Archives par mot-clé : Introduction

Quand The Wire était contée… Attention à ne pas mélanger les fils

Oui, oui, je sais. Étudier les séries télévisées, c’est pas sérieux. Il faut garder les yeux rivés sur les ordonnances des 16e et 17e siècles, se tuer les yeux à déchiffrer l’écriture « pattes de mouche » d’un obscur secrétaire et connaître le nom de toutes les personnes travaillant à l’accueil des Archives générales du Royaume. Bon, ça c’est la théorie (vous savez, les choses qu’on raconte à son directeur de thèse pour faire croire qu’on bosse sur des trucs sérieux)… après on se cogne à la réalité et c’est (parfois) autrement plus sexy. Continuer la lecture de Quand The Wire était contée… Attention à ne pas mélanger les fils

You’re in search of Justice? Look at the screen!

« Imaginer une histoire médiévale sans incendie, c’est comme imaginer un film de guerre dans le Pacifique sans avion de chasse qui tombe en piqué »1

« – A witch! A witch! We have found a witch. May we burn her? – How do you know she is a witch? – She looks like one »2

Depuis les premières décennies du vingtième siècle, justice et cinéma ont toujours fait bon ménage, notamment aux États-Unis, où les films de procès (dits trial films ou court dramas), sont légions. A ceux-ci doit-on encore ajouter la pléthore de séries télévisées qui, de Perry Mason à Suits, en passant par Ally MacBeal, ont largement contribué à faire connaître au public européen les grands traits de la common law et de la justice américaine, au point de parfois provoquer quelques confusions chez le téléspectateur des pays de civil law.

Continuer la lecture de You’re in search of Justice? Look at the screen!

  1. Umberto Eco, Apostille au Nom de la Rose, Alfabeta, 1983, trad. fr., Grasset, 1985, p. 36, cité par Pierre Petrou, L’enfance sauvage de la justice : L’imaginaire du crime médiéval dans le cinéma de fiction, dans Criminocorpus [En ligne], Crimes et criminels au cinéma, 1. Thèmes et figures, mis en ligne le 01 janvier 2007 []
  2. Monthy Python and the Holy Grail, 1975 []

Séries junkie : pouvoir, politique et institutions

Entamer un doctorat, c’est bien. Le terminer c’est mieux. Entre l’inscription en thèse et sa soutenance, le temps passe sans doute trop vite pour que l’on ait l’occasion d’envisager d’autres thématiques et champs d’intérêt. On risque bien souvent de s’enfermer dans une hyperspécialisation qui, bien que bénéfique en certains points, reste problématique quant à l’ouverture d’esprit qu’il est de nos jours parfois nécessaire d’avoir. Comme Quentin et moi l’avons annoncé dans le billet de présentation du carnet, nous avons pensé dès le départ rédiger des billets consacrés au cinéma ainsi qu’aux séries télévisées. À condition, bien entendu, que les œuvres envisagées aient un rapport avec le droit, les institutions, la justice ou, rêvons, la législation. Quitte à découvrir d’autres contrées, faisons tout de même attention à ne pas s’aventurer dans des domaines totalement étrangers.

L’heure des séries a ainsi sonné…

Continuer la lecture de Séries junkie : pouvoir, politique et institutions

Dites, j’ai oublié à quoi servait ma thèse. C’est grave, Docteur ?

Alors que sur ma timeline Facebook s’amoncellent les photos d’annonces de fiançailles, de mariages et d’heureux événements, je reste assis à lire l’article de Romain Descendre (ENS Lyon) relatif à la censure dans les discours sur la raison d’État à la fin du 16e siècle ou celui de Jelle Haemers (KU Leuven) interrogeant l’intérêt du concept bourdieusien de « capital social » dans les études historiques… Bref, de quoi m’amener à une profonde introspection dans un état quasi neurasthénique.

Je crois qu’il faut tout reprendre depuis le début.

Continuer la lecture de Dites, j’ai oublié à quoi servait ma thèse. C’est grave, Docteur ?

Quoi, t’es médiéviste et tu travailles même pas sur les chevaliers ?

Il arrive parfois à Nicolas d’exprimer des doutes sur le bien-fondé de ses recherches. Personnellement, je ne vois pas de quoi il se plaint. Lui, au moins, est moderniste. Mais, avant Charles Quint, il s’est passé quelque chose dans nos régions ? C’était la zone, par chez nous (la preuve : ça ne s’appelait même pas la Belgique). Alors, franchement, quel est l’intérêt d’étudier le moyen âge lorsque l’on est belge ? Faire joujou avec les chevaliers et les châteaux forts ? Soyons sérieux, je ferai mieux de m’acheter l’intégrale des Rois Maudits et regarder la dernière saison de Game of Thrones pour avoir ma dose de médiéval, puis revenir à des trucs plus sérieux. Trouver un vrai boulot, par exemple.

Continuer la lecture de Quoi, t’es médiéviste et tu travailles même pas sur les chevaliers ?

Présentation enchâssée-croisée

Dans le billet précédent, nous présentions les grandes lignes du contenu futur de ParenThèses. Un texte certes un peu aride, mais indispensable pour saisir les objectifs de ce carnet. Nous avons la faiblesse de croire qu’il peut également être intéressant pour les lecteurs de ParenThèses d’en apprendre un peu sur ses auteurs. Pour cependant éviter de céder à l’auto-description laudative et égocentrique, nous avons préféré réaliser une présentation croisée, où l’un parlerait de l’autre, à tour de rôle.

Continuer la lecture de Présentation enchâssée-croisée

Nous sommes historiens… On joue à Tétris mais avec des dates

Au départ, il y avait une idée toute simple.  Deux jeunes doctorants en histoire, partageant les mêmes centres d’intérêts, nourrissaient également une vision similaire du chercheur : celle, non pas, de l’ermite érudit reclus dans sa grotte, mais au contraire celle du savant partageant ses réflexions et ses recherches, rendant compte des lectures et des rencontres qui le guident. La diffusion du savoir, de même qu’une activité de veille scientifique, nous paraissaient des responsabilités importantes allant de pair avec la recherche doctorale, d’autant que nous avions la chance que les nôtres soient financées par un organisme public (le Fonds National de la Recherche de Belgique, ou FNRS). Pour pouvoir réaliser cette vision sans risquer de construire un bric-à-brac intellectuel illisible, le format du carnet de recherches s’est finalement imposé presque de lui-même. De même que son titre : ParenThèses. Pourquoi ? Parce que, tout d’abord, nous concevons la tenue de ce carnet comme un plaisir, une pause, une… parenthèse dans nos vies de doctorants ! ParenThèses, également, car si les thèses que nous menons tous deux portent sur des objets d’études différents, elles n’en sont pas moins parentes, en raison de leurs thématiques et leurs chronologies proches. En bons esprits réflexifs, commençons peut-être par détailler ce que ce carnet ne sera pas. Définir par la négative, c’est déjà parcourir un bout du chemin, non ?

Qu’on n’attende pas de ce carnet qu’y soient publiés des billets prompts à agiter la twitto-blogosphère. Il n’est pas dans nos natures de faire de grandes déclarations fracassantes, pas plus que des attaques ad hominem. En réalité, l’idée initiale est avant tout de rendre compte d’une pensée (ou même deux) en train de se développer, par petits blocs qui s’emboîtent, un peu comme une tour de Lego ! Nous souhaitons d’abord présenter les penseurs, auteurs, chercheurs qui nous importent, qui nous marquent, qui nous influencent, sans bien sûr nous départir de l’esprit critique caractéristique de notre formation d’historiens. Ce carnet doit également être un espace pour formuler nos hypothèses, exprimer nos doutes et, pourquoi pas, nos quelques certitudes. Bref, tout ce qui nous a permis et nous permet encore, aujourd’hui, d’appréhender nos recherches au moyen de bases solides. De même, les textes postés seront de divers registres : du billet théorico-méthodologique à un autre davantage centré sur un ouvrage, récent ou non, la focale pourra varier. Pour autant, l’attention sera toujours de proposer un contenu équilibré sans l’obscurcir derrière un vocabulaire abscons1. Au contraire, l’avantage du carnet de recherches est qu’il permet un style d’écriture souple qui, sans être dépourvu de toute rigueur, n’en reste pas moins plus léger qu’une publication scientifique traditionnelle, tout en laissant une petite place à l’humour.

Ce dont il sera d’abord question dans ParenThèses, c’est bien d’histoire. Et plus particulièrement : l’histoire du droit et des institutions. On en voit déjà au fond de la salle qui se lèvent et se dirigent discrètement vers la sortie, mais attendez ! Oui, l’histoire du droit et des institutions est un sujet en apparence aride. Et oui, ce n’est sans doute pas la première voie vers laquelle tout étudiant en histoire entend se diriger (nul n’est parfait). Ce sera à nous de démonter ces préjugés et démontrer à quel point ce champ de recherche peut être passionnant, vivant et même, osons le terme, amusant. Certes, le but premier de ce carnet n’est pas de nous transformer en fondamentalistes de l’histoire juridique et institutionnelle, ni même de faire du prosélytisme. Mais si en cours de route nous pouvions convaincre quelques indécis… comment pourrions-nous résister ?

Nous opterons également pour une interprétation extensive des deux termes que sont « droit » et « institution ». Il est important de remarquer qu’au contraire du modèle académique français, il n’y a pas, en Belgique, de cloisonnement fort entre histoire et histoire du droit ; la plupart des chercheurs en histoire du droit sont historiens (comme nous) ou juristes-historiens, mais il n’y pas, ou peu, cette concurrence et cette opposition méthodologique entre les Facultés de Droit et les Facultés de Lettres. Il en résulte que la conception que l’on défendra ici de l’histoire du droit et des institutions sera à la fois souple et large, puisqu’il sera question dans ce carnet non seulement de législation, mais également de justice, voire même d’autres structures (proto)étatiques telles que le monde militaire ! Nous y reviendrons dans un prochain billet, mais disons simplement ici que nos sujets de recherches respectifs portent, pour l’un, sur le droit de grâce en Europe occidentale au 15e siècle et, pour l’autre, sur la prise de décision au niveau législatif à la fin du 16e siècle2.

Tant que faire se peut, nous veillerons encore à ne pas rester confinés indéfiniment dans une zone de confort intellectuel dans le but d’éviter que nos paroles/écrits se muent en creux verbiages (un peu comme ce trop long billet, diront les esprits chagrins). Au-delà de la ligne d’horizon de notre Alma Mater disciplinaire, nous veillerons à ce que Clio soit avantageusement accompagnée, tantôt par la sociologie, tantôt par les sciences politiques, l’anthropologie ou encore la philosophie. Amateurs de cinéma à nos heures perdues – entre deux passages en dépôt d’archives naturellement – il n’est pas impensable qu’ici où là une contribution relative à ce mode d’expression soit publiée. C’est que le cinéma et, ces dernières années, les séries télévisées ont fourni des œuvres intéressantes concernant le rapport au pouvoir, à la justice et aux institutions en général. Parce qu’un fondu enchaîné ou un zoom compensé peuvent parfois exprimer autant de tensions et de rebondissements qu’une note marginale au creux d’une lettre de rémission ou d’un projet d’ordonnance, on s’autorisera à nourrir de façon rafraîchissante, pensons-nous, nos réflexions.

En clair, il faudra être alertes et conscients de nos limites. N’oublions pas que nous avons des thèses respectives à rédiger. Elles ne le seront pas en un jour ni même en une nuit… quoique.

N.B : En guise d’hommage nous remercions intellectuellement Loïc Prigent qui, par sa nuée de tweets, a fourni l’inspiration pour le titre de ce premier billet.

Crédit photographique : Donnie Nunley, Station Master’s Office.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Nous sommes historiens… On joue à Tétris mais avec des dates", in ParenThèses, publié le 15/09/2014, URL: https://parenthese.hypotheses.org/44 (consulté le 22/08/2017).
  1. Soit tout le contraire de ce paragraphe… []
  2. Quand on vous disait qu’on sait s’amuser… []