Archives par mot-clé : Ego-histoire

Archive junkie en rechute

En avril dernier, j’ai eu la chance de défendre publiquement ma thèse de doctorat consacrée au processus législatif dans les Pays-Bas espagnols (ca. 1580-ca. 1610). Comme tout chercheur travaillant sur une thématique pareille, j’avais accumulé, en un peu moins de trois ans, un matériau relativement important grâce à la fréquentation des dépôts d’archives.

En ce qui me concerne, j’ai principalement puisé mes sources aux Archives générales du royaume situées à Bruxelles ainsi qu’aux Archives de l’Etat à Anderlecht (commune de la région bruxelloise) où sont conservées les archives du Conseil de Brabant.

Pendant presque trois ans, j’ai fréquenté, voire même hanté ces lieux. A cet égard, la salle de lecture des AGR est un lieu particulier, presque magique pour celui/celle qui est non seulement intéressé(e) par la consultation des archives, mais aussi par la dynamique humaine de la salle de lecture. Le personnel commence d’abord par vous connaître et même à vous reconnaître. Au bout de quelques mois, je n’avais même plus besoin de dire quels numéros j’avais en réserve; on allait directement chercher la boîte que j’avais laissée en souffrance la veille ! Continuer la lecture de Archive junkie en rechute

Dites, j’ai oublié à quoi servait ma thèse. C’est grave, Docteur ?

Alors que sur ma timeline Facebook s’amoncellent les photos d’annonces de fiançailles, de mariages et d’heureux événements, je reste assis à lire l’article de Romain Descendre (ENS Lyon) relatif à la censure dans les discours sur la raison d’État à la fin du 16e siècle ou celui de Jelle Haemers (KU Leuven) interrogeant l’intérêt du concept bourdieusien de « capital social » dans les études historiques… Bref, de quoi m’amener à une profonde introspection dans un état quasi neurasthénique.

Je crois qu’il faut tout reprendre depuis le début.

Continuer la lecture de Dites, j’ai oublié à quoi servait ma thèse. C’est grave, Docteur ?

Quoi, t’es médiéviste et tu travailles même pas sur les chevaliers ?

Il arrive parfois à Nicolas d’exprimer des doutes sur le bien-fondé de ses recherches. Personnellement, je ne vois pas de quoi il se plaint. Lui, au moins, est moderniste. Mais, avant Charles Quint, il s’est passé quelque chose dans nos régions ? C’était la zone, par chez nous (la preuve : ça ne s’appelait même pas la Belgique). Alors, franchement, quel est l’intérêt d’étudier le moyen âge lorsque l’on est belge ? Faire joujou avec les chevaliers et les châteaux forts ? Soyons sérieux, je ferai mieux de m’acheter l’intégrale des Rois Maudits et regarder la dernière saison de Game of Thrones pour avoir ma dose de médiéval, puis revenir à des trucs plus sérieux. Trouver un vrai boulot, par exemple.

Continuer la lecture de Quoi, t’es médiéviste et tu travailles même pas sur les chevaliers ?

Présentation enchâssée-croisée

Dans le billet précédent, nous présentions les grandes lignes du contenu futur de ParenThèses. Un texte certes un peu aride, mais indispensable pour saisir les objectifs de ce carnet. Nous avons la faiblesse de croire qu’il peut également être intéressant pour les lecteurs de ParenThèses d’en apprendre un peu sur ses auteurs. Pour cependant éviter de céder à l’auto-description laudative et égocentrique, nous avons préféré réaliser une présentation croisée, où l’un parlerait de l’autre, à tour de rôle.

Continuer la lecture de Présentation enchâssée-croisée