Archives de catégorie : Thèsesmoignages

« Vis ma vie de thésard », « 3615 thésard », « Ciel, mon crédit (ECTS) ! », autant de titres qui auraient pu convenir à la catégorie « Thèsemoignages » ; entre récits de vie, guide de survie du doctorant 2.0 et pensums de jeune historien découvrant le monde de la recherche, cette catégorie regroupera les billets réflexifs sur le parcours doctoral.

Archive junkie en rechute

En avril dernier, j’ai eu la chance de défendre publiquement ma thèse de doctorat consacrée au processus législatif dans les Pays-Bas espagnols (ca. 1580-ca. 1610). Comme tout chercheur travaillant sur une thématique pareille, j’avais accumulé, en un peu moins de trois ans, un matériau relativement important grâce à la fréquentation des dépôts d’archives.

En ce qui me concerne, j’ai principalement puisé mes sources aux Archives générales du royaume situées à Bruxelles ainsi qu’aux Archives de l’Etat à Anderlecht (commune de la région bruxelloise) où sont conservées les archives du Conseil de Brabant.

Pendant presque trois ans, j’ai fréquenté, voire même hanté ces lieux. A cet égard, la salle de lecture des AGR est un lieu particulier, presque magique pour celui/celle qui est non seulement intéressé(e) par la consultation des archives, mais aussi par la dynamique humaine de la salle de lecture. Le personnel commence d’abord par vous connaître et même à vous reconnaître. Au bout de quelques mois, je n’avais même plus besoin de dire quels numéros j’avais en réserve; on allait directement chercher la boîte que j’avais laissée en souffrance la veille ! Continuer la lecture de Archive junkie en rechute

Observation (pas trop) participante d’une défense de thèse

On est pas dans la merde.

Au cas où l’information aurait échappé à l’aimable lecteur, que celui-ci sache ceci : le carnet ParenThèses tire son nom du fait qu’au moment de sa création, ses auteurs étaient tous les deux doctorants en histoire. Or, le fait est là. Il s’est passé une chose fort incommode : l’un de nous deux (N. S., pour ne pas le nommer) vient de défendre sa thèse le 26 avril dernier. Ouch. Voilà qui fait perdre tout son sens au titre de ce carnet. Que va-t-on devenir ? La vie vaut-elle encore la peine d’être vécue ? Que signifie le nombre 42 ? Et quel secret se cache sous le voile de la mariée ?

Comme le conseille le meilleur guide de la galaxie : don’t panic ! Il en faut plus pour remettre en cause l’existence du carnet ParenThèses. Au pire, on pourrait le renommer ParenPostdoc ? Non, avouons-le, ça ne sonne pas très bien… On verra plus tard pour la cohérence du titre. En attendant, l’événement mérite d’être fêté en grande pompe virtuelle ! Et quoi de plus festif qu’un nouveau billet sur le carnet ? Tant pis si tout cela a un petit effet skyblog (pour les plus jeunes : un skyblog, c’est un peu comme une story time sur Youtube, les fautes de français et les photos de Tokio Hotel en plus).  On n’a qu’à dire qu’il s’agit de la retranscription de notes ethnographiques.

Continuer la lecture de Observation (pas trop) participante d’une défense de thèse

Retour d’expérience : organiser un colloque #EasyPeasy

Aaaah, l’été 2016 s’annonçait tranquille, calme et distrayant puisqu’isolé dans une cellule (i.e mon bureau) afin d’y rédiger l’oeuvre de ma vie une thèse en mode express. Toutefois, après l’année académique qui venait de s’écouler, j’ai songé à un petit billet du style « retour d’expérience » à propos de l’organisation de colloques. Soyons honnêtes. Ce n’est pas évident de savoir a priori ce qu’il faut faire ou ne pas faire quand on se lance dans la préparation d’un événement scientifique.

Mais à l’idée de faire un billet « retour d’expérience » s’y est jointe une autre, celle de ne pas rédiger un texte suivi mais de proposer des GIF. C’est l’été quoi, faut bien un peu se reposer aussi…  Voici donc un retour d’expérience autour de l’organisation d’un colloque et du vécu que cela implique en quelques petites madeleines… enfin des GIF. Et comme le GIF est à la mode, autant en profiter. Continuer la lecture de Retour d’expérience : organiser un colloque #EasyPeasy

Anatomie des remerciements de thèse

– Pfiouuu… En tous cas celle-là elle sait dire merci !

J.-C., homme moderne et Dikkenek.

Rédiger une thèse, ça n’est pas toujours simple et funky. Il faut pouvoir se plier à l’exercice de l’écriture scientifique, qui nécessite un langage et un vocabulaire particulier, parfois renforcé par un apparat critique solide (des notes en bas de page). Le texte d’une thèse, c’est un peu comme un film d’Olivier Marchal : c’est rugueux et ça ne laisse souvent pas beaucoup de place à la fantaisie et l’humour.

Continuer la lecture de Anatomie des remerciements de thèse

Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

L’été, dans le monde académique, c’est un peu l’équivalent d’un poulpe échoué sur une plage : avec un peu de chance, en s’approchant suffisamment près, on verra peut-être le truc frémir un peu, mais il ne faut pas trop compter là-dessus. Pour les doctorants libérés, délivrés (#reinedesneiges) – provisoirement – de toute charge d’encadrement d’étudiants, c’est généralement le moment privilégié pour partir en vacances, et parfois aussi donner un petit coup de boost à leurs recherches et finir de rédiger les articles (qu’ils rendront bien entendu en retard). ParenThèses était peut-être en vacances (enfin, pas tout à fait), mais on n’a pourtant pas échappé à la micro-polémique qui a agité, le temps d’écrire une note de bas de page d’un chapitre, le petit monde virtuel des chercheurs. Le poulpe du doctorat a donc tressailli…1. Comme on est sympa, on s’est dit que cette affaire ferait un bon sujet de rentrée sur le carnet. C’est glamour, il y a un peu de controverse et il y est après tout question de doctorant et d’histoire. Bref, les ingrédients d’une rentrée réussie… Continuer la lecture de Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

  1. On se réfère évidemment au court article paru en 1903 et rédigé par le philosophe William James intitulé The Ph.D. Octopus paru dans Harvard Monthly, t. 36, n°1, p. 1-9. Si les critiques ne sont peut-être pas tout à fait identiques à celles que nous posons dans ce billet de rentrée, elles donnent à voir qu’en plus d’un siècle les interrogations relatives à la condition du doctorant, au prestige accordé au doctorat ou les problèmes qu’il soulève au sein des mondes académique et économique sont structurels. Le texte a récemment été traduit et été inséré dans Stengers Isabelle, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, La Découverte, 2013, p. 199-211. []

Historien du droit et des institutions, c’est une bonne ou une mauvaise situation ?

« Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui, avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des professeurs qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul, pendant les études. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent un curriculum… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la recherche bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face… je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… je ne suis qu’amour (sauf envers les étudiants de première année) ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité (numérique) ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une thèse de doctorat, mais demain qui sait ? Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don… le don de soi… »

Georgedubis, avé thésard.

Depuis le temps (six mois, déjà !) que l’on parle d’Histoire du droit et des institutions (HDI pour faire court) sur ce blog… pardon, sur ce carnet de recherches… il nous semblait nécessaire de mener une petite réflexion sur les réalités de notre discipline en Belgique ainsi que sur le parcours de thésard en HDI. Hasard heureux, nous avons récemment participé au colloque « Être jeune chercheur ou chercheure aujourd’hui : quelles réalités ? », organisé à l’EHESS, où nous avons justement eu l’occasion de présenter brièvement l’Histoire du droit et des institutions ainsi que ParenThèses. Ce billet reprend plusieurs éléments de notre communication tout en l’enrichissant de considérations qui nous avaient semblé alors un peu trop hors sujet dans le cadre dudit colloque…

Continuer la lecture de Historien du droit et des institutions, c’est une bonne ou une mauvaise situation ?

Why so serious? De l’usage de l’humour dans la production scientifique

Je connais une planète où il y a un Monsieur cramoisi. Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Il n’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que des additions. Et toute la journée il répète comme toi: « Je suis un homme sérieux! Je suis un homme sérieux! » et ça le fait gonfler d’orgueil. Mais ce n’est pas un homme, c’est un champignon !

Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince.

On ne saurait douter que lire un article sur l’évolution des pratiques d’enseignement dans les Law Schools américaines est une activité pour le moins… sérieuse, à l’image d’un tel sujet de débats. Le genre d’activité exigeante que l’on aime mentionner négligemment lors d’une conversation autour de la machine à café, afin de s’assurer un supplément de prestance auprès de ses collègues1 :

Continuer la lecture de Why so serious? De l’usage de l’humour dans la production scientifique

  1. Attention, cependant : cette technique ne fonctionne qu’au sein du milieu académique ; si elle est utilisée en dehors de votre cercle professionnel – dans votre famille, par exemple, elle conduit irrémédiablement à votre mort sociale []

Vous parlez l’académique ? Dans ce cas, nous n’avons plus rien à nous dire !

Autant ne pas y aller par quatre chemins : j’ai parfois quelques problèmes avec l’art contemporain. Voilà, c’est dit. Je le confesse. Il y a de la friture sur la ligne. On n’est pas loin de la rupture de réseau. Il s’agit presque d’un cercle vicieux : ayant parfois du mal à comprendre les postulats de départ, je ne suis guère enclin à essayer d’appréhender un univers intellectuel qui me paraît parfois impénétrable. Je n’ai toutefois guère la prétention de suivre ici les pas de Luc « Torquémada » Ferry. Que le lecteur se rassure. Au cours de l’été dernier, j’ai pourtant eu l’occasion de feuilleter le programme du Festival international de danse se déroulant aux Brigittines (le Centre d’Art Contemporain du Mouvement de la Ville de Bruxelles). Précisons simplement que le monde de la danse belge compte une chorégraphe célèbre en la personne d’Anne Teresa de Keersmaker… que Beyoncé aurait d’ailleurs plagié. Avec Lady Gaga sévissant ces jours-ci sur la Grand-Place de Bruxelles, on dirait que la Belgique attire le beau linge… Bref, je m’égare. Mes connaissances sont donc lacunaires. Pour autant, la lecture du programme du festival des Brigittines, mentionné ci-dessus, m’a laissé, comment dire… pensif. Puis, après avoir repris mes esprits, je me suis demandé si ce n’était pas le même problème avec le langage scientifique/académique.

  Continuer la lecture de Vous parlez l’académique ? Dans ce cas, nous n’avons plus rien à nous dire !