In Blogs We Trust !

Cette semaine, on entame une série de deux billets proposant une réflexion sur les contextes de productions des publications scientifiques en SHS. Ces réflexions ne tombent pas du ciel mais s’expliquent par une série d’événements, débats, etc. ayant surgi ces dernières semaines…

« Dans le carnet de recherche, il y a une forme de liberté que nous n’avons pas dans les livres et dans les articles qui contribuent à l’avancement de la carrière universitaire » – Marin Dacos

Je m’étais promis de ne plus publier de billets qui n’étaient pas liés de près ou de loin à mon sujet de thèse pour la simple raison qu’étant occupé à la rédiger, je ne voulais pas voir mon esprit vagabonder au-delà de la période 1580-1610. J’avais prévu un billet aux petits oignons – bonne orthographe? – sur l’application de la législation au 16e siècle, le tout agrémenté d’illustrations tirées d’House of Cards. Bon. On repassera. Quoique. Frank Underwood peut être utile en toute circonstance… Certains événements et nouvelles récents m’ont presque logiquement conduit à réfléchir sur cette pratique enclenchée avec Quentin depuis un peu moins de deux années : le blogging scientifique. Nous avons toujours essayé de penser ParenThèses comme un moyen d’exprimer nos réflexions relatives à nos sujets de recherche et nos intérêts communs ou personnels. Comme le rappelait encore récemment Caroline Muller, via un blog « la communauté historienne, mais aussi un public bien plus large, peut ainsi suivre le développement de recherches de longue haleine et intégrer les questions posées à leurs propres travaux ». S’il est évident que le blogging scientifique est à la mode – Hypothèses a franchi le cap des 1500 carnets inscrit au catalogue Open Edition -, ce n’est pas pour autant qu’il faut multiplier les plaidoiries pro domo et aveugles à son sujet.

Avoir un blog, c’est se mettre en danger ?

house_of_cards_1Le vendredi 13 mai 2016 se tenait la journée d’étude du réseau ModerNum (réseau des modernistes francophones de Belgique) consacrée aux interactions entre Digital Humanities et temps modernes. À côté de modernistes, nous avions fait en sorte de donner la parole à des spécialistes des DH : Paul Bertrand, Pierre Mounier et Emilien Ruiz. Si vous n’étiez pas là, vous aviez tort. Mais comme Emilien Ruiz est un homme attentionné, il a réalisé un storify des débats. En préparant la journée, on avait décidé d’inclure une session « Communication » avec une conférence inaugurale de Pierre Mounier et trois autres présentations plus courtes. Parmi celles-ci était prévue une intervention sur le blogging scientifique. Cette présentation sur le blogging, je l’avais déjà « testée » lors d’un séminaire du CRHiDI (vous ne savez pas ce qu’est le CRHiDI ? Lisez ceci et allez ici). La conférence de Pierre Mounier a surtout permis de percevoir quelques enjeux. Si on observe l’explosion de la communication scientifique directe sans évaluation des pairs (blogs, portails de communautés thématiques comme Criminocorpus, etc.), il s’agit de l’arbre qui cache la forêt. En clair, Pierre Mounier a soutenu que les disciplines des STEM (Science, Technology Engineering, Mathematics) sont le lieu d’un bouillonnement sur les pratiques de publications scientifiques, sur les facteurs d’impact à repenser, etc. L’une des pistes évoquées par Mounier et que pourraient reprendre à leur compte les disciplines des SHS est celle d’une liaison entre la pratique de blogging et les publications dans des revues peer-reviewed. Il a notamment rappelé l’expérience conduite avec la revue VertigO, à savoir « l’expérimentation d’un dispositif d’évaluation ouverte par les pairs et de commentaire ouvert, pour des propositions d’articles » destinés à être publiés dans ladite revue. Un résumé de l’expérience est disponible ici et . Tout n’est clairement pas parfait dans le processus et Pierre Mounier a d’ailleurs souligné la question des réponses aux rapports des évaluateurs. Le risque d’un enchaînement à l’infini des commentaires (A répond au rapport de B qui répond à A, etc.) a été évoqué. Au cours de la présentation sur le blogging scientifique, j’ai surtout essayé de développer certains points qui me paraissent intéressants à valoriser quand on parle de blogging scientifique : écriture régulière, jeu sur le registre de langage, intégration de contenus divers ou diffusion de résultats via réseaux sociaux.

Pendant les débats, une question a immédiatement émergé : n’est-ce pas dangereux, en tant que doctorant, d’avoir un blog ? La réponse objective est sans doute « oui ». Par « réponse objective », j’entends celle qui prend en considération les critères actuels d’évaluation d’un dossier pour financement par un organisme subsidiant. À maints égards, une activité de blogging ne sera sans doute pas toujours perçue comme un élément positif. Et pourtant, on ne peut pas dire que les quelques retours que nous – Quentin et moi-même – avons eux concernant ParenThèses nous aient incité à cesser l’aventure. Bien du contraire. Et à titre personnel j’ajouterais même que les éventuels critiques ou commentaires négatifs m’incitent davantage à continuer qu’à mettre la clé sous le paillasson.

