Tous les articles par Simon Verreycken

Articles coécrits par Nicolas Simon et Quentin Verreycken

Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

L’été, dans le monde académique, c’est un peu l’équivalent d’un poulpe échoué sur une plage : avec un peu de chance, en s’approchant suffisamment près, on verra peut-être le truc frémir un peu, mais il ne faut pas trop compter là-dessus. Pour les doctorants libérés, délivrés (#reinedesneiges) – provisoirement – de toute charge d’encadrement d’étudiants, c’est généralement le moment privilégié pour partir en vacances, et parfois aussi donner un petit coup de boost à leurs recherches et finir de rédiger les articles (qu’ils rendront bien entendu en retard). ParenThèses était peut-être en vacances (enfin, pas tout à fait), mais on n’a pourtant pas échappé à la micro-polémique qui a agité, le temps d’écrire une note de bas de page d’un chapitre, le petit monde virtuel des chercheurs. Le poulpe du doctorat a donc tressailli…1. Comme on est sympa, on s’est dit que cette affaire ferait un bon sujet de rentrée sur le carnet. C’est glamour, il y a un peu de controverse et il y est après tout question de doctorant et d’histoire. Bref, les ingrédients d’une rentrée réussie… Continuer la lecture de Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

  1. On se réfère évidemment au court article paru en 1903 et rédigé par le philosophe William James intitulé The Ph.D. Octopus paru dans Harvard Monthly, t. 36, n°1, p. 1-9. Si les critiques ne sont peut-être pas tout à fait identiques à celles que nous posons dans ce billet de rentrée, elles donnent à voir qu’en plus d’un siècle les interrogations relatives à la condition du doctorant, au prestige accordé au doctorat ou les problèmes qu’il soulève au sein des mondes académique et économique sont structurels. Le texte a récemment été traduit et été inséré dans Stengers Isabelle, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, La Découverte, 2013, p. 199-211. []

L’administration de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique au lendemain de la Première Guerre mondiale, 1918 – 1923

L’ancêtre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, la Société littéraire de Bruxelles, fut créée en 1769 par l’Impératrice Marie-Thérèse. Cette institution perdura tout au long des différents régimes que la Belgique connut, à l’exception de la période française où l’Académie impériale et royale des Sciences et des Belles-Lettres fut fermée.

A l’époque de la Première Guerre mondiale, l’organisation de l’Académie royale de Belgique était le fruit d’une grande réforme opérée en 1845, sous le règne de Léopold Ier, laquelle adjoignit une Classe des Beaux-Arts à l’Académie, fixa le nombre de membres, associés et correspondants que comptait chaque Classe et établit une présidence annuelle tenue par l’un des trois directeurs de Classe. Cette réforme fut menée par Sylvain Van de Weyer, alors membre de la Classe des Lettres et Ministre de l’Intérieur, en concertation avec les membres de l’Académie royale de Belgique. Une dernière modification fut apportée en 1907 afin de placer l’Académie royale de Belgique sous le giron du Ministère des Sciences et des Arts. Après la guerre, le législateur intervint en 1924 pour modifier les Statuts organiques et le Règlement général en octroyant à l’Académie royale de Belgique la personnification civile — demandée depuis de nombreuses années par les Académiciens —, ce qui provoqua la création d’une Commission administrative dont la fonction était d’administrer le patrimoine de l’Académie. Avant l’attribution de cette personnification civile, l’Académie ne pouvait pas posséder de biens immobiliers, le Palais des Académies était une propriété de l’État mise à leur disposition. Outre cet aspect, les légataires et les donateurs devaient, avant 1924, obligatoirement passer par l’intermédiaire de l’État afin de transmettre à l’Académie les livres, les objets, le mobilier ou l’argent qu’ils désiraient attribuer à l’Académie. Cette procédure lourde limita le nombre de ces dons et legs.

