Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (2/2) & Interviews de Nicolas Offenstadt et Eric Bousmar

Suite et fin de « l’enquête » autour du salon du livre d’histoire organisé à la fin du mois de novembre (19-20) à Bruxelles par le « Club de l’Histoire »…

Fidèle aux résolutions énoncées dans le billet de rentrée de ParenThèses (#bullshitiseverywhere), j’ai tâché de mettre en exergue dans le premier billet consacré au salon du livre d’histoire organisé par l’ASBL « Le Club de l’Histoire » les quelques éléments troublants, voire problématiques concernant cet événement. Si vous avez loupé le premier billet – ce que je n’ose imaginer – vous pouvez les lire ou le relire ici. Aujourd’hui, on reprend notre enquête sur le salon du livre d’histoire en donnant la parole à certains auteurs appelés à être présents les 19 et 20 novembre prochains…

Comme on pourra peut-être me reprocher d’avoir une vision totalement tronquée de la situation compte tenu de ma position face aux personnes incriminées dans le dernier billet, j’ai pensé qu’un deuxième billet était nécessaire pour s’interroger sur les relations entre les universitaires et ce que l’on nomme le grand public. J’ai naturellement réglé la focale sur le salon « Ecrire l’histoire » et ai contacté plusieurs chercheurs/professeurs qui seront à Bruxelles à la fin du mois. Par chance, certains ont accepté de répondre à mes questions (7 personnes contactées, 5 réponses reçues). J’ai fait court et me suis limité à 3 questions  :

  1. Comment avez-vous été contacté afin de participer à ce salon ?
  2. Vous a-t-on demandé quelque chose de précis par rapport à votre présence au salon ? En clair, vous a-t-on demandé d’avoir une attention particulière dans la mesure où il s’agit d’une activité pour le grand public ?
  3. Vous a-t-on prévenu que Stéphane Bern et Lorànt Deutsch seront les invités d’honneur ? (note : au moment de contacter chaque personne, Deutsch ne s’était pas encore décommandé)

Enfin, il me semblait pertinent de contacter des personnes qui ne sont pas annoncées au salon « Ecrire l’histoire » et qui ne sont pas directement impliquées dans la/les dernière(s) polémique(s) liée(s) à Deutsch. J’ai donc pris la liberté la liberté de contacter deux personnes. Premièrement, Nicolas Offenstadt (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) afin de lui poser quelques questions concernant le cas de Lorànt Deutsch et la récente polémique relative à Trappes (note : l’interview a été réalisé avant la mise en avant par Buzzfeed du supposé compte Twitter de Deutsch). On retrouvera les réponses de Nicolas Offenstadt à la fin de ce billet (vous pouvez directement la lire en cliquant ici). J’ai également contacté le professeur Eric Bousmar (U. Saint-Louis – Bruxelles) qui accorde une attention particulière aux questions entourant la place de l’histoire dans le débat public ainsi qu’à la place de « l’histoire publique » dans la formation des historien(ne)s d’aujourd’hui. Il est d’ailleurs le co-titulaire d’un séminaire intitulé « Enjeux & débats : le métier d’historien et historiographie » à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. On retrouvera ses réponses à la suite de l’interview de Nicolas Offenstadt.

Comment a-t-on recruté ces académiques/chercheurs ?

racineToutes les personnes interrogées ont été invitées à participer à ce salon du livre d’histoire par leur maison d’édition. Aucune n’a visiblement eu de contacts immédiats avec Patrick Weber (figure de proue du salon « Ecrire l’histoire ») ou l’une de ses associées au sein du « Club de l’histoire ». Deux importantes maisons d’édition belge publiant essentiellement des livres d’histoire pour le grand public semblent être les pourvoyeuses principales. Précisons que s’il s’agit de maisons d’édition pour le grand public, les auteurs contactés qui y ont publié sont des universitaires et chercheurs confirmés.

edition_perrinQuand on creuse un toute petit peu l’affaire, on se rend compte que Patrick Weber a publié deux de ses livres chez l’une des deux maisons d’édition en question. En outre, le responsable de cette maison d’édition occupe une place centrale dans l’événementiel lié au livre en Belgique. L’une des personnes contactées parle même « d’une forme de contrat moral » avec l’éditeur qui souhaitait une participation à plusieurs activités orientées « grand public » : conférences, émissions de radio ET participation au salon du livre d’histoire. Cette dernière participation s’effectue, me précise-t-on, « tout en n’ayant aucune sympathie particulière pour l’organisateur (que je ne connais toutefois que de réputation) ». Voilà qui est dit. D’autres personnes indiquent avoir été contactées car leur livre avait eu « son petit succès auprès du public ». Il s’agit généralement d’ouvrages publiés dans le cadre de l’anniversaire d’un événement et qui ont pu bénéficier, au moment de leur parution, d’une attention particulière. Notons d’ailleurs que toutes les personnes contactées sont des spécialistes de la période contemporaine. Aucun antiquiste, médiéviste ou modernistes belge à l’appel…

renaissance_du_livreÀ première vue, on peut se poser une question : sont-ce là des gens contactés « par facilité », c’est-à-dire parce que les organisateurs ont des contacts privilégiés avec l’un ou l’autre responsable d’une maison d’édition en particulier ? Il ne fait aucun doute que ce canal a été privilégié pour trouver des auteurs-historien(ne)s. Les organisateurs n’ont vraisemblablement pas entrepris de recherches supplémentaires afin de déterminer si d’autres auteur(e)s belges méritaient d’être invités. On remarque d’ailleurs qu’un nombre relativement limité de maisons d’édition sont représentées ((Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre d’auteurs ayant publié récemment un ouvrage dans cette maison d’édition et présent au salon. Les maisons d’édition indiquées ne constituent qu’un échantillon de celles qui seront représentées par certains de leurs auteurs. Par ailleurs, on compte un total 77 auteurs pour la catégorie “Romans et essais” à partir de laquelle je me suis appuyé.)). Voici d’ailleurs une liste, non exhaustive, de ces maisons d’édition avec, entre parenthèses, le nombre de leurs auteurs présents au salon « Ecrire l’histoire » : Racine (10), Tallandier (7), Perrin (7), Avant-Propos (6), Albin Michel (6) ou encore La Renaissance du Livre (5).

Vous a-t-on demandé quelque chose de précis concernant votre présence ?

Les réponses ont été unanimes : Non. Une personne interrogée m’a répondu qu’elle veillera à faire attention au fait que l’événement est prioritairement destiné au grand public. Mais sans plus. On semble donc faire confiance aux auteurs présents durant le week-end du salon dans la façon dont ils présenteront leur ouvrage au public présent.

Je pense que l’on peut résumer ceci par le GIF suivant…

Vous a-t-on prévenu que Stéphane Bern et Lorànt Deutsch seront les invités d’honneur ?

C’est naturellement la question pour laquelle je trépignais ardemment de lire les réponses….

Deux personnes m’ont répondu de manière très laconique : « Absolument pas » et « Je ne crois pas ou ne me le rappelle pas ». Ce sont leurs réponses in extenso. Les trois autres sont davantage circonstanciées et permettent de cerner quelque peu la façon dont certains historiens belges appréhendent leur présence au côté de figures médiatiques, voire carrément hyper people. Le nombre de réponses est évidemment bien trop petit que pour être significatif ou pour que l’on puisse en tirer des conclusions générales à l’échelle de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Une personne se demande ainsi pourquoi je lui pose cette question :

Pourquoi cette question ? Aurais-je dû exprimer une désapprobation teintée de mépris d’être associé à ces personnalités médiatiques qui vendent des livres d’histoire et l’incarnent donc aux yeux du public, comme [Patrick] Weber chez nous et Alain Decaux  auparavant en France ? ».

Dans le cas présent, cette personne représente avant tout au salon « Ecrire l’histoire » une institution qui doit tout faire pour être connue du grand public et pas seulement des chercheurs. Dès lors, la présence de Bern ou de Deutsch n’avait pas particulièrement retenu son attention. C’était peut-être même un point positif. Ces noms attireront le public et, partant, celui-ci pourra découvrir d’autres auteurs ou institutions scientifiques représentées au salon. On est dans une situation win-win en quelque sorte.

La réponse suivante mérite également d’être mentionnée. D’avance, je tiens aussi à m’excuser auprès des collègues sociologues… Voici ce que l’on me répond :

Oui, j’étais au courant de la présence de Stéphane Bern et de Laurent Deutsch à cette Foire du Livre d’Histoire…et c’est très bien : ces personnes nourrissent l’intérêt du « grand public » pour l’Histoire…et ils aident indirectement les « historiens de formation » et les « historiens de métier ou académiques » qui ont trop souvent tendance à écrire dans des revues confidentielles pour les membres de leur honorable corporation. Cela devient de l’élitisme, quand cela ne relève pas, comme point de chute final, de la littérature cryptée (moins que les sociologues, mais enfin…). (…) Autrement dit : il doit être possible de transmettre au public cultivé mais non historien de métier des données historiques  originales, ou avec un éclairage non conforme, en coulant ces données dans une forme sinon agréable, du moins accessible à la plupart ».

A titre personnel, j’ai été étonné de lire cette réponse venant de la part de quelqu’un travaillant dans une institution scientifique reconnue dans le paysage de la recherche historique belge. Ainsi, malgré les nombreux articles et livres (cf. Les historiens de garde) publiés autour des « travaux » de Lorant Deutsch, celui-ci reste constamment perçu comme un passeur d’histoires permettant de faire éclore au cœur de chacun(e) un amour immodéré pour l’histoire (de France). Comme on le lira ci-dessous dans l’interview de Nicolas Offenstadt, celui-ci s’oppose catégoriquement à la vision décrite plus haut. Tout ne se vaut pas, selon l’historien français, et il est dès lors impossible de transiger sur les problèmes que posent Deutsch et Bern.

Cette deuxième réponse n’est pas sans faire écho à une autre qui met, quant à elle, en lumière l’inconfortable position des historien(ne)s face à des stars des librairies et des plateaux télé :

J’ai juste parcouru le programme rapidement et ai constaté que voisinaient des historiens du monde académique et des historiens très grand public voire médiatiques (dans la veine histoire people et nostalgie du récit national). Je suis d’avis qu’il faut parfois savoir faire des compromis entre ce que nous souhaiterions (faire nos recherches et ne pas les « vendre ») et les exigences de la rencontre avec un milieu de l’édition très commercial qui, sans cela, nous lâchera complètement…

Ainsi, on est prêt à faire quelques concessions pour le bien de la cause et conserver quelques possibilités d’être publié par certains éditeurs commerciaux…. qui, pour le coup, ne sont peut-être pas moins voraces que certaines grandes maisons d’édition spécialisées dans le livre universitaire. Cette réponse témoigne aussi, me semble-t-il, d’un certain fatalisme – est-ce toutefois le bon mot ? – face à la captation du public et des médias par certains « auteurs » bankable et la difficulté des chercheurs à faire corps avec les logiques tortueuses de l’histotainment, pour reprendre l’expresion de Nicolas Offenstadt.

Des questions pour tou(te)s les historien(ne)s ?

En parcourant ces quelques réponses, on peut retenir une chose à propos du salon du livre de l’histoire et on peut surtout s’en poser beaucoup d’autres en tant qu’historien(ne)s…

Concernant le salon « Écrire l’histoire », il ne semble pas faire de doute que la sélection des auteur(e)s – ou du moins de certain(e)s d’entre eux/elles – s’est effectuée sur la base de relations qu’entretiennent les organisateurs avec le monde de l’édition. (Ex-)journalistes ou auteurs eux-mêmes (Patrick Weber cumule les deux casquettes), ils n’ont sans doute pas eu trop de mal à constituer le panel des auteurs. Qui plus est, la French Connection que semble avoir Patrick Weber à Paris (le « Club de l’Histoire » dispose d’une adresse dans la Ville Lumière si l’on se fie au site Internet de l’association) n’a pas dû être inutile au moment d’inviter Bern, Deutsch ou Casali.

En tant que jeune historien – et à titre strictement personnel –, je dois avouer que la lecture des quelques commentaires concernant la présence de Bern et Deutsch au salon « Écrire l’histoire » ne m’a guère empli de joie. Mais on peut néanmoins les comprendre. En fait, je crois que toutes ces polémiques autour de Deutsch, Casali & co. doivent aussi faire ouvrir les yeux face aux réactions du grand public quand d’aucuns dénoncent les auteurs cités ci-dessus : pourquoi l’attaquez-vous alors qu’il essaie de faire aimer l’histoire de France ? Je pense surtout que pour beaucoup la différence entre « aimer faire de l’histoire » et « aimer l’histoire de son pays » n’est pas claire. C’est peut-être la même chose pour d’aucuns. Il est pourtant une chose d’aimer l’histoire de son pays – et on est en droit de le faire -, mais il en est une autre que de l’étudier correctement, le plus objectivement possible et sans complaisance aucune. D’une part on parle d’un sentiment personnel (aimer l’histoire de son pays) et de l’autre d’une méthode et discipline (aimer l’histoire). Le citoyen lambda ne comprend donc pas ce qu’il entrevoit comme étant l’acharnement de certains universitaires soi-disant jaloux de leur dogme ou d’enseignants engagés politiquement. Mais rappelons tout de même qu’il ne suffit pas de lire deux livres de Braudel pour en écrire soi-même un. Or c’est ce que quelqu’un comme Deutsch tend à dire (même si récemment il s’est présenté comme le nain dressé sur les épaules des géants qui l’ont précédé). Du coup, c’est notre pratique de chercheur qui s’en retrouve mise à mal. Je citerai quand même un exemple éclairant à propos de Deutsch. En 2013, il est l’invité d’On n’est pas couché sur France 2 et se retrouve face à Natacha Polony et Aymeric Caron. Polony s’engage dans une critique du dernier ouvrage de Deutsch, Hexagone, tout en saluant le travail de communication de l’histoire que l’auteur réalise depuis Métronome. Là n’est pas l’important finalement. Polony trouve toutefois que Deutsch va un peu vite en besogne et s’expose lui-même aux critiques dont il fait l’objet. Il s’en suit le dialogue suivant :

Natacha Polony – Je comprends votre choix de proposer une histoire fondée sur les grands hommes. Le problème, c’est que quand on se réinscrit dans un roman national…
Lorant Deutsch – Mais ce n’est pas non plus que les grands hommes. C’est une histoire que j’essaie d’incarner, de lui donner de la chair.
NP – On est d’accord. Il faut qu’il y ait de la chair parce qu’il n’y en a plus depuis des années dans la façon qu’on a d’enseigner l’histoire et c’est la raison pour laquelle ça dégoûte tout le monde. Ça c’est sûr. Le problème c’est qu’un roman national est devenu beaucoup plus complexe à écrire aujourd’hui. Et le vôtre a – il est vrai – parfois un côté un peu simpliste.
LD – Mais tant mieux. Vive la simplification !
NP – Ah non. Attention. Je n’ai pas dit simplifier mais simpliste.
LD – Ah merde. Bon. C’est la même racine (rires).

Pour rappel, une pensée simpliste est celle qui « simplifie abusivement la réalité et en donne une représentation plus ou moins erronée » tandis que simplifier quelque chose revient à « ne retenir que les quelques éléments essentiels » pour rendre l’explication moins complexe (définitions Larousse). Le simplisme relève de la supercherie intellectuelle, la simplification peut devenir l’instrument d’une pédagogie efficace.

Je veux bien comprendre qu’il ne faut pas dénigrer la communication des résultats de la recherche pour le plus grand nombre, mais si l’étendard de l’histoire pour le grand public confond « simplification » et « simplisme » alors je crois qu’il y a un gros problème. Et celui-ci doit être pris à bras le corps par les historien(ne)s, y compris en Belgique, afin de démystifier les charlatans qui profitent d’un filon pour l’user jusqu’à la corde.

Nicolas Simon (@nsmodernhist)

Retour en haut


Lorànt Deutsch, l’histoire de France et les historien(ne)s : un cocktail explosif

Interview de Nicolas Offenstadt

noffenst_offenstadt_nb_presse_1855c5c2bdNicolas Offenstadt est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Médiéviste (thèse soutenue sous la direction de Claude Gauvard), Nicolas Offenstadt n’en est pas moins un spécialiste des mémoires de la Grande Guerre. En 2005, il est parmi les fondateurs du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire. En 2009 il publie « L’Histoire bling bling. Le retour du roman national ». Il signe également la préface de l’ouvrage « Les historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national » (2013). Je lui ai posé quelques questions à propos des récents événements ayant mis Lorànt Deutsch sur le devant de la scène médiatique.

Nicolas Simon (NS) – Vous avez tweeté ceci après l’annonce que L. Deutsch annulait sa venue à Trappes : « Un combat gagné pour l’histoire : Lorànt Deutsch renonce à donner un spectacle sur l’Histoire de France à la Merise » (17/10/2016). Pourquoi est-ce une victoire ?

Nicolas Offenstadt (NO) – Parce que la prétention de Lorànt Deutsch à raconter l’histoire est une véritable tromperie. Il ne sait absolument pas ce que veut dire reconstituer le passé. Ses livres sont truffés d’approximations et d’erreurs, la mise en scène elle-même n’a aucun intérêt pour des élèves. Sans compter son orientation idéologique, réactionnaire, souvent masquée.

NS – Trouvez-vous que la décision de publier un billet sur le blog Aggiornamento était la meilleure solution pour exprimer son opposition à la venue de Lorànt Deutsch à Trappes ?

NO – Il n’y a pas de « meilleure solution » car l’espace public n’est pas monolithique, et il est difficile de lutter contre des figures très médiatiques. Je pense que c’était toutefois judicieux dans la mesure où c’est un site d’enseignants spécialistes de leur matière. C’est leur affaire et leur compétence en propre. Ils se défendent, comme le feraient des médecins face à des charlatans. D’ailleurs l’écho a été important.

NS – Ne faut-il pas accorder un certain crédit à ceux qui disent qu’il aurait fallu accepter cette rencontre pour ensuite démonter, en classe, l’argumentaire étayé par Lorànt Deutsch ?

NO – On peut bien sûr les écouter, mais je trouve que c’est perdre beaucoup de temps pour un discours aussi faible. Ne vaut-il pas mieux inviter des intervenants qui apportent quelque chose de plus qu’un cours : des témoins d’un événement, des artistes qui ont essayé un vrai dialogue avec le passé ou l’histoire, BDéastes, cinéastes, plasticiens, et il n’en manque pas. Beaucoup, à la différence de Deutsch, ont un rapport réflexif, documenté et critique avec le passé.

NS – Marc Ulrich (L’Humanité) disait dans une émission[1] ayant suivi l’annonce de l’annulation de la venue de Lorànt Deutsch à Trappes que l’histoire est toujours « l’enjeu d’une lutte idéologique ». Est-ce qu’on est face à cela dans le cas présent ? Est-ce que les auteurs du billet d’Aggiornamento ne peuvent-ils pas également faire l’objet de cette critique ?

NO – C’est une évidence, aujourd’hui en particulier. L’histoire est un « combat au présent » pour reprendre le titre d’un échange que j’ai eu avec Régis Meyran[2]. On voit combien la droite de gouvernement en particulier mobilise le roman national et son enseignement comme un argument idéologique et agonistique central. Mais la différence fondamentale entre un professeur d’histoire – même citoyen engagé par ailleurs – et un histrion comme Deutsch, c’est que le premier doit mettre à distance ce qu’il est dans son enseignement ou du moins expliquer et rendre transparent ses propos. Deutsch à l’instar d’autres fait semblant de raconter naturellement ce qui est en fait sa vision des choses.

NS – La position des historien(ne)s – tant universitaires qu’autre – est généralement de dénoncer et de critiquer Lorànt Deutsch pour les propos qu’ils tient dans ses ouvrages. Celui-ci peut généralement retourner assez facilement la critique à son avantage. Critiquer Lorànt Deutsch deviendrait-il contre-productif au fil des ans ?

NO – Non, je ne le crois pas. Allez-vous cesser de combattre le racisme parce cela devient plus dur devant les tensions et violences contemporaines? De même, il faut maintenir des principes absolument fondamentaux de l’intelligence du passé contre sa marchandisation sans réflexion ni méthode et selon des logiques idéologiques masquées, sans compter l’affligeante faiblesse des raisonnements.

NS – En tant qu’universitaire, n’avez-vous pas peur que l’on considère qu’attaquer Lorànt Deutsch c’est finalement vouloir imposer la vérité de la chaire académique (en mode gardiens du temple) à ceux qui prétendent écrire des livres d’histoire pour le grand public ?

NO – Je ne pas comprends cette idée que tous les discours se vaudraient. Tout n’est pas vérité et toutes les vérités ne se valent pas. Il ne s’agit pas de position « universitaire », il s’agit de l’histoire comme une discipline avec des questionnaires, des méthodes, une manière de faire, une éthique. Aucun de ces quatre termes ne fait la moindre apparition chez des histrions comme Bern ou Deutsch. Deutsch ne fait pas de l’histoire ! Il se sert du passé pour raconter une histoire, comme il l’entend, assez loin du passé en fait. Jusqu’où l’on peut s’amuser avec le passé – et bien sûr on le peut – c’est une question éthique qui n’a pas de réponse toute faite.

NS – Ne serait-il pas plus efficace et pertinent que les historien(ne)s – singulièrement les universitaires – tentent d’envisager avec sérieux la publication d’ouvrages pour le grand public à l’instar des visées d’un Lorànt Deutsch ?

NO – Tout à fait d’accord avec vous. C’est une tâche essentielle dans le contexte que nous venons d’évoquer avec la sur-instrumentalisation des discours sur l’histoire. D’ailleurs nombre de collègues le font déjà, avec des fortunes variées. Reste qu’il ne faut pas tomber dans le panneau des Bern et autres. Ils affirment, pour résumer, que les historiens de métier ne sont pas capables de vulgarisation, c’est pour cela que nous avons du succès. L’argument est fallacieux. Ce qu’ils font ce n’est pas se tourner vers le grand public pour dire plus simplement ou facilement une histoire de qualité. Il s’agit ni plus ni moins que de fabriquer un histotainment conservateur qui n’a rien à voir avec une appréhension intelligente du passé.

Retour en haut

[1] Émission « Débat d’expert » sur Sud Radio, présentation par Valérie Expert, 18/10/2016.

[2] Offenstadt N., L’histoire. Un combat au présent. Conversation avec Régis Meyran (2014).


Les historien(ne)s au risque de l’isolement académique ?

Interview du professeur Eric Bousmar
Crédits : MA Brijssinck
Crédits : MA Brijssinck

Eric Bousmar est professeur ordinaire à l’Université Saint-Louis. Docteur en histoire de l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve) et diplômé en études médiévales de la KULeuven, ses travaux portent d’une part sur les pouvoirs, la société et les mentalités dans les anciens Pays-Bas, en particulier durant la période bourguignonne (XVe-XVIe siècle), et d’autre part sur le rapport au passé et la pratique du métier d’historien. Cette dimension comporte notamment l’étude des rapports entre histoire et mémoire et  des rapports entre littérature et histoire. Sont en particulier envisagés les cas de la Belgique, de l’Etat bourguignon et du Brabant. Dans cette interview, le professeur Bousmar revient sur la place de l’historien dans le débat public et en particulier le cas belge. Ces réponses circonstanciée permettent assurément de nourrir nos réflexions…

Nicolas Simon (NS) – D’abord, un sentiment général à propos de cette énième polémique autour de Lorànt Deutsch ?

Eric Bousmar (EB) – Nième polémique, effectivement. A vrai dire, c’est une situation que j’ai observée de loin, me contentant d’enregistrer les positions exprimées en France et de constater le résultat, à première vue satisfaisant. Je m’exprime donc avec les réserves d’usage. Que dire donc sur cette nième affaire ? C’est d’abord quelque chose de très français, sans doute, par la manière dont la polémique prend forme et se médiatise. D’une part parce les intellectuels français — c’est-à-dire ceux qui adoptent une posture publique d’intellectuels — ont de façon générale, me semble-t-il, le goût de la polémique et parce que le système médiatique les y pousse. D’autre part parce que le système médiatique français, tel qu’il est structuré et tel qu’il définit ses priorités, permet et même suscite l’émergence d’intervenants comme L. Deutsch.

Plus largement la question des usages abusifs du passé — qu’il s’agisse de la légèreté de quelqu’un qui vend ses pages au public sans porter trop d’attention à la validité des propos qu’il tient, par négligence, ignorance, hâte ou absence de scrupule, ou qu’il s’agisse d’une instrumentalisation idéologique de ce passé — n’est pas propre au cas français, et l’on pourrait citer des exemples italiens ou hongrois, par exemple, tout à fait affolants.

Pour en revenir à L. Deutsch, le problème n’est évidemment pas de produire une forme plaisante de « produit sur le passé » (convenons de qualifier ainsi ses ouvrages et interventions, pour laisser ici de côté la question de savoir s’il s’agit d’« histoire », au sens historiographique du terme, ou d’autre chose). Il serait heureux que toute communication des spécialistes vers le public adopte des formes pédagogiques, abordables, et non rébarbatives. Le sérieux n’exclut pas l’originalité dans la présentation, la captation de l’attention ni même l’humour. Je suis de ceux qui pensent que l’humour a sa place, par exemple, dans l’enseignement universitaire et je tente de le pratiquer dans mes cours et séminaires. Le problème n’est pas là. Il n’est pas dans la forme ; il est dans le fond des choses présentées.

Je comprends donc que les professionnels aient été agacés par l’invitation, dans un contexte scolaire, d’un intervenant dont les ouvrages sont critiqués par les spécialistes tant sur la présentation de certains faits que sur la validité générale du cadre interprétatif proposé. Qui plus est, on a relevé les carences méthodologiques et déontologiques du travail de L. Deutsch, ainsi que le mépris, parfois affiché, pour les professionnels du secteur, notamment lorsqu’il utilise l’argument ad hominem face à des doctorants pour esquisser la discussion sur le fond des reproches qui lui sont adressés. Ou lorsqu’il adopte une position de victime rejetée par des censeurs officiels, brouillant ainsi volontairement les cartes qu’il sert au public et feignant de ne pas voir qu’un débat historiographique suppose une adhésion à une méthodologie scientifique et n’est pas une simple conversation de café du commerce entre potes qui évoquent leurs visions divergentes de la bataille de Poitiers. Citer une date ou évoquer Braudel et ses lectures ne suffit pas à penser et réfléchir en historien : l’habit ne fait pas le moine. A l’entendre, il est difficile de savoir si M. Deutsch s’abuse lui-même ou s’il manipule consciemment son public. Quoiqu’il en soit, une telle légèreté n’en fait pas un interlocuteur judicieux pour un public de jeunes, dans un cadre scolaire. Et j’ai cru comprendre que l’attitude consistant à organiser une confrontation méthodique des propos de l’un et des autres sortait évidemment du contexte et du format de l’activité prévue. Si donc je tends à déplorer qu’il ait fallu des pressions pour annuler l’événement, je trouve encore plus déplorable que des « responsables » aient eu l’idée peu responsable et peu réfléchie de l’organiser. De ce point de vue, je comprends la fronde organisée par des organisations d’enseignants, et je trouve même une telle mobilisation plutôt rassurante.

NS – L’implication des historien(ne)s dans le débat public est inexistante – ou presque – en Belgique francophone. Est-ce le résultat d’une crainte ? d’un dénigrement envers les médias ? 

EB – Il y a un peu des deux et, en même temps, je ne serais pas si catégorique sur l’absence des historiens de la sphère publique en Belgique francophone. Clairement, la profession est prudente, peut-être trop : globalement on craint d’entrer dans le débat parce que cela prend énormément de temps. Parfois aussi parce que l’on craint, expériences à l’appui, que la couverture médiatique soit caricaturale, du type de journalisme pratiqué par l’envoyé spécial de Paris-Flash au château de Moulinsart, dans les Bijoux de la Castafiore, ou par Rita Skeeter dans les diverses aventures de Harry Potter. Nous savons que malheureusement ces personnages de fiction ont leurs homologues dans la vraie vie. Nous savons qu’il y a des gâcheurs de copie. Il y a des charlatans en journalisme comme en l’art de guérir, hélas. J’ai encore été confronté tout récemment, au printemps dernier, à un tel cas, assez scandaleux. Prendre le risque de perdre son temps à voir ses paroles déformées, tronquées, mal interprétées ou tout simplement mal transcrites, cela n’enthousiasme guère des spécialistes de la critique textuelle et documentaire. Mais il y a des journalistes qui font bien, et même très bien, leur travail. Il faut leur rendre hommage, d’ailleurs, car ils n’ont pas la partie facile, face à des concurrents beaucoup moins scrupuleux.

Plus fondamentalement, un des problèmes, que je ne suis évidemment pas le seul à soulever, est le décalage entre le rythme de la vie académique et celui de l’actualité immédiate. A moins d’être par hasard le spécialiste hyper-pointu d’une question qui vient à retenir l’attention des médias, réagir demande un minimum de préparation et de documentation, et dans une vie professionnelle remplie de cours, de séminaires et de réunions, on n’a pas nécessairement sous la main les deux après-midi libres nécessaires pour parcourir la littérature et se rafraîchir la mémoire afin de prendre position de manière autorisée. La surcharge structurelle des académiques est malheureusement une réalité. Or, deux, trois ou quatre jours après le buzz, c’est souvent trop tard pour réagir. Mais adopter une position d’expert dans le débat, cela ne s’improvise pas, cela demande un minimum d’aisance avec le sujet. Peut-être que les universitaires belges, de manière générale, n’aiment pas trop jouer aux intellectuels sans filet… Cela évite certes des faux pas, mais c’est au prix de rendez-vous manqués avec le public.

Donc on voit, c’est vrai, sans doute relativement peu d’historiens belges monter au créneau dans les grands débats d’actualité ou de société. On fera une exception pour les historiens qui sont devenus hommes politiques (nous avons connu des professeurs d’université, historiens modernistes, dans des fonctions de premier plan, parlementaires et ministérielles, comme Philippe Moureaux au Parti socialiste et Hervé Hasquin au Mouvement réformateur, et des historiens de formation comme Marcel Cheron à Ecolo ou Bart De Wever à la N-VA, qui tous les deux ont eu un début de carrière dans la recherche ou dans le patrimoine). C’est une situation qui n’a sans doute pas son équivalent en France, par exemple, et elle pourrait expliquer que d’autres historiens académiques se soient sentis dispensés d’intervenir comme acteurs dans le débat public.

Pour autant, les historiens académiques ne sont pas nécessairement absents de la sphère publique en Belgique francophone. Quelques collègues sont des habitués des micros, par exemple sur les questions liées à la monarchie (mariages, funérailles, montant de la dotation royale, défilé militaire du 21 juillet…). Il est vrai toutefois que nos médias recourent souvent aux historiens dans quelques créneaux bien déterminés et somme toute assez limités, surtout liés à l’histoire contemporaine (Seconde Guerre mondiale, résistance et collaboration, question royale, etc.), comme l’a récemment rappelé Chantal Kesteloot [on la cite dans un billet précédemment publié sur ParenThèses, à lire ici, ndtr], et qu’ils ne sont guère sollicités pour proposer un cadre interprétatif ou articuler des perspectives. Ceci vaut surtout pour les journalistes d’information couvrant l’actualité. Car le travail des médias ne se réduit pas à cet aspect. J’aimerais rappeler, par exemple, le travail réalisé par les producteurs et animateurs des chaînes publiques de radio et de télévision (RTBF), avec des programmes comme Un jour dans l’histoire (séquence quotidienne sur La Première, donnant en radio la parole à des spécialistes sur diverses questions, juste après les informations de mi-journée) ou comme les choix de documentaires présentés par Elodie de Sélys dans Retour aux sources. La RTBF a également coproduit diverses initiatives qui relèvent du documentaire de qualité, comme la série Moi, Belgique en 2005 ou plus récemment le Waterloo, l’ultime bataille de Hugues Lanneau en 2014 [Eric Bousmar a coordonné un dossier dans La Revue Nouvelle à ce sujet, ndtr], dans les deux cas à l’occasion d’une commémoration, celle des 175 ans de la Belgique en 2005 et celle des 200 ans de la bataille de Waterloo dans le second exemple. Cela démontre, incidemment, qu’il y a une place dans les médias pour de l’information historique accessible et de qualité, dès lors que producteurs et directions décident de ne pas céder à la facilité de l’histotainment. Du côté de la presse écrite, quelques historiens ont régulièrement collaboré à des numéros de la Revue nouvelle, une revue intellectuelle et de débats, ou à des numéraux spéciaux de divers quotidiens ou hebdomadaires. Mais il est vrai qu’on pourrait faire plus, et mieux. Nous n’avons pas, par exemple, d’historien académique tenant une chronique, comme columnist, sur les enjeux de société dans un quotidien ou un hebdomadaire de référence.

NS – Le cas belge est-il moins propice à l’éclosion d’auteurs tels que Lorànt Deutsch en raison de l’histoire complexe de ce royaume ? Parler d’un « récit national » comme le fait Deutsch en France ne fédèrerait pas grand-monde en Belgique ? A part, peut-être, Jo Gérard et ses ouvrages sur les grandes figures de l’histoire belge…

EB – Il ne faut pas confondre récit d’histoire nationale, qui est la mise en intrigue d’une analyse historienne portant sur une question d’histoire nationale, et « roman national » qui est une expression dépréciative, désignant la mythification du passé national, mais que certains intervenants du débat public, en France, semblent reprendre béatement pour s’en draper comme d’une bannière légitime.

Je n’ai rien contre la connaissance historienne popularisée. Un récit national populaire me paraît tout à fait concevable dès lors qu’un sentiment d’appartenance nationale suffisamment partagé est présent. Au niveau belge classique, ou « belgiciste », une telle unanimité fait désormais défaut et seuls quelques nostalgiques, surtout francophones, sont réceptifs à ce type de discours, qui n’est pas absent des rayons de librairies, notamment sous l’impulsion des éditions Jourdan-Leclercq, qui produisent des ouvrages de qualité très hétérogène. Une magnifique histoire de Belgique illustrée a été produite en 2011 par cet éditeur, à destination d’un jeune public (Ma première histoire de Belgique) : le travail d’illustrateur réalisé par le talentueux Bernard Coppens y est remarquable, mais le cadre interprétatif, le séquençage et les choix thématiques proposés par les deux auteurs auraient dû être discutés avec des spécialistes, plutôt que de se fonder sur des souvenirs d’école primaire d’antan, plus ou moins adaptés aux nécessités de la décolonisation et de la fédéralisation. Ce livre est en un sens un parfait écho du roman national perdu et regretté, « une histoire qu’on a tendance à ne plus enseigner » dit la quatrième de couverture. Des ouvrages de ce type entretiennent effectivement la tradition portée jusque dans les années 1950-1960 par une histoire scolaire à tendance patriotique et par des vulgarisateurs comme Jo Gérard, par ailleurs tout de même historien diplômé, formé à la fin des années trente et au début des années quarante. Un bel exemple d’antan est fourni par les écrits de l’abbé Jean Schoonjans et en particulier par la série d’albums Nos Gloires, publiés dans les deux langues nationales (1949-1961) et illustrés de magnifiques chromos : vision orientée, patriotique et belgiciste du passé, certes, mais entreprise destinée tant à la Flandre qu’à la Belgique francophone et ayant connu un grand succès populaire à l’époque. Le « roman national » a existé en Belgique depuis l’époque romantique, comme dans tous les Etats-nations européens, et dans des formes assez remarquables, mais il a cessé d’être porteur et a fait l’objet d’une déconstruction approfondie par les historiens. Depuis l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale en effet, la structure constitutionnelle du pays a évolué, de même que les perceptions en termes de sentiment national, de manière plus précoce en Flandre qu’en Belgique francophone. Un tel discours belgicain et bi-communautaire n’est plus susceptible d’être largement porteur.

Par contre, au niveau d’un récit national flamand, un tel discours semble tout à fait plausible et l’émergence d’un Vlaamse Lorànt Deutsch n’est pas improbable en soi, sauf qu’à mon sens, les intellectuels flamands jouent un rôle critique qui atténue les conditions d’émergence d’une telle figure. Les historiens flamands ont déconstruit avec une indépendance d’esprit remarquable le discours du Mouvement flamand et de ses diverses composantes, en ce compris en termes d’usages (abusifs) du passé.

Du côté belge francophone, les choses sont plus complexes, parce qu’il n’y a plus, dans le grand public, de vision dominante du passé et que l’identité collective est extrêmement hésitante, entre référents régionaux wallons ou bruxellois (inscrit dans le cadre de la Région wallonne ou de la Région de Bruxelles-capitale), référents communautaires francophones (inscrits dans le cadre de la Fédération Wallonie-Bruxelles) et référents « belgicistes » ou « belgicains » résiduels renvoyant à la défunte Belgique unitaire (non fédérale) où dominaient les francophones. Sans compter des référents européens, liés d’une part à la culture populaire et à l’éducation très européiste qui domine en Belgique depuis une quarantaine d’année au moins, liés aussi à une certaine forme de fuite identitaire par le haut (à défaut de pouvoir ancrer ses hésitations régionales ou communautaires dans un cadre national, le Belge s’est longtemps propulsé volontiers dans une Europe fédérale idéale), liés enfin au souvenir, pour ceux dont la culture historique n’est pas défaillante, des liens dynastiques et politiques de nos régions avec d’autres nations européennes (qu’il suffise d’évoquer les anciens Pays-Bas espagnols puis autrichiens, ou les périodes dites françaises et hollandaises précédant l’indépendance de 1830). Face à une telle fragmentation, il n’est pas évident pour un intervenant de se saisir du passé « national » dans une perspective simplificatrice et mobilisatrice à la façon d’un Lorànt Deutsch. A tout prendre, un certain nombre de Belges francophones se contentent largement de regarder la télévision française et connaissent mieux la politique française et l’Histoire de France, fût-elle à la Stéphane Bern et à la Lorànt Deutsch, que les réalités, pourtant complexes et fascinantes, de leur propre pays. Ce qui, en retour, contribue un peu plus encore à brouiller leur propre sens de l’identité…

L’émergence d’un intervenant sur-médiatisé donnant dans l’« histoire » légère, divertissante et fausse, n’est donc guère envisageable aujourd’hui en Belgique sur un plan bi-communautaire ni même sur le plan uniquement francophone, me semble-t-il, car le terrain commercial, le marché pour le dire autrement, n’est pas préparé. Cela ne veut pas dire qu’une belle entreprise de diffusion du savoir historique, menée en commun par des collègues flamands et francophones, ne trouverait pas son public et ne répondrait pas à un véritable besoin d’élucidation. Un tel projet est sans doute possible. Mais il demandera l’investissement de forces vives académiques.

L’expérience récente montre en tout cas que des entreprises originales peuvent être tentées avec un grand succès, et je songe ici à David Van Reybrouck (fait docteur honoris causa de l’Université Saint-Louis en septembre 2015) dont le Congo. Une histoire, d’abord paru en néerlandais, a connu un égal succès en français et dans d’autres langues. S’il peut être discuté sur certains points par des collègues africanistes, et s’il est vrai qu’il s’agit d’un projet un peu hors-norme, mené en marge du monde académique par quelqu’un qui par contre n’en ignore ni les codes ni les contraintes méthodologiques et déontologiques, il démontre aussi que le public est prêt pour de tels produits, qui sont des briques complexes à digérer, quand bien même menées avec une plume alerte et un sens consommé de la narration historique. De ce point de vue, le Flamand David van Reybrouck n’est-il pas l’anti-Lorànt Deutsch ? J’ajouterai que des formes de communications narratives de l’histoire, ce que les anglo-saxons qualifient d’historical non fiction literature, ont certainement leur place dans l’arsenal des historiens académiques, comme l’a encore démontré un professeur de Cambridge, Brendan Simms, avec un livre récent consacré aux 400 hommes qui défendirent la Ferme de la Haye-Sainte le 18 juin 1815, choisissant — à la veille du Bicentenaire de la bataille de Waterloo — d’éclairer le déroulement de celle-ci par en-bas, from below, au travers du vécu d’un groupe limité de combattants [B. Simms, The longest afternoon. The 400 men who decided the battle of Waterloo, Allan Lane, 2014, rééd. Penguin Books 2015. Le titre choisi évoque bien sûr, ce n’est pas un hasard, le Longest day du journaliste Cornelius Ryan (1959), un des classiques du genre, consacré au débarquement du 6 juin 1944].

NS – On parle régulièrement de l’importance de « l’histoire publique » comme approche possible afin de connecter davantage le monde universitaire au grand public. En quoi cela consiste-t-il ? Quels sont les enjeux de cette « histoire publique » ?

EB – La notion, relativement récente dans le champ francophone européen, est en soi déjà ancienne, puisqu’elle remonte aux années 1970 et s’est structurée en Amérique du nord avec la préoccupation de promouvoir l’emploi des diplômés en histoire en dehors du monde universitaire. La notion d’histoire publique (public history) est par ailleurs assez multiforme, car elle désigne en réalité toute pratique de l’histoire professionnelle en dehors du monde académique et de la recherche fondamentale : la notion englobe donc les historiens d’entreprise, les historiens officiels des ministères (quand il y en a), les historiens actifs dans les musées, écomusées, parcs à thème historique, services patrimoniaux et lieux de conservation, et elle peut même, selon certaines conceptions, inclure l’enseignement de l’histoire dans les écoles secondaires par des historiens diplômés… Il s’agit donc d’historiens engagés dans la communication de l’histoire et/ou dans des activités de recherche appliquée ou finalisée ; il s’agit en quelque sorte d’histoire appliquée, par opposition à la recherche fondamentale. Mais ces catégories sont mouvantes car, bien sûr, des historiens académiques, travaillant donc à l’université, peuvent développer des activités de cet ordre à côté de leurs tâches classiques d’enseignants-chercheurs impliqués dans la recherche fondamentale. Dès lors qu’un historien académique entre dans une logique de conseil, de consultance ou de partenariat avec une autorité publique, par exemple pour l’organisation d’une commémoration, ou avec un musée ou un promoteur privé, par exemple pour l’organisation d’une exposition, on peut sans doute considérer qu’il pratique de l’histoire publique.

L’histoire publique fait désormais l’objet d’une véritable prise en compte en Flandre, où l’université de Gand par exemple dispose d’un Instituut voor Publieksgeschiedenis animé notamment par le professeur Bruno De Wever et préparant les étudiants de master à l’exercice de diverses formes d’histoire publique. Au sein des Etablissements scientifiques fédéraux, le CEGESOMA, devenu une des directions de l’administration des Archives de l’Etat, comporte un volet d’histoire publique. A l’université de Namur, une expérience menée depuis plusieurs années par la professeure Parmentier consiste à proposer aux étudiants du séminaire d’histoire des temps modernes (1er cycle universitaire) de pratiquer, outre leur classique travail de recherche sur sources inédites, l’écriture de fiction au travers de la rédaction d’une nouvelle prenant pour cadre historique les réalités étudiées dans le séminaire : sans abolir la frontière entre les genres, l’expérience permet de sensibiliser les étudiants à deux formes distinctes de rapport au passé et de s’interroger sur les apports et les limites de fiction dite historique. A l’UCL, une des finalités du master en histoire est profilée sur les questions d’histoire publique. A l’université Saint-Louis, au niveau du premier cycle universitaire, un séminaire consacré aux Enjeux & débats du métier d’historien tente d’introduire les étudiants à cette dimension d’histoire publique, au travers des diverses formes non académiques d’écriture de l’histoire. A l’ULB un cours portant le même intitulé est destiné aux étudiants du master en histoire. On peut donc penser qu’à l’avenir, notre société pourra compter sur l’expertise d’un plus grand nombre de diplômés en histoire aptes à mener des travaux de consultance, des recherches appliquées de courte durée, et des activités de diffusion des connaissances. Nous serons sans doute mieux armés contre diverses formes de dérives mémorielles ou d’instrumentalisation du passé, et les citoyens pourront se positionner en meilleure connaissance de cause sur les enjeux qui les concernent.

Cela dit, toute forme d’histoire publique n’implique pas une visibilité à grande échelle. Au contraire, une intervention d’histoire publique peut avoir beaucoup de sens à l’échelle d’une communauté locale, comme dans le cas de « l’histoire d’entreprise » d’une institution de soins de santé réalisée par ma collègue namuroise A. Roekens. J’évoquerais pour ma part un cas particulier, qui est celui du Conseil pour la transmission de la mémoire, mis en place par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce Conseil est composé d’historiens professeurs d’université, d’experts d’autres domaines (le droit par exemple) et de représentants de la société civile. Ensemble et en dialogue, ils ont pour mission de mettre en œuvre l’action publique en matière de transmission de la mémoire des crimes de génocides, crimes de guerre et faits de résistance ayant été opposés aux régimes responsables de ces crimes. Concrètement, il s’agit de lancer des appels d’offre, de susciter puis d’évaluer des projets soumis par des écoles ou par le monde associatif, et de les proposer au financement ministériel, afin de mener des actions de sensibilisation voire de collecte de témoignages. Ce Conseil n’a pas pour vocation d’intervenir dans le débat public au travers de polémiques diverses ; par contre, il organise les conditions d’un travail de mémoire, guidé par la connaissance historienne, dans une optique de formation à la citoyenneté. Il s’agit d’un travail de l’ombre, dont le grand public ne voit que les effets, par exemple lorsqu’une classe fait le voyage d’Auschwitz ou rencontre un ancien déporté, dans le cadre d’un projet issu de la société civile et subventionné ; mais ce travail est absolument fondamental. Le Conseil peut en outre s’appuyer sur une cellule de l’administration, composée d’enseignants détachés dont des historiens, qui assure notamment la diffusion de supports pédagogiques et d’informations relatives à son objet. On se situe bien ici dans une logique d’action publique, passant par la médiation du corps enseignant et du secteur associatif.

NS – Les historien(ne)s ne devraient-ils pas être davantage proactifs dans la mise en avant et la communication des résultats de leur recherche envers le grand public ? Avec l’idée de proposer un contenu irréprochable d’un point de vue factuel tout en simplifiant quelque peu le propos. Ceci me paraît important face à un Lorànt Deutsch qui dit notamment qu’il est plus intéressé par la forme que par le contenu afin de reconnecter le public avec l’histoire de son pays[1]

 EB – C’est évident. Mais c’est difficile, en raison de toute une série de contraintes que j’ai évoqué il y a un instant. Il faut faire plus et mieux. Mais nous ne devons pas fermer les yeux sur ce qui se fait déjà, et qui peut nous servir d’exemple et de point d’appui. En France comme en Belgique, il y a évidemment de nombreux collègues qui n’interviennent pas dans les médias. Mais d’autres le font, et parviennent à être entendus. Je songe à la leçon inaugurale de P. Boucheron au Collège de France, et à son écho dans les médias et sur les réseaux sociaux. Je songe aux collectifs vigilants comme le CVUH et Aggiornamento. Du côté belge, on voit aussi plusieurs initiatives, notamment d’historiens actifs sur les réseaux sociaux, expérimentant de nouvelles formes de communication des savoirs académiques. La Province de Liège a mis sur pied un programme de manifestations axé sur un fil conducteur citoyen et intégrant toute une série de commémorations, proposant une lecture de faits allant du Moyen Âge jusqu’au 20e siècle. Dans ce contexte, une bande dessinée consacrée à la Paix de Fexhe de 1316 a été commandée par la Province et scénarisée par un docteur en histoire de l’Université de Liège, Christophe Masson, spécialiste de la question traitée (il a notamment assuré l’édition critique de la dite Paix). Donc, il y a des historiens actifs sur le terrain de l’histoire publique et de la diffusion. Et il faut aussi insister sur les mutations en cours dans l’enseignement universitaire, intégrant progressivement la dimension d’histoire publique, dont je viens de parler. Il ne faut pas oublier non plus l’implication de nombreux historiens professionnels belges — académiques, scientifiques ou archivistes — dans les cercles d’histoire locale et les sociétés d’histoire régionale, où ils travaillent aux côtés d’amateurs au progrès et à la diffusion des connaissances.

Plus fondamentalement, je crois que l’argument des histotainers selon lequel le grand public veut avant tout du divertissement, et donc de l’histoire amusante, et donc anecdotique et sans débats (sauf s’il s’agit de mystères mystérieux…), est totalement spécieux. Bien sûr on peut tirer le public vers le bas, et cela fonctionne. C’est plus facile, aussi, pour le producteur ou pour l’auteur. Mais c’est une vision trompeuse et mensongère des attentes du public. Le grand public peut accrocher à une présentation efficace qui ne cède pas sur le fond à la facilité. Le grand public n’attend que cela. Voyez le succès de Congo, dont j’ai parlé il y a un instant. Une enquête historique est d’abord une enquête. Le récit d’une enquête accroche et fascine. Les enquêtes historiques les plus pertinentes débouchent sur des remises en question, des remises en perspectives. Le grand public adore être surpris, adore avoir l’impression d’avoir compris quelque chose. Combien de lecteurs de mauvaises biographies ne les referment-ils pas avec le sentiment gratifiant d’avoir appris quelque chose, de s’être instruit tout en se distrayant, prêts même à partager leurs nouvelles connaissances, sans savoir hélas qu’ils ont été abusés ? Combien n’est-il pas plus valorisant de faire le même chemin pour un résultat plus sûr ? Il ne faut donc pas hésiter à ouvrir ses dossiers et à montrer l’enquête historienne en train de se faire. Et parier sur l’intelligence du public. Le pari que font tous les enseignants. Et ne pas négliger de faire partager au public le plaisir que nous avons à pratiquer l’histoire. Apprendre en s’amusant, c’est bien sûr possible. Les histotainers n’ont pas le monopole du plaisir ; ils se contentent d’instrumentaliser le rapport au passé pour en faire un divertissement, où le fond devient tout à fait secondaire. Les historiens peuvent proposer la démarche inverse : prendre plaisir à construire une meilleure connaissance du monde.

[1] Interview de Lorànt Deutsch dans l’émission « C à vous » (France 5) le 14 octobre 2014 (https://www.youtube.com/watch?v=-oee7a4Yw_k)

Retour à l’interview de Nicolas Offenstadt

Retour en haut

Crédits « Image à la Une »: Greg Rakozy

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (2/2) & Interviews de Nicolas Offenstadt et Eric Bousmar", in ParenThèses, publié le 04/11/2016, URL: http://parenthese.hypotheses.org/1599 (consulté le 16/12/2017).

Une réflexion sur « Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (2/2) & Interviews de Nicolas Offenstadt et Eric Bousmar »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *