Archives par mot-clé : histoire

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les institutions (4/5)

Avec la législation, l’autre grand dada de Jean-Marie Cauchies est sans conteste l’histoire des institutions. En 1992, celui-ci fondait, avec Gilbert Hanard (professeur émérite de droit romain de l’Université Saint-Louis – Bruxelles), le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI) à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (alors Facultés universitaires Saint-Louis), qu’il codirigea jusqu’en 2012. Ainsi, Jean-Marie Cauchies contribua-t-il à fédérer, dans son Alma Mater, mais également à l’extérieur, un champ de recherche en plein renouvellement. Très loin de concevoir l’histoire des institutions comme l’analyse de structures figées et désincarnées, le professeur n’a au contraire eu de cesse, à l’instar de l’ogre historien de Marc Bloch[1], traquer la chair humaine à l’œuvre dans les administrations.

Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les institutions (4/5)

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : la législation (3/5)

Jean-Marie Cauchies is back ! Ou du moins le compte rendu de notre entretien avec lui… Après avoir poser les bases de son parcours et être remonté jusqu’aux « origines » de l’homme, place aujourd’hui à un autre pan majeur de la vie de Jean-Marie Cauchies : la législation.

Pour résumer succinctement, on peut affirmer sans problème que la législation, c’est le PROJEEEET de Jean-Marie Cauchies. Sans recourir à une quelconque poudre de perlimpinpin, notre jubilaire a contribué et contribue encore à dévoiler les pleins et les déliés du fait législatif pour la fin du moyen âge et le début des temps modernes. Outre une thèse de doctorat consacrée à la législation des ducs de Bourgogne des premiers Habsbourg dans le comté de Hainaut (1427-1506) – elle fut publiée aux Presses de l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles -, Jean-Marie Cauchies est l’auteur d’un nombre phénoménal d’articles consacré à ce phénomène.

Comme on va le découvrir dans cette partie de notre entretien, étudier le « fait législatif » ne signifie en rien se limiter à analyser le contenu des textes pour eux-mêmes. Il s’agit toujours de replacer la prise de décision dans son contexte d’élaboration afin de déceler les jeux d’influence, les inflexions prises ou encore les inspirations puisées çà et là dans le droit coutumier, par exemple. On est très loin d’une histoire du droit et des institutions désincarnée. Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : la législation (3/5)

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les origines (1/5)

Cette année académique 2016-2017 est assurément une des plus animées qu’ait connue la communauté universitaire de l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Entre négociations de fusion avec l’Université catholique de Louvain et multiples soutenances de thèses, l’agenda était des plus chargés. Au milieu de cette activité débordante et souvent très prenante, une autre nouvelle a marqué l’Université et notamment le département d’histoire : après 40 ans de bons et loyaux services, le professeur Jean-Marie Cauchies prend sa retraite.

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas (encore) Jean-Marie Cauchies, voici une bio méga express afin de (re)mettre les pendules à l’heure.

Façade de l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles (© Nicolas Simon)

Jean-Marie Cauchies, c’est un historien du droit et des institutions. Spécialiste de la législation et de la période bourguignonne, il a connu un parcours professionnel des plus singuliers. Docteur en histoire en 1977, il entre directement à Saint-Louis pour gravir successivement les échelons passant de suppléant (1977) à professeur ordinaire (1992). En 2012, il avait décidé de prendre un peu d’avance en devenant professeur émérite invité à l’âge de 60.  Cinq plus tard, le voilà rattrapé par la limite d’âge et obligé de faire ses adieux en donnant, une dernière fois, son cours fétiche : « Histoire de Belgique » (un lundi, 3h d’affilée de 9h à 12h !!!). En novembre dernier, le jour de son anniversaire, il était déjà fêté à l’Université Saint-Louis en présence de nombreux collègues et amis. Au cours de cette séance lui ont été remis deux des trois volumes de Mélanges préparés en son honneur. Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les origines (1/5)

Un livre dangereux : Dimitri Casali, « La longue montée de l’ignorance »

Écoeuré, je suis écoeuré. Un peu comme Claudy Focant, j’ai l’impression de m’être fait carjacker intellectuellement. J’ai essayé de lire le livre Dimitri Casali, mais je n’ai rien pu faire. J’ai tâché de lire plusieurs pages (au départ j’envisageais même de lire plusieurs chapitres), mais je suis devenu fou. Là, je suis encore prostr… frustr… je ne sais même plus comment il faut l’écrire.

Les encouragements bienvenus de Quentin  : Askip t’es plus un simple étudiant, mais un vrai historien… Alors culture-toi un peu, merde ! (signé) Quentin

J’ai aussi un peu hésité avant de rédiger ce billet. De manière générale, il y a deux solutions dès lors qu’il est question d’un mauvais bouquin. Soit ne pas en parler pour uniquement se focaliser sur ceux que l’on apprécie. Soit aborder les mauvais livres s’ils contiennent en eux un potentiel élevé de nuisance intellectuelle. Le livre en question s’inscrit pleinement dans la seconde catégorie. On pourrait éventuellement considérer qu’il faudrait passer son chemin et ne rien dire à propos du dernier livre de Dimitri Casali. Toutefois, cet ouvrage est dangereux. Et partant, son auteur l’est tout autant. Continuer la lecture de Un livre dangereux : Dimitri Casali, « La longue montée de l’ignorance »

De Saint-Boniface à Saint-Louis : la carrière à rebondissements de Mgr. Aloïs Simon (1897-1964)

Introduction

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut que je précise deux-trois choses pour que ce billet prenne tout son sens.

Avant d’entamer des études d’histoire à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (dénommée à l’époque Facultés universitaires Saint-Louis), j’ai effectué mes humanités dans un collège bruxellois situé au coeur de la commune d’Ixelles : l’Institut Saint-Boniface – Parnasse. Il se trouve que Saint-Boniface fête cette année scolaire-ci son 150e anniversaire. A cette occasion, une exposition est organisée en mai prochain (vernissage le 20 mai, c’est ouvert à toutes et tous…) en vue de présenter l’histoire du collège par le prisme d’ancien(ne)s qui y ont fait leurs études (ou qui y ont travaillé). Le choix s’est porté sur des ancien(ne)s qui ont acquis une certaine notoriété dans leur discipline. La liste est, je dois dire, un peu impressionnante et on est loin de s’en rendre compte quand on débarque là en première année du secondaire. Ont ainsi usé leurs culottes sur les bancs des Saint-Boniface des gens comme Hergé (Tintin), Franquin (Gaston Lagaffe), Pierre Laroche (comédien, co-fondateur de l’Institut des arts de diffusion (IAD)), Jean Capart (égyptologue), Roger Aubert (historien et homme d’Eglise), Jean-Pascal van Ypersele (climatologue, GIEC) ou encore François Weyergans (écrivain, Académie française).

Entrée de Saint-Boniface par l’allée de la rue du Conseil, 1930 (Fonds Saint-Boniface, phototèque)

Dans le cadre de l’exposition, j’ai dû mener quelques recherches et notamment sur un des anciens professeurs du collège, Mgr. Aloïs Simon (1897-1964). Figure particulière s’il en est, Aloïs Simon a été professeur puis directeur à Saint-Boniface. Nommé à la tête de l’établissement en 1932, il est resté dix ans au poste de directeur. En plein milieu de la Seconde Guerre mondiale, sa carrière a alors connu un tournant étonnant puisqu’il est devenu professeur à la Faculté Saint-Louis (nom à l’époque), soit l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles. Continuer la lecture de De Saint-Boniface à Saint-Louis : la carrière à rebondissements de Mgr. Aloïs Simon (1897-1964)

Droit au but : Bram De Ridder

Le dernier portrait de chercheur sur ParenThèses remontait à février 2016… Depuis lors, énormément de choses se sont passées. Non seulement pour nous, mais aussi pour celui qui a accepté de se prêter au jeu de l’interview dans ce nouvel épisode de « Droit au but ». 

Aujourd’hui nous vous invitons à partir à la rencontre de Bram De Ridder. Bram est docteur en histoire depuis quelques mois. En novembre 2016, il soutenait sa thèse à la KULeuven et deux jours plus tard, il donnait déjà une communication à un colloque qu’organisait sa directrice de thèse, Violet Soen ! Auteur d’une thèse sur la formation de la frontière entre les Pays-Bas espagnols (catholiques) et les Provinces-Unies (calvinistes) durant la première moitié du 17e siècle, Bram est un des tenants de la transregional history. Il précise d’ailleurs, au cours de cet interview, ce que cette approche signifie.

Bram est jusqu’à la fin de l’été 2017 aux Etats-Unis pour un séjour de recherche à Harvard. Il y travaille sous la conduite de Tamar Herzog (membre du jury de thèse de Bram), bien connue pour ses travaux relatifs à l’Amérique latine au cours de la période moderne. En pleine présidence Trump où la question des frontières a occupé une place centrale durant la campagne présidentielle, Bram vit assurément une expérience particulière… Continuer la lecture de Droit au but : Bram De Ridder

Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (1/2)

Le jour où j’aurais dû rencontrer Lorànt Deutsch 

Ce billet aurait réellement pu s’intituler « Le jour où j’aurais dû rencontrer Lorànt Deutsch ». Tout a commencé le vendredi 7 octobre lorsque j’apprends (grand merci à Sophie !) que Stéphane Bern et Lorànt Deutsch seront les invités d’honneur d’un salon du livre d’histoire à Bruxelles (19-20 novembre). C’était cinq jours avant le billet paru sur le blog Aggiornamento concernant la venue de Lorànt Deutsch à Trappes… A la suite du tollé provoqué par ce billet et les réactions tous azimuts, je me suis dit que ça valait la peine d’investiguer sur ce salon du livre de l’histoire bruxellois qui invitait les deux porte-drapeaux de l’histoire de France. Le badbuzz autour de Trappes s’amplifiait et bientôt c’était au tour du supposé compte Twitter de Deutsch d’occuper le devant de la scène médiatique. L’enquête promettait d’être grandiose et excitante… il a fallu quelque peu déchanter. But more on that later. En découvrant la venue de Bern, Deutsch & co. à Bruxelles, j’ai aussi découvert le « Club de l’histoire » et son principal protagoniste. L’ensemble me paraissait un peu bancal, si bien que j’ai mené ma petite enquête. Voici les premiers résultats. Un second billet suivra vendredi… Continuer la lecture de Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (1/2)

Le Conseil d’Etat et la vacance du pouvoir dans les Pays-Bas espagnols (1595)

Le décès d’un souverain ou de son représentant dans un territoire dépendant de la Couronne pose de nombreux problèmes pratiques auxquels il convient d’apporter immédiatement des solutions. Le cas que je vais traiter dans ce billet entend apporter un éclairage à ce genre de situation délicate pour toute monarchie. Afin de rester fidèle à la même crèmerie, j’aborderais les Pays-Bas espagnols à la fin du 16e siècle. On ne change pas une équipe qui gagne…

Tout d’abord, quelques remarques préliminaires au cas où vous ne seriez pas (encore) familiarisés avec Philippe II d’Espagne (1527-1598), ses représentants dans les Pays-Bas espagnols – ces territoires que l’on avait coutume d’appeler les 17 Provinces depuis Charles Quint, mais qui ne furent 17 que très brièvement… – et les multiples péripéties de la fin du 16e siècle, qu’elles soient économiques, politiques ou sociales. Continuer la lecture de Le Conseil d’Etat et la vacance du pouvoir dans les Pays-Bas espagnols (1595)

La grâce au cœur des conflits de normativités

Mata, que el rey perdona.

Tue, que le roi pardonne.

Proverbe castillan cité par Rudy Chaullet, Crimes, rixes et bruits d’épées. Homicides pardonnés en Castille au Siècle d’or, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2008, p. 34.

Ce billet est la suite d’un texte précédent dans lequel je présentais sur ce carnet les grandes lignes de l’évolution historique du droit de pardonner au Moyen Âge, thématique fort joyeuse que j’étudie dans le cadre de ma thèse de doctorat.

L’affaire a été largement médiatisée. Le 31 janvier 2016, François Hollande accordait la grâce présidentielle à Jacqueline Sauvage, condamnée en appel le 3 décembre 2015 à dix ans de prison pour avoir tué son mari de trois coups de fusil dans le dos. Sauf que depuis des années, la victime frappait sa femme et abusait d’elle, raison pour laquelle la décision de la justice a fait l’objet de très vives critiques. Le 29 janvier dernier, le président de la République recevait les filles et les avocates de Jacqueline Sauvage pour entendre leur demande de grâce. Quelques jours plus tard, il accordait la grâce à la condamnée, lui permettant d’échapper à sa peine.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer dans mon mon billet précédent sur le sujet, le mécanisme par lequel le chef de l’État peut accorder une remise de peine (voire un pardon complet) à un justiciable ne date pas d’hier. À la fin du Moyen Âge, les souverains français, anglais ou castillans accordaient des « lettres de rémission » ou des « lettres de pardon » à la suite d’une supplique introduite par l’infracteur auprès de leur conseil royal. Certains princes particulièrement puissants, tel le duc de Bourgogne, faisaient de même dans leurs principautés. La lettre permettait au bénéficiaire d’ainsi échapper à la justice (contrairement à aujourd’hui, une grâce pouvait être accordée antérieurement à une condamnation, voire même en l’absence de poursuites judiciaires). Les raisons qui justifiaient qu’un monarque médiéval accorde sa grâce étaient multiples : démonstration de pouvoir, arrangement politique, mais aussi volonté de faire du pardon royal/princier un « correctif » de la justice.

Continuer la lecture de La grâce au cœur des conflits de normativités

Droit au but : Frederik Dhondt

Cela faisait un peu plus d’un an que nous n’avions plus proposer d’interview de chercheurs/chercheuses en histoire du droit et des institutions sur le carnet… Mais attendez un peu de voir avec quoi, ou plutôt avec qui on vous revient ! 

© Maite Morren
© Maite Morren

Nous vous invitons à entrer, cette fois-ci, dans le monde de la diplomatie et du droit international du 18e siècle grâce à Frederik Dhondt. Frederik est l’auteur de deux ouvrages publiés chez Brill et dans la collection de l’association Standen & Landen – Anciens Pays et Assemblées d’Etats. Excusez du peu… Chercheur à la pensée virevoltante – on sait de quoi on parle puisqu’on a eu l’occasion de l’observer in vivo si on peut dire – et qui témoigne d’une maîtrise, l’interview prouvera que Frederik effectue également une réflexion approfondie à propos du métier d’historien du droit, de l’interdisciplinarité (quand on est également juriste, ça aide évidemment) ou du doctorat. Si on voulait recourir à une métaphore sportive on pourrait dire que Frederik a l’air d’avoir un troisième poumon tant il paraît actif. Publications, participations à des colloques, implications dans des associations et centres de recherche, engagement politique, présence dans les médias sociaux : tout y passe. Pour autant, Frederik reste conscient qu’il faut pouvoir « déconnecter » de temps en temps, au risque sinon de ne pouvoir soutenir le rythme. 

On se réjouit de pouvoir compter Frederik parmi les chercheurs interviewés sur ParenThèses. On espère ne pas être les seuls… Continuer la lecture de Droit au but : Frederik Dhondt

Démocratie, élections, tirage au sort : le trio impossible ?

Ce n’est pas parce qu’on étudie les 15e, 16e ou 17e siècles qu’on ne peut pas, de temps en temps, aller lire des choses sur des périodes a priori aux antipodes les unes des autres : l’antiquité et le temps présent. Le chercheur est aussi un être humain ancré dans son époque et, à ce titre, est traversé par les tourments et les potentielles joies que celle-ci aura à lui offrir…

actie G1000_1_copyright Stefan Vanfleteren
© Stefan Vanfleteren

En octobre 2015, l’Université Saint-Louis – Bruxelles avait décidé d’octroyer le titre de docteur honoris causa à David Van Reybrouck en raison de son implication pour repenser la démocratie au 21e siècle. Ce sera mon point de départ en mode « le glamour académique c’est tendance ». Avant tout connu du grand public pour son essai Congo. Une histoire (prix Médicis de l’essai 2012), David Van Reybrouck est également à la base d’une réflexion sur la démocratie contemporaine et l’initiateur du G1000. Avec cette initiative, Van Reybrouck souhaitait ré-enchanter la politique belge en donnant la parole à des citoyens lambda et non des hommes politiques professionnels. En 2013, il a couché sur le papier son constat et ses idées pour remédier au problème de la démocratie du 21e siècle. Le résultat en fut l’ouvrage au titre volontairement provocateur Contre les élections. L’auteur y dresse un portrait au vitriol de la démocratie élective représentative ! Son livre est rythmé par quatre temps : les symptômes, les diagnostics, la pathogenèse et les remèdes. Continuer la lecture de Démocratie, élections, tirage au sort : le trio impossible ?

Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

Lecture de l’ouvrage : FEDERINOV Bertrand, DOCQUIER Gilles et CAUCHIES Jean-Marie (dir.), A l’aune de Nos Gloires. Édifier, narrer et embellir par l’image. Actes du colloque tenu au Musée royal de Mariemont les 9 et 10 novembre 2012, Morlanwelz-Bruxelles, Musée royal de Mariemont-Presses de l’Université Saint-Louis – Bruxelles, 2015 (Monographies du Musée royal de Mariemont 20 ; Cahiers du CRHiDI hors-série).

Couverture "A l'aune de Nos Gloires"
Couverture « A l’aune de Nos Gloires »

Apprendre l’histoire après avoir fait ses courses

Qui n’a jamais rêvé de maîtriser l’histoire de son pays sur le bout des doigts ? Qui n’a jamais aspiré, en Belgique, à s’imaginer en Godefroid de Bouillon, en Philippe le Bon ou en Charles Quint ? Il est des icônes historiques dont l’existence a tellement été magnifiée voire même mythifiée, que l’imaginaire collectif en est pétri jusqu’à plus soif. Nos Gloires font ainsi partie de ces publications qui ont contribué au façonnement d’une vision historique singulière du roman national belge. Publiés entre 1949 et 1960, les volumes Nos Gloires ne sont pas une entreprise éditoriale comme les autres. Constituées de six volumes totalisant plus de 500 images, Nos Gloires étaient prioritairement orientées vers un public jeune et adolescent qui devait collectionner les points sur les paquets de produits de consommation afin de les échanger contre des images. Ces images numérotées devaient ensuite être placées dans les albums ad hoc. Chaque image disposait de sa notice explicative permettant de comprendre brièvement l’événement ou le personnage historique représentés. Nos Gloires représentent une aventure éditoriale particulière, et à ce titre il semblait pertinent de s’attarder quelques instants sur la vision historique distillée à la jeunesse belge durant l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale. Ce billet s’imposait d’ailleurs presque de lui-même dans la mesure où les actes d’un colloque co-organisé par l’Université Saint-Louis – Bruxelles et le Musée Royal de Mariemont en 2012 sont parus il y a à peine quelques mois. Si tout historien doit être quelque peu enclin à analyser le contexte de production dans lequel il évolue, il est également bon qu’il se tourne vers ceux qui l’ont précédé et qui peuvent (éventuellement) influencer sa pratique. Ce billet n’a donc d’autre prétention que de rendre compte des résultats issus du colloque organisé à Mariemont il y a maintenant trois ans tout en se focalisant sur les périodes médiévale et moderne. On ne va tout de même pas tourner casaque pour l’histoire antique ou contemporaine… Continuer la lecture de Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

Les modes alitées du langage historien

Parce que les modalités du langage historien s’apparentent parfois à des modes alitées, il faut parfois se mettre au chevet de celles-ci…

Du régime d’écriture en histoire

On a abordé à plusieurs reprises sur ParenThèses des sujets liés au travail d’écriture dans cet univers impitoyable qu’est le monde académique, parfois plus particulièrement en histoire et on a même poussé le vice à traiter de l’humour dans les publications scientifiques. Il était dès lors indispensable de s’arrêter un instant pour discuter de l’ouvrage « L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales » (Paris, Seuil, 2014) publié par Ivan Jablonka. J’avais d’ailleurs promis, en février dernier, un billet sur cet ouvrage en précisant que j’espérais le publier dans un « délai raisonnable ». Bon, ben, voilà quoi… Avant d’entamer une discussion sur l’ouvrage d’Ivan Jablonka, il me faut toutefois aborder celui qui lui a valu le prix du livre d’histoire du Sénat en 2012. So, to history and beyond ! Continuer la lecture de Les modes alitées du langage historien

Le pouvoir de la dette

Mais quel été ! Quel été, mes amis ! J’avais à peine eu le temps de mettre de l’ordre dans mes dossiers étiquetés « Articles de thèse que je ne lirai jamais », j’étais encore en train de suffoquer comme un beau diable en raison de la canicule arrivée fin juin du Sahara, je me préparais gentiment à dresser la liste du planning de travail estival, bref j’étais bien tranquille dans mon coin quand l’UE a décidé de rejouer sa propre version de Rencontre du troisième type avec le Grexit. Cet ectoplasme politico-économico-monétaire était un peu comme l’invité d’une soirée où on espère qu’il ne viendra pas. C’est au moment où on se dit que la soirée va bien se passer… que ledit invité sonne à la porte. Continuer la lecture de Le pouvoir de la dette

Les fondements historiques du pardon judiciaire

— Yves ? C’est moi, George. T’inquiète pas, je ne te ferai rien. Je suis venu pour faire la paix, pas dans un esprit de vengeance. Je sais que c’est toi qui as essayé de m’assassiner. Je sais aussi que tu t’es jamais remis de l’histoire de Christelle. Mais c’est du passé. Tournons-nous plutôt vers l’avenir. Ce que je veux c’est que tu t’excuses gentiment.

— Ouais, je m’excuse.

— Excuse-toi mieux que ça.

— Ben, euh, pardon, euh, je te prie de m’excuser…

— « Pardon mon doux seigneur ».

— … pardon mon doux seigneur.

George Abitbol et Yves, La classe américaine

En droit, la grâce désigne l’action de « soustraire en tout ou en partie un condamné à l’exécution de sa peine »1. Elle peut adopter des formes extrêmement variées, allant de la remise de peine (la réduction de la peine encourue d’un condamné sous un certain nombre de conditions) jusqu’à l’amnistie (l’effacement pur et simple du crime). Dans des pays comme la Belgique ou la France, c’est le chef de l’État (le roi ou le président) qui dispose en premier du droit de grâce, là où en Suisse par exemple, il s’agit d’une compétence du Parlement.

Continuer la lecture de Les fondements historiques du pardon judiciaire

  1. Jean-Christophe le Coustumer, La grâce, dans La clémence saisie par le droit, Paris, Société de Législation comparée, 2007, p. 244 []