Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

L’été, dans le monde académique, c’est un peu l’équivalent d’un poulpe échoué sur une plage : avec un peu de chance, en s’approchant suffisamment près, on verra peut-être le truc frémir un peu, mais il ne faut pas trop compter là-dessus. Pour les doctorants libérés, délivrés (#reinedesneiges) – provisoirement – de toute charge d’encadrement d’étudiants, c’est généralement le moment privilégié pour partir en vacances, et parfois aussi donner un petit coup de boost à leurs recherches et finir de rédiger les articles (qu’ils rendront bien entendu en retard). ParenThèses était peut-être en vacances (enfin, pas tout à fait), mais on n’a pourtant pas échappé à la micro-polémique qui a agité, le temps d’écrire une note de bas de page d’un chapitre, le petit monde virtuel des chercheurs. Le poulpe du doctorat a donc tressailli…1. Comme on est sympa, on s’est dit que cette affaire ferait un bon sujet de rentrée sur le carnet. C’est glamour, il y a un peu de controverse et il y est après tout question de doctorant et d’histoire. Bref, les ingrédients d’une rentrée réussie…

Good morning Vietnam !

15332736605_0239720aad_k
Spirale et aspiration identitaires ou une régression à l’infini

Lorànt Deutsch est une figure bien connue du paysage artistique et médiatique français. Comédien et acteur émérite, il est aussi écrivain et auteur d’ouvrages d’histoire controversés tels que Métronome ou Hexagone. Controversés car dénoncés par les historiens comme ayant une vision particulièrement orientée de l’histoire contribuant largement à perpétuer le mythe du « roman national » français qui connait depuis quelques années un certain retour en grâce2. Pour faire court, on peut définir le roman national comme une interprétation mythifiée et romancée de l’histoire. Le roman national n’a d’autre but que d’encenser la gloire de la France et de perpétuer l’idée d’une nation éternelle, de l’essentialiser en quelque sorte. Le concept de roman national est donc systématiquement dénoncé par les historiens comme une vision téléologique de l’histoire (c’est-à-dire finaliste et écrite d’avance, à l’instar du destin), au détriment d’une approche scientifique qui tend à analyser froidement, le plus objectivement possible, les sources du passé. Considérée comme une figure de proue du renouveau du roman national, l’œuvre de Lorànt Deutsch a fait l’objet d’une critique détaillée dans Les nouveaux historiens de garde, publié par William Blanc, Aurore Chéry et Christophe Naudin, qui tiennent par ailleurs un site internet sur le sujet.

Plus que la polémique elle-même (qui témoigne une fois de plus de la profonde division entre les mondes médiatique et universitaire français, pour ne pas dire parisien), ce qui nous intéressera ici, ce sont les mots prononcés par Lorànt Deutsch le 17 août 2015 au micro de Daniel Morin, en tant qu’invité de l’émission de France-Inter À rebrousse-poil. Interrogé par le journaliste à propos de cette controverse, l’auteur de Métronome se montre plutôt bon enfant et se moque gentiment de ses critiques (les trois auteurs des Nouveaux historiens de garde, et particulièrement William Blanc, qu’il ne nomme pas) :

Daniel Morin : Alors justement vous parlez de l’histoire, on sait que cela vous enflamme, que cela vous passionne, et il y a trois historiens qui vous ont dans le nez et qui en veulent aussi à Stéphane Bern, parce que vous rendez l’histoire un peu trop accessible et on vous a traité de « créationniste historique ».

Lorànt Deutsch : Oui, oui, c’est ça. J’ai entendu ce mot-là.

Daniel Morin : Mais pourquoi, c’est de la jalousie ?

Lorànt Deutsch : Vous savez le problème c’est que… déjà ces trois historiens sont des étudiants, ils ne sont pas encore historiens, ils font des études d’histoire, ils sont en train d’en finir. Mais là, celui qui m’attaque, il n’a toujours pas passé sa thèse (rires). Donc, arrête de t’attaquer à moi, finis tes études, et puis après on pourra discuter !


(A écouter sans modération à partir de la 28e minute)

Horreur et damnation! Les mots de Deutsch, une fois prononcés, ont immédiatement fait l’objet d’un relai outré auprès d’un site bien connu des doctorants qui aiment s’adonner à la procrastination :

L’indignation s’est naturellement prolongée sur les réseaux sociaux. Soyons clair, cependant : on parle réellement ici d’un épiphénomène estival, d’un non-événement en guise de pré-apéro avant le pastis aoûtien qui a provoqué deux-trois vaguelettes et quelques discussions indignées au sein d’un cercle d’individus relativement restreint (le monde des doctorants francophones). Malgré le caractère très anecdotique de cette « affaire », le fait que la courte phrase de Lorànt Deutsch ait suscité plusieurs réactions mérite ici d’être souligné, car il soulève finalement la question suivante : quel est, dans le monde académique, le statut du doctorant, et quelle légitimité publique celui-ci peut-il en tirer ?

Über den Prozeß der Doktorisation 

(N.B. : Über ne signifie pas ici « uberisation »… on préfère se prémunir contre les attaques et éventuels trolls de taximen en commentaire de ce billet)

Une petite anecdote personnelle : la première fois que l’un de nous (Q. V., en l’occurrence), s’est rendu à un colloque en France (car oui… pour rappel, nous sommes… Belges), il a été relativement surpris de constater que les professeurs d’université désignaient parfois l’ensemble des doctorants participant aux conférences sous le nom d’ « étudiants ». C’est qu’en Belgique, la chose est particulièrement rare, sans doute à cause du degré élevé de professionnalisation des doctorants belges (peu font leur recherche sur fonds propres, comme on en parle ici et ici). Pourtant, à l’instar de n’importe quel première année en Droit ou en Médecine, tous disposent d’une carte d’étudiant de leur université, avec les quelques avantages et réductions qui vont avec (cinémas et fast-foods, vous êtes nos meilleurs amis). Et tous, lorsqu’ils doivent signer un mail en Anglais, rédiger leur CV dans la langue de Shakespeare ou compléter leur profil sur Academia, se qualifient sans complexe du titre de « PhD Student » ou « Graduate Student ».

D’un pays à l’autre, le monde universitaire met plus ou moins l’accent sur le caractère estudiantin du doctorat, qui reste au final un statut fondamentalement bâtard : le doctorant n’est pas un étudiant ordinaire, qui doit suivre des cours et passer des examens ; au contraire, il est déjà passé de l’autre côté du pupitre ou du lutrin (c’est selon les moyens de votre fac). Il enseigne, le plus souvent à l’université, tout en faisant de la recherche, en publiant des articles, en allant communiquer à des colloques internationaux, le tout en étant plus ou moins rémunéré. Il y a donc une certaine forme, nous le disions, de professionnalisation de la part du doctorant. Pourtant, il reste un chercheur en apprentissage : son travail, il le fait avec pour objectif de mener à terme une recherche et rédiger ses conclusions sous la forme d’un épais volume papier, que l’on appelle plus communément « thèse », qui devra être examiné par un jury et qui, s’il est jugé valide, lui donnera accès au titre de docteur, soit le titre le plus élevé décerné par l’enseignement supérieur. Une fois cet ultime Graal en poche, le jeune docteur aura désormais acquis les qualifications pour pouvoir théoriquement poser sa candidature comme professeur d’université ou chercheur au sein d’un centre de recherche, et ainsi obtenir un poste à durée indéterminée (là on peut carrément parler de « Sacro Saint Graal »).

Mis à part les responsabilités académiques, le doctorant accomplit finalement à peu près les mêmes tâches que n’importe quel professeur d’université vétéran, bien qu’il n’ait évidemment pas encore acquis l’expérience, l’expertise et le capital symbolique de ce dernier. D’où l’interrogation suivante : un doctorant en histoire est-il légitime pour prendre part à une controverse publique en se posant, par exemple, en tant qu’historien comme critique envers un auteur connu ?

Lorànt Deutsch répond par la négative : non, le doctorant n’étant encore qu’une étudiant, il ne peut pleinement prétendre au titre d’historien. Outre le fait qu’il s’agit visiblement d’une stratégie qui cherche à disqualifier son adversaire en le décrédibilisant, cette interprétation pose deux problèmes. Tout d’abord, elle pose comme principe que le doctorat est le seul diplôme valable attestant de la compétence d’un chercheur en histoire, retirant par la même occasion toute valeur au master. En effet, si un doctorant en histoire n’est pas encore un historien, alors que dire de tous les diplômés d’un master en histoire qui ne font pas de thèse mais, par exemple, travaillent dans un musée ? Oserait-on dire d’un détenteur d’un master en sociologie, qui travaille au sein d’une association ou d’un service social, qu’il n’est pas sociologue ? Qu’un psychologue qui n’a pas fait de doctorat n’en est pas vraiment un ?

Le second problème de la vision de Lorànt Deutsch est qu’elle pose pour principe qu’un chercheur en apprentissage se doit de rester en retrait de toute controverse publique tant qu’il n’a pas achevé sa thèse. Ce faisant, elle participe de l’idée du savant dans sa tour d’ivoire, effectuant sa recherche dans son coin, sans se préoccuper du monde extérieur. Or, aujourd’hui plus que jamais, le chercheur peut, voire doit être en mesure de s’engager publiquement en tant qu’expert. Dès lors, participer à un débat public n’est-il pas une excellente occasion pour un doctorant d’apprendre et d’affiner ses compétences critiques et communicationnelles ? Alors que l’on reproche si souvent aux universitaires de privilégier la théorie à l’expérience tout en promouvant de plus en plus les soft skills, pourquoi refuser au doctorant une excellente occasion pour se former à son métier de chercheur ?

Imaginer le doctorant comme un étudiant, silencieux, effectuant sa petite recherche dans son coin, c’est encore une fois réduire le chercheur à l’image du savant dans sa tour d’ivoire.

N’est-il pas au contraire du devoir du doctorant de se montrer, de discuter publiquement, de se poser comme contradicteur de l’un ou l’autre auteur ? Ceci parait d’autant plus vrai que le doctorant d’aujourd’hui est (devrait être ?) un chercheur 2.0, habitué à manier des outils de communication à très large échelle. On pourra bien sûr lui reprocher parfois son manque de modestie, puisqu’avec internet, chacun peut y aller de son petit mot (commentaires des éditocrates vs. analyses d’universitaires). Il n’empêche que grâce à l’outil numérique, chaque doctorant peut désormais facilement faire entendre sa voix, quitte à faire des erreurs, quitte à apprendre de celles-ci. Il peut même parfois espérer obtenir une publication papier à la clé, à l’instar des auteurs des Nouveaux historiens de garde.

À la mesure du métronome

3286060846_9537faafa4_bUne autre question qui nous taraude peut se résumer de la sorte : pourquoi Deutsch et pas un autre ? Pourquoi un livre de Deutsch se vend-il mieux que les actes d’un colloque ? Pourquoi Deutsch est-il présenté comme un spécialiste de l’histoire de France sans pour autant être un intervenant de Secrets d’histoire par exemple ? Etait-il invité pour l’émission récente sur les Carolingiens ? Non. On avait le gratin des spécialistes du monde franc, mais point de Lorànt Deutsch. Outre le fait que celui-ci baigne dans le milieu télévisuel depuis sa prime enfance – à cet égard il a pu développer un ensemble de dispositifs adaptés à ce milieu… on n’oserait recourir aux termes de champ et d’habitus – et, partant, il maîtrise mieux certains codes que les historiens « professionnels », on doit peut-être jouer les avocats du diable… Si le rôle de tous les chercheurs universitaires (doctorants et professeurs) est de produire un savoir pointu et précis – ce qui passe par un langage et un processus de communication a priori rébarbatif pour d’aucuns – il faut peut-être, à certains moments, adapter son discours et sa communication pour proposer quelque chose davantage (sexy) en phase avec le grand public. On ne veut pas apparaître ici comme les soutiens de prophéties autoréalisatrices sur la crise de l’université & co., mais à continuer de penser les modes d’expression du savoir scientifique sans tenir vraiment compte de ce qui se passe hors les murs de nos Alma Mater ne va pas faire reculer Deutsch dans les listes des bestsellers de librairies ou faire disparaître le volume de Métronome, bien emballé, sous le sapin de Noël…

Le problème est également qu’il n’y a pas vraiment de limitation pour l’accès à la profession d’historien. En ce sens que, comme l’avance généralement Deutsch comme ligne de défense, il suffit de lire des livres d’histoire – il cite Braudel dans l’interview, par exemple – et de réécrire en langage « normal » ce que ces vieux maîtres ont écrit pour s’adresser à un public plus large que celui des colloques auxquels nous assistons tou(te)s. On ne s’improvise pas ingénieur informaticien, chirurgien ou biologiste. On peut (malheureusement) le faire en ce qui concerne l’histoire… Et c’est peut-être là que se joue en partie le nœud du problème ; c’est à cause de cela qu’un public intéressé par l’histoire ne saisit pas pourquoi il devrait délaisser Hexagone ou Métronome et se ruer sur Le Dictionnaire de Louis XIV ou la biographie de saint Louis par Le Goff… Que le premier qui a parlé d’une damnatio memoriae à l’encontre de L.D. se dénonce !!!