Doit-on dès lors voir le blogging comme une pratique risquée ? Peut-être, dans la mesure où il y a davantage de compétition pour l’octroi de crédits de recherche et, partant, que les critères de sélection sont devenus drastiques. Dans un contexte où priment la recherche de l’excellence et la quête de la performance, on pourrait légitimement penser qu’un blog constitue un handicap1. Pour pouvoir espérer décrocher le sésame du post-doc auprès du FNRS (mandat de chargé de recherche), il faut un CV long comme le bras et au minimum une expérience significative à l’étranger. J’ai pu entendre, il y a à peine quelques semaines, un membre d’une des commissions scientifiques en SHS le dire explicitement : « Si on voit que vous n’avez pas de séjour à l’étranger, vous êtes déjà presque automatiquement éliminé ». Voilà, on en est là. Et si vous ajoutez le fait qu’il faut continuer à publier dans des revues d’un bon niveau pour ne pas apparaître trop à la marge, alors tenir un blog est une activité qui parait presque suicidaire2. En un sens, disposer d’un blog serait donc dangereux parce qu’il s’agit d’une activité chronophage, mais aussi parce qu’on se met à nu, on expose certaines de ses idées et c’est sans doute déstabilisant aux premiers abords pour des jeunes chercheurs/chercheuses.

Le blogging engendre formatage de la pensée et stérilisation de la réflexion ?

Ceci est réellement ce que l’on a pu me dire à propos du blogging scientifique. Le mot « blog » rebute encore certains chercheurs qui y voient une sorte de Belzébuth en puissance prêt à brûler sur l’autel des DH et de l’Open Science des pratiques qui seraient d’un autre âge. Le chercheur 2.0 serait calfeutré chez lui, branché constamment sur les internets mondiaux et twitterait plus vite que son ombre. Au passage, il aurait oublié qu’il n’interagit pas avec des bots mais bien des êtres humains qui peuvent l’inviter à présenter des résultats de recherche lors d’un colloque. Si on en vient à dire que le blog est un moyen de formater la pensée et de standardiser la réflexion, alors je ne sais pas comment appeler ces articles (ici ou ) qui sont supposés nous apprendre les ficelles de la rédaction d’un article scientifique bien rédigé. Si on est conscient que plusieurs registres d’expression existent, je n’arrive pas à comprendre pourquoi il faudrait penser qu’une activité de blogging formate davantage la pensée que la rédaction d’un article scientifique. house_of_cards_4C’est plutôt cette pluralité dans la façon d’exprimer ses idées qui devient une richesse. En effet, le blog est à l’intersection de l’écrit et de l’oral ; c’est une publication qui se fait sur le Web mais appelle aux commentaires des lecteurs. Le blog est bel et bien un lieu « d’élaboration de conversations publiques échangées au grand jour, sans restriction d’accès particulière ». Il procède d’une logique communautaire qui apparaît comme un « complément indispensable à des modes de publication plus classiques »3.

Les carottes sont tweetesBernard Pivot)

Tenir un blog, c’est aussi être presque inéluctablement présent sur les réseaux sociaux. Il est nécessaire de faire un minimum d’auto-promotion si l’on souhaite être lu, engager la discussion, recevoir des retours, commentaires et critiques. A cette logique, d’aucuns rétorqueront sans doute qu’il y a un risque à voir les chercheurs se recroqueviller sur Facebook et Twitter. On a pu me dire qu’il y avait un « un danger de se satisfaire, voire de s’enfermer dans un réseau de gens connectés et de plus en plus déconnectés du monde et de ce qui sort du champ de l’écran d’ordinateur (…) » de sorte qu’il faut rester persuadé « que l’échange de vive voix est beaucoup plus riche et, du point de vue scientifique, compte plus que les like et les buzz » (extraits tirés de ma boîte mail…). Pour être très clair : c’est évident qu’une discussion par tweets interposés ne sera jamais la même chose qu’une discussion en face à face durant un colloque/séminaire/journée d’étude. A cet égard, on pourrait rétorquer que les contraintes formelles qui dictent généralement les modalités de la discussion lors de panels pendant un colloque sont tout autant limitatives. C’est bien la raison pour laquelle la logique des THATCamp a vu le jour.

Il est toutefois certain que la présence sur les réseaux sociaux engendre certains contacts, mais ceci n’oblitère en rien la possibilité de se rencontrer « pour de vrai ». La journée du réseau ModerNum mentionnée plus haut en est le parfait exemple. Si on a pu compter sur la participation de Pierre Mounier et d’Emilien Ruiz, c’est en raison des contacts préalables que certains organisateurs avaient pu avoir avec eux via Twitter notamment. Emilien Ruiz a dit lui-même que bon nombre d’invitations à venir prendre la parole lors de colloques s’expliquent par sa présence sur les réseaux sociaux et son activité de (micro-)blogging (Devenir historien-nne, La boîte à outils des historiens, Ma thèse en un tweet, etc.). De nouveau, ici pas d’opposition entre anciennes et nouvelles pratiques, mais bien un remodelage où les deux coexistent.

Tu ne pourrais pas écrire un vrai article ?

house_of_cards_3Pour continuer à citer le billet de Caroline Muller, disons que le blog a « pour objectif de montrer la progression d’une recherche en cours et les hypothèses suivies, là où l’article cherchera à proposer un récit provisoirement stabilisé de l’histoire, produit d’une recherche plus approfondie et méthodique ». Le billet est assemblage de plusieurs dimensions : ce n’est pas exactement une conférence ou une publication, ni une simple correspondance ou une conversation. C’est une forme mineure « car elle n’entre pas dans les formes canoniques (conférence, publication) qui sont évaluées ». En clair, il ne s’agit pas d’une publication passée au tamis du « tribunal de la raison scientifique » qu’incarnent les revues à comité de lecture. Par contre, je ne voudrais pas passer pour le grand ordonnateur d’une croisade contre la logique du peer-reviewing. Si on peut éventuellement s’interroger sur les modalités de son déroulement, le peer-reviewing est inscrit dans l’histoire des pratiques dites scientifiques. On est tous en droit de voir son travail relu, critiqué, commenté, réfuté, etc. pour peu que l’on dispose d’une once d’éthique scientifique. Le blog peut être un moyen non pas d’opposer deux logiques (billets vs. articles) mais plutôt de les faire dialoguer. Un billet de blog peut être issu d’un article en préparation ou vice versa. Il n’y a pas opposer un chercheur qui a un blog à celui qui n’en a pas. Ne pas avoir de blog n’est pas une tare incurable. Dieu merci. Se lancer dans le blogging scientifique ne fait pas non plus de vous un « meilleur » chercheur du jour au lendemain. Au lieu de penser en termes de « ou … ou », il faudrait plutôt commencer à réfléchir selon une logique « et … et ».

Ne plus publier dans les revues : une réelle possibilité ?

La dernière question posée dans le paragraphe précédent relaie certaines discussions apparues à la suite du billet posté la semaine dernière par Olivier Ertzscheid sur son blog Affordance.info. Un billet au vitriol dont le titre ne laissait aucune équivoque : « Pourquoi je ne publie(rai) plus (jamais) dans des revues scientifiques ». Si vous ne l’avez pas lu, vous avez manqué quelque chose… même si vous n’êtes pas d’accord avec ce que l’auteur écrit, je pense que cela vaut toujours le détour. L’exaspération qui suinte à chaque ligne de ce texte a engendré un large partage sur Twitter (20 000 visites uniques, en 48h, sur la page du billet).

L’auteur tire à boulets rouges sur les revues scientifiques, le peer-reviewing, les chercheurs exténués par la course aux financements. C’est une pensée radicale, sans ambiguïté et sans concession. Indigne d’un chercheur ? On aurait aimé plus de nuance ? Tant pis. Olivier Ertzscheid balance ici son humeur. Mais à côté de cela, il peut traiter de certains sujets avec plus de retenue (lisez, par exemple, son billet sur le Journal d’Anne Franck et le domaine public). Son billet de la semaine passée est trop polémique pour vous ? Allez voir ce qu’il écrivait de manière plus pondérée en janvier dernier.

Quant au contenu du billet, il soulève tout un tas de questions relatives à l’open access, aux archives ouvertes, à l’édition électronique ouverte, etc., bref à l’open science.  Olivier Ertzscheid réagissait surtout à l’annonce du rachat de SSRN par Elsevier4 avec la crainte qu’engendre pareille acquisition d’un dépôt de contributions scientifiques en preprint. Plus globalement, c’est aussi la logique du peer-reviewing qui est questionnée. Va-t-on pour autant voir disparaître la logique d’une revue scientifique disposant de comités de rédaction et de lecture ? A priori non. Le blogging n’est pas la panacée universelle à tous les problèmes qu’on relève çà et là concernant certaines revues scientifiques. Je répète pour être certain d’être bien compris : le blogging n’EST PAS la panacée à tous les problèmes. Ca serait d’ailleurs inquiétant si c’était la seule échappatoire aux travers du monde scientifique…

L’auteur a depuis lundi dernier actualisé son billet à la suite des nombreux messages reçus demandant « Que faire concrètement ? ». O. Ertzscheid plaide pour le dépôt systématique des publications sur des archives ouvertes et le refus d’embargo de plus de six mois en cas de contrat avec un éditeur.  En réponse à ce billet, Alexandre Moatti a publié un billet sur son propre blog : « Jusqu’à l’ultime seconde j’écrirai« .  Le petit bémol que j’émettrais concernant cette réponse est qu’elle se focalise peut-être un peu trop sur la forme du billet d’Ertzscheid et moins sur le fond. Tom Roud a également publié un billet critique revenant sur les propos émis par Ertzscheid la semaine dernière et qui permet de remettre certains éléments en perspective. Notamment le fait que le blog et le preprint ne sont peut-être pas la panacée. Signe aussi que le débat devient assez vite tendu quand on aborde ce genre de thématique…

Conclusion (très provisoire)

Dans un article de 2014, Cornélius Puschmann rappelait que le (micro-)blogging scientifique constituait une forme particulière d’engagement dans la recherche scientifique conjuguée à la liberté de créer de nouvelles modalités de travail online5. Des plateformes telles qu’Hypothèses, par exemple, fonctionnent bien pour plusieurs raisons, selon Puschmann . Ce type de plateforme n’est pas lancée dans une course effrénée à la nouveauté. On tente « simplement » d’adapter les outils des nouvelles technologies et des média sociaux afin de les faire correspondre aux attentes et aux objectifs de scientifiques. Cette constatation est certes valable pour Hypothèses, mais également pour les autres plateformes d’Open Edition… and beyond.

L’intérêt d’un blog adossé à sa pratique de recherche est d’offrir un complément aux publications dans une revue. Une article dans une revue est l’exposition de résultats de recherche, c’est un terminus. Il est très difficile, me semble-t-il, d’avoir une logique de conversation dans des revues scientifiques. Un blog permet une publication plus ou moins informelle, autorise à recevoir des commentaires en bas du billet, d’entretenir un flux d’échanges. Les résultats de la recherche scientifique ne sortent pas formalisés de la cuisse de Jupiter. Il y a d’abord un processus de conversation, de réflexion et d’échanges en amont (cf. tous les remerciements de rigueur en début d’un article pour la relecture). Antoine Blanchard a pu mobiliser l’expression de rose des vents de la recherche pour dire que la recherche n’est pas que la production de connaissances certifiées. Elle est aussi constituée d’autres éléments, mais dont on ne tient pas spécialement compte car ils seraient moins « nobles »6.

PS : A la remarque « on n’a pas beaucoup de commentaires en bas des billets », E. Ruiz m’a répondu que les discussions se menaient surtout sur FB et Twitter. L’espace « commentaires » est toutefois libre et n’attend que vos remarques et suggestions…

Si vous avez tenu le coup jusqu’ici, voici le moment détente sponsorisé par John Oliver.

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "In Blogs We Trust !", in ParenThèses, publié le 23/05/2016, URL: http://parenthese.hypotheses.org/1273 (consulté le 25/05/2017).

Crédits : velkrO – Open

  1. Certaines universités belges obligent les doctorants à publier deux articles dans des revues classées A1 pendant le doctorat. Il y a 20 ans, certains directeurs de recherche interdisaient à leurs doctorants de publier des articles relatifs à leur thèse tant qu’ils ne l’avaient pas défendue et on me glisse à l’oreille que dans un pays comme l’Allemagne c’est encore le cas actuellement… []
  2. Cette question est également celle de la pertinence ou non du « tout à la mobilité internationale ». C’est un autre débat et d’aucuns ont un avis parfois à contre-courant []
  3. Dacos Marin et Mounier Pierre, L’édition électronique, Paris, 2010, p. 88 []
  4. Lisez le « Petit Elsevier illustré » si vous n’avez pas trop idée de quoi il retourne. []
  5. Puschmann C., (Micro)Blogging Sciene? Notes on Potentials and Constraints, dans Opening Science. The Evolving Guide on How the Internet is Changing Research, Collaboration and Scholarly Publishing, (dir.) S. Bartling et S. Friesike, 2014, p. 89-106 []
  6. On retrouvera un résumé de ceci dans une conférence prononcée il y a quelques années par Marin Dacos []

5 réflexions au sujet de « In Blogs We Trust ! »

  1. Merci pour ce billet.
    Si je peux me permettre, lorsque vous renvoyez à un résumé de l’expérience d’évaluation ouverte par les pairs menée par OpenEdition pour la revue VertigO, vous renvoyez en fait à une étude exploratoire générale sur la question de l’évaluation ouverte.
    Un rapport/article exhaustif détaillant l’expérience est disponible sur HAL, « Evaluation ouverte par les pairs: de l’expérimentation à la modélisation » / https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01283582
    Bonne lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *