-Marie Cauchies, c’est un historien du droit et des institutions. Spécialiste de la législation et de la période bourguignonne, il a connu un parcours professionnel des plus singuliers. Docteur en histoire en 1977, il entre directement à Saint-Louis pour gravir successivement les échelons passant de suppléant (1977) à professeur ordinaire (1992). En 2012, il avait décidé de prendre un peu d’avance en devenant professeur émérite invité à l’âge de 60.  Cinq plus tard, le voilà rattrapé par la limite d’âge et obligé de faire ses adieux en donnant, une dernière fois, son cours fétiche : « Histoire de Belgique » (un lundi, 3h d’affilée de 9h à 12h !!!). En novembre dernier, le jour de son anniversaire, il était déjà fêté à l’Université Saint-Louis en présence de nombreux collègues et amis. Au cours de cette séance lui ont été remis deux des trois volumes de Mélanges préparés en son honneur. Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les origines (1/5)

Droit au but : Bram De Ridder

Le dernier portrait de chercheur sur ParenThèses remontait à février 2016… Depuis lors, énormément de choses se sont passées. Non seulement pour nous, mais aussi pour celui qui a accepté de se prêter au jeu de l’interview dans ce nouvel épisode de « Droit au but ». 

Aujourd’hui nous vous invitons à partir à la rencontre de Bram De Ridder. Bram est docteur en histoire depuis quelques mois. En novembre 2016, il soutenait sa thèse à la KULeuven et deux jours plus tard, il donnait déjà une communication à un colloque qu’organisait sa directrice de thèse, Violet Soen ! Auteur d’une thèse sur la formation de la frontière entre les Pays-Bas espagnols (catholiques) et les Provinces-Unies (calvinistes) durant la première moitié du 17e siècle, Bram est un des tenants de la transregional history. Il précise d’ailleurs, au cours de cet interview, ce que cette approche signifie.

Bram est jusqu’à la fin de l’été 2017 aux Etats-Unis pour un séjour de recherche à Harvard. Il y travaille sous la conduite de Tamar Herzog (membre du jury de thèse de Bram), bien connue pour ses travaux relatifs à l’Amérique latine au cours de la période moderne. En pleine présidence Trump où la question des frontières a occupé une place centrale durant la campagne présidentielle, Bram vit assurément une expérience particulière… Continuer la lecture de Droit au but : Bram De Ridder

Être historien(ne) à l’ère de l’infotainment

Hello les ami.e.s ! Vous croyiez que nous étions morts ?! Désolé de vous décevoir.

On ne va pas vous faire l’affront de vous sortir un une phrase bateau du genre « ParenThèses a mis ses activités entre parenthèses » ; vous êtes trop bons pour ça. Bon, on vient de le faire, mais ce n’est pas grave. On était juste super busy (à prononcer soupère bizzzzi), en mode Anna-Wintour-pendant-une-Fashion-week, avec colloques et aussi un peu la thèse et puis la thèse et encore la thèse. Heureusement, les étudiants étaient là pour assurer l’intérim sur le blog ! But donut worry for us, on a encore faim de nouveaux billets ! (Vous voyez, on fait même des jeux de mots en english maintenant).

Brrrrrref.

Pour ce billet de rentrée, on voulait une thématique qui claque et bien dans l’actualité. On n’a finalement rien trouvé de mieux que de vous faire part des réflexions que nous avons eu l’occasion de proposer au cours de la journée d’étude organisée le 7 octobre dernier par le Réseau des médiévistes belges de langue française et Ménestrel dont la thématique était  « Le Moyen Âge dans les (nouveaux) médias : quelle place pour les médiévistes ? ». Tu la sens venir, la référence à Assassin’s Creed ou aux vulgarisateurs du Youtube game ?! Bon, comme l’un de nous deux a eu la mauvaise idée de ne pas devenir médiéviste mais plutôt moderniste (c’est triste, hein ?), on ne se limitera pas ici qu’à la question du rôle des spécialistes de la période médiévale. Idem, il ne s’agira pas de parler uniquement des historiens : historiens de l’art, archéologues, linguistes et autres littéraires travaillant sur le passé ont également un rôle à jouer. Continuer la lecture de Être historien(ne) à l’ère de l’infotainment

Un regard historique sur l’expertise. Le cas de la collaboration entre la Commission des Réparations et l’Institut de Sociologie Solvay (1920-1922)

Billet écrit par Marie Linos sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

En mars 1920, la Commission des Réparations fait appel à l’expertise de l’Institut de Sociologie Solvay pour imaginer l’organisation d’un Service d’Information. Ce sera le début d’une collaboration entre les deux organismes qui va durer deux ans. Comment l’analyser au regard des notions qui sous-tendent le concept de l’« expertise » ?

L’étude de l’expertise représente un angle d’approche intéressant à bien des égards pour appréhender l’Histoire des administrations. Selon Michel Foucault, la systématisation de l’expertise est au cœur l’Etat moderne, ce qui est d’ailleurs bien traduit par le concept de « gouvernementalité » qui insiste sur la construction d’une rationalité politique fondée sur des instruments spécifiques et un ensemble de savoirs. Plusieurs concepts sous-tendent la notion d’expertise : la compétence (l’expert est désigné comme tel car on lui reconnaît une compétence), la demande sociale (l’expert est mandaté, son expertise doit se comprendre dans le cadre d’un contexte spécifique), la médiation (le rôle de l’expert est de former des compromis entre plusieurs acteurs) et la dépolitisation (l’appel à l’expertise représente une forme de « technicisation » des questions politiques).

Continuer la lecture de Un regard historique sur l’expertise. Le cas de la collaboration entre la Commission des Réparations et l’Institut de Sociologie Solvay (1920-1922)

Un héritage allemand. Les nouveaux impôts de l’administration des Finances en Belgique (1914-1918)

Billet écrit par Simon Watteyne sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

Le 29 octobre 1919, en retard par rapport aux autres nations occidentales, la Belgique adopte enfin l’impôt sur le revenu. En effet, la Belgique a la particularité de ne pas connaître de réforme fiscale avant la Grande Guerre et son retard s’explique facilement : l’occupation allemande. Bien que les débats au Parlement entourant les projets fiscaux du Gouvernement ont lieu dès le mois d’août 1913, la Première Guerre mondiale met le processus en suspens et il faut attendre la fin du conflit pour voir la mise en place de l’impôt sur le revenu, alors que le Gouvernement doit faire face à de sérieuses nécessités budgétaires pour la restauration du pays.

Mais si l’introduction de l’impôt cédulaire et global sur le revenu n’a lieu que le 29 octobre 1919, peut-on avancer les hypothèses que la Belgique a déjà basculé dans un nouveau régime d’imposition intégrant des notions de la fiscalité moderne au cours de la Première Guerre mondiale et que l’administration des Finances connaît finalement une réelle continuité de son fonctionnement malgré l’occupation ?

Continuer la lecture de Un héritage allemand. Les nouveaux impôts de l’administration des Finances en Belgique (1914-1918)

L’administration communale et l’urbanisation du territoire : initiatives et limites

Billet écrit par Alix Sacré sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

Vers 1850, Bruxelles est en pleine expansion. Entre autres facteurs, la hausse démographique et la suppression des anciens remparts favorisent le développement de la capitale mais surtout celui de ses faubourgs. En effet, ceux-ci attirent d’avantage que le Pentagone, d’abord parce que, au contraire de celui-ci, ils ne sont pas soumis à l’octroi (une taxe sur certaines denrées), ensuite parce que les terrains y sont moins onéreux, et enfin parce que les conditions de vie y sont plus saines que dans le centre-ville. La population de ces faubourgs croit donc de manière exponentielle : entre 1830 et 1850, Saint-Josse-ten-Noode passe par exemple de 3 077 à près de 15 000 âmes. Face à une telle augmentation de la population et donc à une expansion de l’habitat urbain sur la campagne (vers 1850, la majeure partie de Saint-Josse-ten-Noode est encore rurale), il convient de se demander qui furent les acteurs de ce développement et quels furent les règlements mis en place pour cadrer celui-ci.

Continuer la lecture de L’administration communale et l’urbanisation du territoire : initiatives et limites

La définition de l’identité par l’État, un moyen d’assimilation et de dissolution d’une minorité dans la masse : le cas de la Loi sur les Indiens de 1876 au Canada

Billet écrit par Marion Van Boeckel sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

Dès les premiers instants de l’entreprise coloniale au Canada et aux États-Unis, la gestion des populations autochtones vivant sur les territoires nouvellement acquis et la définition de leur identité ont constitué un défi majeur pour les puissances colonisatrices. Au Canada, pendant des décennies, chacune des populations autochtones avait été soumise à des traités individuels et des législations locales différentes qui avaient montrés des résultats variés. En 1876, le gouvernement canadien décida d’imposer une loi forte et s’appliquant uniformément à chaque individu autochtone, sans d’ailleurs tenir compte de ce que les lois précédentes pouvaient avoir montré en terme d’expérience de cohabitation harmonieuse, ou pas. Les buts affirmés de la Loi sur les Indiens étaient de centraliser et rationnaliser le traitement des autochtones, de leur fournir un minimum d’aide sociale, mais surtout d’assimiler ces derniers au sein de la culture dominante européenne, entrainant injustices et discriminations à leur encontre. Via la loi et le pouvoir qu’elle attribuait aux agents du Département des Affaires indiennes, l’administration canadienne s’arrogeait un contrôle total sur les terres attribuées aux autochtones dans les réserves et sur leur fonctionnement politique. Elle supplantait au passage violemment les modes traditionnels de gouvernance et d’échanges en place parmi ces nations   depuis des siècles.

Continuer la lecture de La définition de l’identité par l’État, un moyen d’assimilation et de dissolution d’une minorité dans la masse : le cas de la Loi sur les Indiens de 1876 au Canada

Les déserteurs étrangers et la législation dans les Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle

Billet écrit par Maud Robert sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

Les Pays-Bas autrichiens représentent le fleuron des possessions des Habsbourg d’Autriche. Unifié mais pas unitaire, le pays et ses différentes principautés possèdent sous l’égide viennoise une certaine autonomie, devant certes se conformer à une multitude d’arrêts et d’ordonnances, mais possédant également leur propre appareil législatif ; à eux de faire appliquer les dites ordonnances sur leurs terres. Au XVIIIe siècle en Europe, les différentes autorités se rapprochent de plus en plus du concept d’État, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, avec les débuts d’une administration nationale forte. Ainsi pour créer et diffuser les ordonnances susdites, les Pays-Bas autrichiens pouvaient compter sur une administration efficace, placée à Bruxelles par Vienne et représentée grosso modo par les trois grands conseils collatéraux (Conseil Privé, Conseil d’État, Conseil des Finances), complétés bien entendu par d’autres instances. L’objectif de ce billet sera d’aborder la législation mise en place par les gouvernements (car nous évoquerons aussi nos voisins français) au XVIIIe siècle afin de lutter contre la désertion et le vagabondage.

Continuer la lecture de Les déserteurs étrangers et la législation dans les Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle

Approches institutionnelle et sociale de l’administration. Le cas de Saint-Trond au 12e siècle

Billet écrit par Marie Tielemans sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

L’objectif de ce billet est de montrer qu’une administration urbaine au Moyen Âge peut faire l’objet d’une approche tant institutionnelle que sociale, et que ces deux approches sont complémentaires. Pour ce faire, intéressons-nous au cas de Saint-Trond, ville dont le seigneur est l’abbé du monastère du même nom, et aux charges de villicus, d’écoutête et d’échevin. Nous nous concentrons sur le 12e siècle, période qui apparait être charnière dans l’évolution de ces charges

Petite précision contextuelle

La ville de Saint-Trond relève de deux autorités seigneuriales : celle de l’abbé de Saint-Trond d’une part et celle de l’évêque de Metz – puis de l’évêque de Liège – d’autre part.  Cette dualité est la conséquence des modalités de fondation de l’abbaye au milieu du 7e siècle, sur lesquelles nous ne nous attarderons pas ici. Comme nous le verrons, les fonctions de villicus, d’écoutêtes et d’échevins relèvent de l’autorité seigneuriale : ceux qui sont nommés à ces postes le sont par les seigneurs. Ainsi, à Saint-Trond, il y a deux villici et deux écoutêtes, l’un nommé par l’abbé, l’autre par l’évêque messin ou liégeois. Il en est de même pour les collèges scabinaux, également au nombre de deux. Afin de mener une étude précise, les sources au sujet des agents relevant du pouvoir épiscopal étant pour le moins silencieuses, nous nous concentrerons uniquement sur ceux désignés par l’abbé de Saint-Trond.

Continuer la lecture de Approches institutionnelle et sociale de l’administration. Le cas de Saint-Trond au 12e siècle

(S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) – Retour de workshop

Plus d’un mois sans billet sur ParenThèses, mais que se passe-t-il nous direz-vous ?! Vous avez bien raison, mais c’est qu’on était un peu occupé (on l’est toujours et on le sera encore pour un temps…). Pas de billet perso cette semaine, mais bien le compte-rendu d’un workshop qu’on a accueilli, à l’Université Saint-Louis – Bruxelles, dans le cadre d’un projet où nous sommes tous les deux actifs…

Le vendredi 22 avril a donc eu lieu un workshop organisé dans le cadre du projet « (S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) » rassemblant plusieurs partenaires académiques (UCL, ULB, KULeuven et USL-B). Ce projet entend aborder le rapport au « fait militaire » – entendu dans un sens large – à travers l’étude de documents naviguant entre l’écriture de soi et l’écriture de l’histoire. En effet, la période envisagée (15e-17e s.) autorise l’historien à s’interroger sur la guerre comme élément du quotidien, comme réalité à laquelle l’individu – peu importe sa position au niveau social – est confronté. Les anciens Pays-Bas burgondo-habsbourgeois sont, par exemple, un laboratoire fertile compte tenu des nombreux conflits qui s’y sont déroulés, des migrations que ceux-ci ont engendrées, des séparations qu’ils ont provoquées. Loin de se limiter à un spectre local, la guerre et le rapport que l’Homme entretient avec elle, doivent aussi pour l’époque retenue s’envisager dans une optique transnationale. Continuer la lecture de (S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) – Retour de workshop

Droit au but : Frederik Dhondt

Cela faisait un peu plus d’un an que nous n’avions plus proposer d’interview de chercheurs/chercheuses en histoire du droit et des institutions sur le carnet… Mais attendez un peu de voir avec quoi, ou plutôt avec qui on vous revient ! 

© Maite Morren
© Maite Morren

Nous vous invitons à entrer, cette fois-ci, dans le monde de la diplomatie et du droit international du 18e siècle grâce à Frederik Dhondt. Frederik est l’auteur de deux ouvrages publiés chez Brill et dans la collection de l’association Standen & Landen – Anciens Pays et Assemblées d’Etats. Excusez du peu… Chercheur à la pensée virevoltante – on sait de quoi on parle puisqu’on a eu l’occasion de l’observer in vivo si on peut dire – et qui témoigne d’une maîtrise, l’interview prouvera que Frederik effectue également une réflexion approfondie à propos du métier d’historien du droit, de l’interdisciplinarité (quand on est également juriste, ça aide évidemment) ou du doctorat. Si on voulait recourir à une métaphore sportive on pourrait dire que Frederik a l’air d’avoir un troisième poumon tant il paraît actif. Publications, participations à des colloques, implications dans des associations et centres de recherche, engagement politique, présence dans les médias sociaux : tout y passe. Pour autant, Frederik reste conscient qu’il faut pouvoir « déconnecter » de temps en temps, au risque sinon de ne pouvoir soutenir le rythme. 

On se réjouit de pouvoir compter Frederik parmi les chercheurs interviewés sur ParenThèses. On espère ne pas être les seuls… Continuer la lecture de Droit au but : Frederik Dhondt