Etre né sous l’signe de l’hexagone… 

On aurait pu gloser sur l’approche ultra relativiste que propose Deutsch dans l’interview, quand il aborde la question de l’empathie à avoir pour les périodes antérieures sous prétexte qu’on ne comprend pas vraiment la manière dont pensaient ces gens. On ne doit, de fait, pas distribuer les bons et les mauvais points. L’histoire n’est pas un tribunal, mais avant tout une enquête. C’est même son sens étymologique, puisque « histoire » renvoie au grec « historía » qui signifie « enquête »3. À ce titre, l’enquêteur se doit de proposer des résultats fiables, convaincants, supportant un tout petit peu l’administration de la preuve de sorte que l’étude transpire une once d’honnêteté. Ce n’est pas distribuer les bons et les mauvais points, c’est simplement faire son job.

21157455105_d87e809abe_k
aah le silence monacal de la thèse où seuls règnent les cliquetis des touches de l’ordinateur enregistrant la progression de l’écriture des chapitres…

Au final, que l’on partage ou non les opinions politiques de Lorànt Deutsch ou sa vision de l’histoire, là n’est pas la question : le problème qui ressort de son interview donnée à Daniel Morin, est qu’elle traduit une certaine vision du doctorat et du métier de chercheur. En se moquant ouvertement de son critique en rappelant qu’il n’est jamais « qu’un doctorant », mais non un véritable historien, l’auteur-acteur perpétue l’idée que le doctorat doit prendre la forme d’une période d’étude silencieuse, voire monacale, loin de tout le tohu-bohu du débat public. Cette vision parait avoir d’autant moins de sens puisque, comme on l’a écrit, les doctorants sont davantage connectés et en phase avec les outils modernes de communication. À entendre Deutsch, les doctorants ont autre chose à faire que de participer à des débats publics. Après tout, on pourrait aller plus loin et arguer qu’ils feraient mieux de ne rien publier, de ne pas participer à des conférences et des colloques, avant d’avoir terminé la thèse.

Ah… On nous souffle dans l’oreillette que, du coup, on ferait bien de fermer ParenThèses.

Bonne rentrée.

 

Crédits photographiques :

Joachim Schlosser – Tonkopf_Dr_PhD_full

Nigel_Appleton – Metronome 3

Oreste Messina (- Church)

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Finis ta thèse, et après on pourra discuter !", in ParenThèses, publié le 28/09/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/1009 (consulté le 22/09/2017).
  1. On se réfère évidemment au court article paru en 1903 et rédigé par le philosophe William James intitulé The Ph.D. Octopus paru dans Harvard Monthly, t. 36, n°1, p. 1-9. Si les critiques ne sont peut-être pas tout à fait identiques à celles que nous posons dans ce billet de rentrée, elles donnent à voir qu’en plus d’un siècle les interrogations relatives à la condition du doctorant, au prestige accordé au doctorat ou les problèmes qu’il soulève au sein des mondes académique et économique sont structurels. Le texte a récemment été traduit et été inséré dans Stengers Isabelle, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, La Découverte, 2013, p. 199-211. []
  2. Nicolas Offenstadt, L’histoire bling-bling. Le retour du roman national, Paris, Stock, 2009. []
  3. D’un autre côté, le mot « critique » renvoie au grec krinein qui signifie… juger. []

3 réflexions au sujet de « Finis ta thèse, et après on pourra discuter ! »

  1. Bonjour,

    Bravo et merci pour ce billet qui arrive à dépasser la seule indignation souvent exprimée face aux propos de Lorànt Deutsch, pour questionner des thématiques bien plus larges et essentielles.

    Bonne rentrée et à bientôt sur Hypothèses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *