Archives par mot-clé : habitus académique

Why so serious? De l’usage de l’humour dans la production scientifique

Je connais une planète où il y a un Monsieur cramoisi. Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Il n’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que des additions. Et toute la journée il répète comme toi: « Je suis un homme sérieux! Je suis un homme sérieux! » et ça le fait gonfler d’orgueil. Mais ce n’est pas un homme, c’est un champignon !

Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince.

On ne saurait douter que lire un article sur l’évolution des pratiques d’enseignement dans les Law Schools américaines est une activité pour le moins… sérieuse, à l’image d’un tel sujet de débats. Le genre d’activité exigeante que l’on aime mentionner négligemment lors d’une conversation autour de la machine à café, afin de s’assurer un supplément de prestance auprès de ses collègues1 :

Continuer la lecture de Why so serious? De l’usage de l’humour dans la production scientifique

  1. Attention, cependant : cette technique ne fonctionne qu’au sein du milieu académique ; si elle est utilisée en dehors de votre cercle professionnel – dans votre famille, par exemple, elle conduit irrémédiablement à votre mort sociale []

Vous parlez l’académique ? Dans ce cas, nous n’avons plus rien à nous dire !

Autant ne pas y aller par quatre chemins : j’ai parfois quelques problèmes avec l’art contemporain. Voilà, c’est dit. Je le confesse. Il y a de la friture sur la ligne. On n’est pas loin de la rupture de réseau. Il s’agit presque d’un cercle vicieux : ayant parfois du mal à comprendre les postulats de départ, je ne suis guère enclin à essayer d’appréhender un univers intellectuel qui me paraît parfois impénétrable. Je n’ai toutefois guère la prétention de suivre ici les pas de Luc « Torquémada » Ferry. Que le lecteur se rassure. Au cours de l’été dernier, j’ai pourtant eu l’occasion de feuilleter le programme du Festival international de danse se déroulant aux Brigittines (le Centre d’Art Contemporain du Mouvement de la Ville de Bruxelles). Précisons simplement que le monde de la danse belge compte une chorégraphe célèbre en la personne d’Anne Teresa de Keersmaker… que Beyoncé aurait d’ailleurs plagié. Avec Lady Gaga sévissant ces jours-ci sur la Grand-Place de Bruxelles, on dirait que la Belgique attire le beau linge… Bref, je m’égare. Mes connaissances sont donc lacunaires. Pour autant, la lecture du programme du festival des Brigittines, mentionné ci-dessus, m’a laissé, comment dire… pensif. Puis, après avoir repris mes esprits, je me suis demandé si ce n’était pas le même problème avec le langage scientifique/académique.

  Continuer la lecture de Vous parlez l’académique ? Dans ce cas, nous n’avons plus rien à nous dire !