Continuer la lecture de L’administration de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique au lendemain de la Première Guerre mondiale, 1918 – 1923

L’absence des femmes au sein de l’Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association

Comment expliquer qu’en plus de 100 ans d’existence, le nombre de femmes au sein des instances dirigeantes de l’URBSFA (Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association) n’ait presque pas évolué alors que la société, elle, s’est profondément modifiée ? Une partie des changements sociaux se sont fait grâce à des lois obligeant la présence de femmes d’abord avec des quotas puis avec une parité. C’est le cas depuis les années 1990 et 2000 pour les partis politiques et les entreprises gérées par l’Etat.

Continuer la lecture de L’absence des femmes au sein de l’Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association

L’adoption des plans particuliers d’aménagements : analyse d’une procédure administrative au niveau local

Dans ce présent article, nous allons donner quelque pistes de lecture d’une procédure administrative établie de 1946 à 1976, vue à travers trois communes de l’agglomération bruxelloise : Uccle, Woluwe-Saint-Lambert et Molenbeek-Saint-Jean.

L’étude d’une procédure administrative au niveau local implique différentes conditions de recherches. En effet, celles-ci dépendent des communes, les archives étant conservées au sein de leurs services. Chaque commune choisit alors les documents administratifs qui composent les dossiers d’archives. Certaines conservent essentiellement les plans, avant-projets de ceux-ci, et leurs brouillons. D’autres gardent plutôt les traces des échanges entres le service des Travaux publics et le collège échevinal, voir celles de la publication des enquêtes publiques. On retrouve dans tous les dossiers les actes administratifs officiels, comme les extraits des registres des entités communales (collège des échevins et du bourgmestre et conseil communal) ou les procès-verbaux d’ouverture et de fermeture des enquêtes publiques. Par ailleurs, chaque commune a des conditions de consultations matérielles et règlementaires variées. Pour finir, la seule limite de consultation d’archives est posée par le service d’urbanisme d’Uccle. Il ne s’agit pas d’une certaine sacralisation des archives, mais bien d’une préservation de la règle de l’huis-clos. Ainsi, les extraits des registres au Collège des échevins et du bourgmestre peuvent être consultés mais pas photographiés.

Continuer la lecture de L’adoption des plans particuliers d’aménagements : analyse d’une procédure administrative au niveau local

« Exilé dans son propre pays ». Autour de la colonie agricole d’Ekafera, 1945 – 1960

C’est le 5 juillet 1910 qu’apparaît une nouvelle mesure répressive au Congo Belge, la relégation. Initialement mesure administrative1, elle a pour but de réglementer les droits de résidence au sein du territoire et vise avant tout « un malheureux entêté, chef, féticheur, indigène, tête forte d’une collectivité »2 dont le « traitement doit différencier essentiellement de celui que l’on applique à un criminel de droit commun. »3 En réalité, dès l’origine de la mesure, deux catégories de relégués sont pensées, l’une réservée aux individus qui le sont pour motif politique, principalement les chefs congolais sur lesquels s’appuyait le pouvoir colonial pour servir de relai avec les populations autochtones ; et l’autre réservée aux individus relégués pour antécédents judiciaires, c’est-à-dire des infractionnaires dont la peine dépassait 6 mois de prison. Une fois leur peine achevée, ils risquaient, sous raisons motivées,  la relégation. Cet envoi est censé absorber les mauvaises intentions qui ont animé et ont conduit l’individu à l’exil.

Si les chefs ont tout d’abord occupé les décisions politiques de déportation, ils seront substitués dès 1922 par les kimbanguistes et plus tard par d’autres adeptes de mouvements syncrétiques, tels les kitawalistes ou les kakistes. La césure deviendra telle que des colonies agricoles pour relégués dangereux (C.A.R.D.) seront érigées durant les années 1950 mais réfléchies dès la fin des années 1930. C’est à Ekafera, dans la province de l’Equateur (N-O du Congo), district de la Tshuapa, que la première colonie sera érigée, en pleine forêt. Celle-ci contraint plus les individus qui y sont relégués, s’apparentant à un camp. Les premiers relégués y seront acheminés au sortir de la guerre, dès 1945.

Continuer la lecture de « Exilé dans son propre pays ». Autour de la colonie agricole d’Ekafera, 1945 – 1960

  1. Elle ne deviendra une mesure pénale qu’en 1959. Voir : Marie-Bénédicte DEMBOUR, « La peine durant la colonisation belge », dans La peine. Recueils de la Société Jean Bodin, Bruxelles, De BoeckWesmael, vol. 58, 1991, p. 85. []
  2. Conseil Colonial Compte-rendu analytique des séances, Bruxelles, mai-décembre 1910, p. 6. []
  3. Ibidem. []

Le pouvoir législatif et les pouvoirs extraordinaires. Implications de l’arrêté-loi du 22 janvier 1945

Mon mémoire porte sur « La répression de la contrebande en Belgique de 1944 à 1960 ». Dans le cadre de cette répression, plusieurs lois ont été promulguées. On trouve notamment l’important arrêté-loi du 22 janvier 1945 qui a été édicté d’après les pouvoirs extraordinaires octroyés au Roi en 1939. L’arrêté-loi est, comme on va le voir, anticonstitutionnel car il ne respecte pas le principe de séparation des trois pouvoirs.

Lors d’une conférence donnée le 16 mars 2015, Françoise Muller nous a parlé des acteurs de l’administration en prenant l’exemple des magistrats de la Cour de Cassation. Comme la conférencière, on ne va pas se concentrer sur l’élaboration de la loi mais bien sur son implication. Elle pose alors la question afin, de savoir s’il y a une forme de résistance à l’application de la loi ou alors est-ce qu’elle est appliquée mécaniquement ?

Pour construire ce travail on s’est intéressé aux sources législatives que sont le Moniteur Belge et les débats parlementaires et aux archives du Parquet de Neufchâteau. Mais afin de mieux comprendre le monde dans lequel on se plonge on s’est aussi intéressé aux précis de droits qui nous éclaireront donc sur les mécanismes et les subtilités des normes législatives.

Continuer la lecture de Le pouvoir législatif et les pouvoirs extraordinaires. Implications de l’arrêté-loi du 22 janvier 1945

La Secrétairerie d’État et de Guerre et la question de la langue dans les Pays-Bas espagnols du milieu du XVIIème siècle

La Secrétairerie d’État et de Guerre était un institution-clé du régime espagnol dans les Pays-Bas méridionaux du XVIIème siècle. Par ailleurs, et c’est là tout l’objet de ce court article, il s’agissait aussi d’une institution très représentative de ce qu’était, à l’époque, la monarchie espagnole.

Cette monarchie, comme la plupart des autres États de son époque, était composée de plusieurs principautés placées peu-à-peu sous l’égide d’une seule et même dynastie princière (en l’occurrence, les Habsbourgs), et était dès lors caractérisée par un enchevêtrement complexe de droits, privilèges et autres institutions. C’est ce qui en fait un « État composite », selon les termes de l’historien H. G. Koenigsberger, repris à sa suite par de nombreux autres.

Continuer la lecture de La Secrétairerie d’État et de Guerre et la question de la langue dans les Pays-Bas espagnols du milieu du XVIIème siècle

Le conseil d’administration de l’Institut Interuniversitaire des Sciences Nucléaires (1947-1972)

L’objet de ce billet est l’analyse du système administratif de l’Institut Interuniversitaire des Sciences Nucléaires. L’IISN est créé en 1947 en tant qu’Institut Interuniversitaire de Physique Nucléaire (IIPN). Il est administré par un Comité de Gestion (CG) et une Commission scientifique (CS). Il a pour but principal de coordonner la recherche fondamentale universitaire belge en science nucléaire. Il organise ainsi la recherche des centres de quatre universités d’État c’est-à-dire l’Université Libre de Bruxelles (ULB), L’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Gand (UG) et l’Université de Liège (ULg) ainsi que les centres de l’École Royale Militaire (ERM) et de la Faculté Polytechnique de Mons (FPM). Que peut apporter l’étude des archives administratives de l’IISN à l’histoire des administrations belges ?

Continuer la lecture de Le conseil d’administration de l’Institut Interuniversitaire des Sciences Nucléaires (1947-1972)

Les Fragments d’Antonin (2006) : Explorer les traumatismes de guerre

fragments-d'antonin-2Les fragments d’Antonin est un film réalisé en 2006 par Gabriel Le Bomin. S’il s’agissait du premier long métrage de celui-ci, ce n’est pas la première fois qu’il réalisait un film ayant pour thème la Première Guerre mondiale. En effet, c’est lors de la projection de l’un de ses courts-métrages : Le Puits, dont l’action se situe en 1916, qu’Alexandra Lederman, productrice, l’a remarqué. Elle lui a proposé ensuite de tourner un long métrage : Les fragments d’Antonin. De plus, ayant été membre du « service cinéma des armées », il a eu accès a des éléments d’archives peu connus du grand public. Les fragments d’Antonin a été nominé plusieurs fois, notamment aux Césars dans la catégorie du Meilleur premier film. Gabriel Le Bomin est aussi le réalisateur de plusieurs documentaires pour France Télévisions. Continuer la lecture de Les Fragments d’Antonin (2006) : Explorer les traumatismes de guerre

Les Croix de Bois (1932) : filmer la camaraderie des tranchées

croix-de-bois-1Les Croix de Bois est un film de Raymond Bernard, sorti en 1932 et basé sur le roman éponyme de Roland Dorgelès. C’est un film en hommage à la bravoure des soldats anonymes de la Première Guerre Mondiale qui se battent sur les champs de bataille et honore leur mémoire. On découvre leur quotidien dans les tranchées, leur partie de rigolade, leur espoir pour l’après-guerre. C’est notamment l’un des premiers films réalisé quelques années seulement après l’arrivée du cinéma parlant. Les Croix de bois pourront intégrer le bruit du champ de batailles comme les obus, les rafales. Les gens de l’époque pouvaient revivre ce qu’ils avaient vécu durant la guerre. Continuer la lecture de Les Croix de Bois (1932) : filmer la camaraderie des tranchées

À l’Ouest rien de nouveau (1930) : une autre image des Allemands

A-l-Ouest-rien-de-nouveau-affiche-7626À l’ouest rien de nouveau est un long métrage de Lewis Milestone réalisé en 1930 et basé sur le best-seller éponyme de l’Allemand Erich Maria Remarque. L’œuvre détaille le voyage d’une classe de jeunes hommes qui décident de s’enrôler et qui partent combattre pour le Reich allemand. D’abord valeureux, ils subissent rapidement la désillusion face à l’horreur du conflit. Adapté au cinéma par Universal, le film fut un succès énorme dans les salles étasuniennes et fit rapidement parler de lui en Europe. Mais il fut également sujet à polémique. En effet plusieurs pays bannirent le film dès sa sortie. C’est le cas de l’Italie fasciste, de la Hongrie, de la Yougoslavie, de l’Autriche et de la Bulgarie. Il était politiquement et militairement inconcevable pour ces pays de projeter cette éloge du pacifisme et de l’absurdité de la guerre. Continuer la lecture de À l’Ouest rien de nouveau (1930) : une autre image des Allemands

Historien du droit et des institutions, c’est une bonne ou une mauvaise situation ?

« Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui, avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des professeurs qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul, pendant les études. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent un curriculum… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la recherche bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face… je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… je ne suis qu’amour (sauf envers les étudiants de première année) ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité (numérique) ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une thèse de doctorat, mais demain qui sait ? Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don… le don de soi… »

Georgedubis, avé thésard.

Depuis le temps (six mois, déjà !) que l’on parle d’Histoire du droit et des institutions (HDI pour faire court) sur ce blog… pardon, sur ce carnet de recherches… il nous semblait nécessaire de mener une petite réflexion sur les réalités de notre discipline en Belgique ainsi que sur le parcours de thésard en HDI. Hasard heureux, nous avons récemment participé au colloque « Être jeune chercheur ou chercheure aujourd’hui : quelles réalités ? », organisé à l’EHESS, où nous avons justement eu l’occasion de présenter brièvement l’Histoire du droit et des institutions ainsi que ParenThèses. Ce billet reprend plusieurs éléments de notre communication tout en l’enrichissant de considérations qui nous avaient semblé alors un peu trop hors sujet dans le cadre dudit colloque…

Continuer la lecture de Historien du droit et des institutions, c’est une bonne ou une mauvaise situation ?

Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle

Pour paraphraser un tweet de Loïc Prigent, ces derniers temps, on a tellement pédalé dans la semoule des commémorations 14-18 qu’avec une dynamo on pourrait éclairer toute la région bruxelloise. Ou à peu près. Il y a eu un tel engouement pour les commémorations au cours de l’année du centenaire de la Grande Guerre qu’on ne sait plus très bien qui a fait quoi, quand, pourquoi et comment. On a parfois l’impression que certains historiens ont dû engager des sosies, développer leur don d’ubiquité ou négocier avec Madame/Monsieur les voyages répétés à l’étranger (à moins que ce soient les frais de babysitting qui ont explosé). Profitant de l’organisation d’une semaine d’activités à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (23-27 février 2015) orientées autour de la Grande Guerre, on a jugé bon sur ParenThèses de reprendre quelques éléments de réflexion présentés par N. Offenstadt lors de sa conférence du lundi 23 février. Continuer la lecture de Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle

Droit au but : Amandine De Burchgraeve

Nous continuons notre série Droit au but consacrées aux recherches de jeunes chercheurs par l’interview d’Amandine De Burchgraeve, doctorante à l’Université catholique de Louvain. Amandine est titulaire d’un master en histoire (UCL, Louvain-la-Neuve, 2011) ainsi que d’un master complémentaire en anthropologie sociale et culturelle (UCL, Londres, 2012).

Amandine

 

Quand elle ne passe pas son temps à dépouiller les archives de la cour d’assises de Brabant, elle écoute en boucle les albums de Stromae ou emmène sa chienne Laïka à l’entraînement. Nous avons donc droit à une doctorante qui manie, pour les besoins de sa thèse, des approches disciplinaires variées mais dont on n’a cessé, au cours du 20e siècle, de souligner les liens étroits. Amandine a entamé son doctorat en 2012, sous la direction du professeur Xavier Rousseaux, comme chercheuse au sein du projet PAI (Pôle d’Attraction Interuniversitaire) Justice & Population 1795-2017 financé par la Politique scientifique fédérale (BELSPO). Elle a ensuite obtenu un mandat d’Aspirant FRS-FNRS en 2013, mais elle reste étroitement liée aux recherches du PAI.

Continuer la lecture de Droit au but : Amandine De Burchgraeve

Droit au but : Marie Van Eeckenrode

Avec les billets « Droit au but », nous inaugurons une série d’interviews dans lesquelles la parole sera donnée à des doctorant.e.s en histoire du droit et des institutions, de Belgique et d’ailleurs, afin de parler de leurs recherches et de leurs expériences comme jeunes chercheurs. Interviews droit au but, certes, car directes dans leurs questions, mais interviews avec un tir non cadré, aussi, du fait du ton volontairement décalé. Aujourd’hui, notre première victime est Marie Van Eeckenrode.

10676600_10152782495754321_1033371866_oMarie est titulaire d’une licence en histoire (UCL) ainsi que d’un master en Medieval and Renaissance Studies (KULeuven). Depuis 2007, elle est assistante à l’UCL au sein de la Commission de programme Histoire, en même temps qu’elle remplit la fonction d’attachée scientifique aux Archives de l’État. Elle est également membre du comité exécutif du Réseau des médiévistes belges de langue française et l’un des piliers, avec Nicolas Ruffini-Ronzani de l’indispensable blog d’information « l’Agenda du médiéviste ». Et comme si cela ne suffisait pas, elle trouve encore le temps de réaliser une thèse de doctorat sur les États de Hainaut au 15ème siècle, sous la direction de Jean-Marie Cauchies et Paul Bertrand ; thèse  qui, parait-il, avance plutôt bien !

Les mots qui sonnent bien aux oreilles de Marie restent  « chocolat » et « sucre »… Sinon Marie est fan de Noir Désir et même vraiment fan.

Continuer la lecture de Droit au but : Marie Van Eeckenrode